Le plan Marshall

Les factures d’énergie explosent et si nous ne sommes pas à la rue, cela pourrait ne pas durer éternellement au train où vont les choses.

L’objectif est donc de réduire la consommation de notre foyer et notre bilan carbone.

Pour ce qui est de la voiture, nous roulons peu, pas besoin de faire la queue devant les stations Total pour remplir le réservoir. Nous allons au travail à vélo. Pour les longues distances nous privilégions le train. Reste la promenade du week-end et les vacances dans la région où nous roulons un peu plus. Nous pourrions faire plus de promenades à vélo, prendre le train, mais il faut avouer que monter dans les Vosges à bicyclette demande une forme physique que nous n’avons jamais eu.

Le gaz lui, est un problème majeur. Nous vivons dans une passoire thermique difficilement isolable sauf en cassant tout pour la reconstruire enduite. 

La solution qui s’impose naturellement est de chauffer moins, ce que nous faisons avec un thermostat à 17 degrés lorsque nous sommes chez nous, 15 lorsque la maison est vide et durant la nuit. Difficile de faire moins ou alors il faudra dormir dans la même pièce que les animaux.

L’eau chaude sanitaire provient également de cette chaudière. Là c’est plus facile. Il suffit de raccourcir la durée des douches et de n’en prendre au maximum qu’une par jour. En plus d’économiser le gaz, cela préserve les ressources en eau de la planète. Il est même possible de remplacer une douche par une toilette de chat. Ne pas en abuser tout de même, car un chat ça pue.

Pour l’électricité, tous les appareils qui possèdent un mode veille sont sur des interrupteurs mécaniques et éteints lorsque nous n’en avons pas besoin. Deux exceptions à cette règle toutefois, la box Internet et l’Apple TV qui n’ont pas vraiment été conçues pour des arrêts prolongés, mais je vais y réfléchir.

Après quels sont les appareils électriques énergivores ? Fer à repasser, micro onde, plaques, four, éclairages halogènes, radiateurs électriques, sèche linge, réfrigérateur…

Nous allons essayer de ne plus utiliser le sèche linge sauf absolue nécessité, nous allons dégivrer plus souvent le congélateur, et regrouper les lessives. 

Nous n’avons pas de radiateur électrique hormis un poêle en céramique d’appoint lorsqu’il fait moins 15 dehors ce qui devrait arriver de moins en moins fréquemment. Il nous reste deux lampes halogènes. J’ai bien acheté des ampoules LED pour les remplacer mais ça ne fonctionne pas. Il faudrait changer les luminaires ce qui, rapport au bilan carbone, est très discutable. On va donc éviter de les allumer. 

Difficile de se passer du four et des plaques pour cuisiner à moins de manger cru et froid. Je ne suis pas prêt à cette extrémité même si j’adore les sashimis. Le micro onde peut dégager en faisant quelques efforts. Le fer à repasser aussi. Je ne suis pas très regardant sur ma tenue vestimentaire même si arriver tout fripé au travail peut faire désordre.

Le problème de l’éclairage se résout en n’éclairant que les pièces où nous sommes et en utilisant des LED autant que faire se peu.

Restent la télévision, le vidéo-projecteur, la chaîne, les téléphones et les ordinateurs. Ils consomment aussi, mais un peu moins. Une utilisation modérée et réfléchie permet de limiter la casse. Le Mac n’est allumé qu’en cas d’utilisation comme la chaîne et le vidéo-projecteur. En passant moins de temps devant les écrans et plus dans les livres, nous pourrions réduire notre facture énergétique comme notre bilan carbone. Mais soyons honnête aussi, nous sommes d’incorrigibles geeks.

L’étape suivante consiste à acheter moins, et là le chantier est de taille.

Rien que le poste la musique est un réel problème. Pour ma défense, j’achète de plus en plus de musique dématérialisée (pas en streaming) mais cela me fruste beaucoup. De temps en temps je fonce chez le disquaire faire une orgie de vinyles. Et ça c’est très mal.

Le danger en diminuant le temps d’écran c’est de surpeupler la planète ou de lire trop de bouquins. Et les livres, à moins de les emprunter, il faut les acheter. Même si je leur offre une seconde vie après les avoir dévoré, j’en conserve quand même quelques uns. Idéalement il faudrait que je reprenne un abonnement à la médiathèque mais que deviendrait mon libraire ?

Je ne parle pas de la photo, ça on y touche pas.

Le briques Lego c’est plus problématique. J’adore construire et chaque nouveau set de la marque me fait saliver. Ce genre de loisir est totalement immature, polluant (c’est du plastique après tout) et prend beaucoup beaucoup de place. Pour l’instant le compromis trouvé avec moi-même consiste à recycler mes briques et à n’acheter que de la seconde main. Enfin presque.

Pour l’alimentation, la viande rouge sort peu à peu de nos menus mais pas les protéines animales. Nous mangeons plus d’œufs et de fromage, moins de produits transformés si on oublie les bonbons Haribo. Car comme pour la photo, il faut savoir aussi se faire plaisir parfois.

Le jardin nous fournit pommes de terres, poireaux, tomates, navets, haricots, carottes, potirons, poires, raisins, courgettes, salades en petite quantité à cause de la sécheresse, mais c’est déjà ça, et pendant que je jardine, je ne suis pas devant un écran comme maintenant.

Une autre source d’économie non négligeable serait de virer les deux Tanguy qui squattent la maison. Bon là c’est un peu mission impossible pour l’instant. Mais ils finiront bien par se lasser de vivre avec deux vieux radins à 17 degrés et sans wifi en mangeant des pommes de terre.

Au travail, le temps est également aux économies. Nous devons effectuer moins de déplacements (là je rigole très fort), éviter de prendre l’avion (cette année aucun vol à mon actif), baisser le chauffage et la climatisation à respectivement 19 et 26 degrés (19 c’est deux degrés de plus qu’à la maison autant dire le luxe), éteindre autant que faire ce peut les ordinateurs et les écrans (no problemo, surtout pendant ma sieste), rouler en voiture électrique (là clairement ça se complique) et trier nos déchets (va falloir en éduquer certains).

Malgré tout ces efforts consentis, il y a deux choses auxquelles je ne renoncerai pour rien au monde : mes ballades en jet ski autour du fort de Brégançon et mes aller-retour Paris/Nantes en jet privé. C’est vrai quoi, faut pas se foutre du monde non plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.