La fuite

Les énergies fossiles nous conduisent tout droit dans le mur avec 1.5, 2.0 voire jusque 5.0 degrés Celsius de réchauffement moyen de l’atmosphère sur l’ensemble du globe si nous ne faisons rien tout de suite.

La grande idée est donc de passer à l’électrique pour les trains, les cars, les camions, les voitures, les scooters, les vélos, les trottinettes et pourquoi pas les exos squelettes tant que l’on y est. Pour les avions ça n’est pas gagné, pas plus que pour les paquebots à voiles. Quant aux fusées de Space X, Blue Origin et les autres, y a pas de problème, tout est nominal. L’ascenseur spatial d’Asimov est en chantier.

Mais pour cela il faut produire du courant, beaucoup de courant et on vient de s’apercevoir que placer une lumière devant un panneau solaire ne suffisait même pas à allumer l’ampoule, d’où problème.

Qu’à cela ne tienne, il suffit de bâtir des EPRs, cette centrale miraculeuse qui ne fonctionne toujours pas à ce jour en France. Du coup le concept de mini centrale nucléaire fleurit un peu partout, plus petites, plus sûres, plus nombreuses, elles nous promettent des mini Tchernobyl sur tout le territoire. En attendant, elles n’existent que dans les rêves humides de nos ingénieurs.

Alors le mythe de l’hydrogène vert refait surface. L’hydrogène, transformé via une pile à combustible, fabrique de la vapeur d’eau et de l’électricité, c’est magnifique ! L’eau c’est propre non ? On se lave avec… Oui mais la vapeur d’eau est un gaz à effet de serre (lisez Ravage de Barjavel), comme le CO2 où le méthane. Prout ! Oups, pardon ! 

Pour produire de l’hydrogène, à moins de le pomper directement dans une étoile, il faut de l’électricité, beaucoup d’électricité, oui mais attention, ici on parle d’électricité verte tout de même, ça change tout. On revient à l’ampoule qui éclaire le panneau solaire. Mais le pire c’est que l’hydrogène, en plus d’être explosif dans l’air (souvenez-vous d’un certain dirigeable allemand), est un gaz hautement volatile donc avec un fort potentiel de fuite. Et par malheur, l’hydrogène est un gaz à effet de serre indirect, c’est à dire que sa simple présence dans l’atmosphère favorise très fortement la création de gaz à effet de serre. Nous allons donc devoir faire très attention pendant le plein de notre SUV monoplace de deux tonnes à ne pas fumer ni à en verser à côté.

Nous continuons allègrement à nous gaver énergiquement alors que nous devrions commencer à nous serrer la ceinture. Mais quel homme politique aura le courage d’aller jusqu’au bout de la démarche ? Certainement pas la COP 26. L’Australie continuera de produire du charbon sous prétexte qu’il est plus propre que celui de ses voisins mais heureusement les chinois et les américains sont d’accord pour luter contre le réchauffement climatique. Comment ? Ils en discuteront en 2022… Nous voilà rassuré.

« Et dieu dans tout ça ? Il est dans les nues, c’est lui qui pète le plus. ». (Font et Val, Le Sport ).

 » Que faisiez-vous au temps chaud ?

Dit-elle à cette emprunteuse.

— Nuit et jour à tout venant

Je chantais, ne vous déplaise.

— Vous chantiez ? j’en suis fort aise.

Eh bien ! dansez maintenant. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.