Elle te plaît pas ma soeur ?

Depuis une trentaine d’années, mon épouse et moi-même allons sur l’île de beauté. En avion, en bateau, en voiture, en location, en camping, en famille, entre amis, nous y retournons régulièrement.

La Corse est pour nous l’exotisme à moins de mille kilomètres. Des plages de rêve, de la haute montagne, des villages escarpés, des ruines romaines, des mégalithes, des calanques, des promenades en mer et de vastes espaces sans aucune présence humaine.

Tout d’abord il y a l’odeur du maquis et de la mer qui vous assaille à la descente de l’avion avec celle du kérosène. Vient ensuite celle des cochons sauvages, attention pas les sangliers domestiques, en saucisson, jambon, pâté et le fromage qui fait exploser les galères romaines.

Ensuite il y a les corses au caractère de cochon (pas pire qu’un basque, un breton ou un alsacien en fait) qui aiment qu’on leur dise que leur pays est magnifique.

Enfin il y a les routes tortueuses, parfois sommairement goudronnées, où l’on se croise prudemment à cinquante kilomètres à l’heure et ou on se fait doubler à cent dans les virages.

Nous avons posé nos pénates dans les golfes de Porto, de Saint-Florent et de Porto-Vecchio, visité les citadelles génoises de Bonifaccio, Calvi, la ville de Napoléon Bonaparte, l’université de Corte, les ruines d’Aleria, le désert des Agriates, le cap corse. Nous avons mangé des fiadones, du brucho, de la coppa, des fromages de brebis qui bougent tout seuls, du cabri roti, des aubergines farcies et même du faux saucisson d’âne.

Après plusieurs voyages en Corse, nous sommes parti vers l’île plus au sud, sa cousine la Sardaigne, assez similaire, plus sauvage, riche d’un incroyable patrimoine mégalithique, avec des sardes et des routes encore plus défoncées. 

Mais cette année, après six mois sans une seule pause, nous sommes reparti en Corse, notre premier amour. Après moult discussions sur la destination, Saint-Florent, Golfe de Porto, Porto-Vecchio, ma femme a jeté son dévolu sur la Balagne précisément sur Algajola, une petite ville sur la côte ouest entre Calvi et l’IIe Rousse. Pourquoi Algajola ? Pour la plage d’Aregnu située au nord du village. 

Car nous sommes des fans de plage. Il faut que notre location se situe à moins de cent mètres du sable, c’est essentiel. Ainsi nous pouvons, en maillot de bain, pieds nus avec une serviette, aller nous baigner deux fois par jour dans la Méditerranée. J’ai bien dit nous baigner. Nous posons nos affaires et plongeons aussitôt dans l’eau puis une fois rassasiés, nous repartons nous mettre à l’ombre de notre location, de préférence avec une bonne bière. Nous avons regardé trop d’épisodes de V pour rester sur le sable.

Oui mais bon, si nous n’aimons pas lézarder au soleil, que faisons-nous de nos vacances ? Une journée nominale ressemble à ceci :

8h00-10h30 promenade en voiture avec de nombreux arrêts dans les villages soit une quarantaine de kilomètres en fonction de l’état des routes.

10h30-11h30 plouf

11h30-15h00 bière corse agrémentée de fromages locaux, pain, cochon mort, sieste crapuleuse

15h00-18h00 marche à pied ou visite d’un site (dans tous les cas on marche et le soleil cogne, même en juin)

18h00-19h00 re plouf

19h00-20h00 bière locale agrémentée de biscuits corses, charcuterie insulaire, fromage explosif et éventuellement une tomate

21h00-23h00 cinéma, oui parce que, contrairement au reste de l’année, pendant les vacances, nous allons au cinéma, pas tous les jours, mais souvent, et pour voir n’importe quoi en fait

00h00-07h00 dodo

Nous avons vu la citadelle de Calvi, des pointes balayées par le vent, Top Gun, le village de Sant’Antonino, la plage d’Ostriconi, Hommes au bord de la crise de nerf, Pigna, trois tours génoises, le maquis, The Blues Brothers, le petit train qui relie Calvi à l’Ile-Rousse, le phare de la Pietra, Montegrosso, la chapelle San Michel de Murato et plein d’autres merveilles.

Comme nous partions avec Volotea, j’ai du faire des choix difficiles pour le matériel photo. Il fallait que mon bazar tienne dans un sac 40x20x20 cm à placer sous le siège. Oui parce que vous imaginez bien que je ne suis pas parti sans appareil photo. D’ailleurs, il m’a suivi partout, sauf dans l’eau. J’ai emporté le bon vieux D810 avec un 24-70 et un 70-200. Ça rentrait juste avec le chargeur de batterie. De quoi couvrir pas mal de situations même si j’aurais apprécié un 200-500 pour les surfers et les oiseaux.

Les lumières dures de la Corse ne sont pas toujours propices aux belles images surtout avec la brume de mer persistante et le vent à plus de 50 km/h en rafales. Difficile de stabiliser un 70-200 face au vent et impossible de nettoyer les embruns sur l’optique en pleine action. Je partais parfois tôt le matin et tard le soir en solitaire à la recherche des bonnes lumières mais ça n’a pas toujours été possible et puis, j’étais quand même en congés.

Je suis revenu avec deux cent clichés que je commence à trier, développer et publier tranquillement. Il y aura bien entendu un album photo de Balagne, le deuxième traitant de l’île de beauté depuis notre premier album en 2013. L’album photo des vacances est devenu une tradition.

Elle te plaît pas ma soeur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.