The H Project

Image

Certains des lecteurs de ce blog doivent savoir que je fais beaucoup de photographie. Paysages, street photos, animaux, astronomie, je m’essaye à tout et à un rien avec plus ou moins de bonheur, photographiant ce qui m’inspire au gré de mes promenades.

Cela donne un catalogue d’images très hétéroclites qui n’ont quasiment qu’un seul point commun, le noir et blanc.

Pour la première fois, je m’impose un thème. Je me lance dans un projet, histoire de voir ce que je suis capable de réaliser. L’objet n’est pas de m’exposer dans une galerie (encore que cela pourrait drôle et désastreux pour mon égo) mais d’essayer d’explorer une thématique sur toute une série de clichés.

Je suis souvent sur la route pour le travail et à chaque fois j’emporte un GX9 dans mes bagages. Le boîtier est peu encombrant et réalise d’assez beaux clichés. Le soir, après une journée chargée, je déambule en ville en solitaire pour capturer des images des rues que je parcoure. J’ai ainsi photographié les vielles maisons de Troyes de nuit, Guingamp le soir, Paris au réveil, la place Stanislas de Nancy etc.

Mais cette fois, en plus des rues que je visite, je vais me pencher sur les hôtels dans lesquels je dors, ces lieux solidaires, souvent bruyants avec leurs sanitaires défectueux et leurs moquettes tachées où j’ai tant de mal à trouver le sommeil. 

Il s’agira probablement d’images en noir et blanc, un style que j’affectionne tout particulièrement et qui convient bien aux ambiances glauques. J’ignore comment je vais procéder, ce que je vais cadrer, un lit défait, une valise ouverte, une douche minuscule, un détail de l’affreuse déco, une enseigne lumineuse ? 

Sorti de Paris et des petites villes de province, les grandes chaînes d’hôtel dominent le marché avec leurs chambres standardisées, même pour la déco. Les vieux hôtels familiaux avec leur chambres rafistolées, leurs couloirs tordus et leurs escaliers improbables ont nettement plus de charme à mon goût. Mais voilà, je ne choisis pas les hôtels où je dors, c’est chaque fois la loterie.

J’ai commencé l’expérience à Langres dans une chaine remise au goût du jour. La seconde étape fut une auberge à Vinkel, et mes photos me conduiront certainement à Besançon, Dijon, Troyes, Reims, Nancy, Metz, Toulouse et sans doute aussi dans des hôtels pour les vacances. J’ignore si tout ça aura un quelconque intérêt photographique mais l’idée du projet me motive, c’est l’essentiel non ?

Contact

Image

Alors que le gouvernement autorise la fin du port du voile à peu près partout, j’ai officiellement battu mon record de cas contact. 

Quatre en quinze jours !

Certes, je me déplace beaucoup ces derniers mois, je rencontre de nombreuses personnes et je mange souvent au restaurant, ceci explique sans doute cela.

En déplacement à Paris un mardi matin, avant une formation, j’ai reçu le SMS d’un collègue qui venait d’être testé positif au COVID-19. 

Un écouvillon dans la narine gauche. 

En rentrant de Reims, mon smartphone m’informe que je suis cas contact d’un inconnu et que je dois m’isoler pendant quatre jours, comme si mon parcours vaccinal n’était pas complet. 

Deux cotons tiges dans les naseaux. 

Deux jours plus tard, un ami avec qui j’avais mangé dans un restaurant coréen m’annonce qu’il est touché par le virus et malade comme un chien. 

Premier auto test sur la table de la cuisine. 

Enfin, en fin de semaine, un collègue m’annonce au petit matin qu’il se sent fébrile et qu’il rentre chez lui. Fébrile et positif, d’ailleurs il est maintenant à hospitalisé  pour une embolie pulmonaire. J’avais mangé la veille en face de lui au restaurant d’entreprise. 

Second auto test sur la table de la cuisine, non remboursé cette fois, faute de déclaration officielle de cas contact.

Je n’en suis à huit tests en deux années de pandémie, des PCR, des auto tests, et un sérologique. Mais rien à faire. Malgré plein de symptômes psycho somatiques, états grippaux, rhumes, angines, je n’ai manifestement pas attrapé ce fameux virus dont tout le monde parle tant. 

A croire qu’il n’a jamais existé et que tout cela n’est qu’un complot visant à… Désolé, je regarde trop Facebook.

Bon il semblerait que je sois encore passé au travers des mailles du filet. Je pense que mon alimentation saine basée sur des produits bios en circuit court et faiblement transformés (rillettes d’oie, bières locales, bonbons Haribo) sont à l’origine de mes excellentes défenses immunitaires à moins que ce ne soit dû à la musique méditative que j’écoute en rentrant du travail (black metal, metal progressif, heavy metal, doom).

Ou tout simplement à de multiples précautions comme le port du masque même après la levée des restrictions, des lavages de mains fréquents, une distanciation sociale quasi permanente sauf au restaurant, une limitation des réunions avec les amis et surtout un bol monstrueux.

Mais quand je vois le gouvernement lever les restrictions sanitaires alors que le nombre de contaminations repart à la hausse, je me demande quand même s’il n’y aurait pas un petit effet élections dans l’air, une sorte d’aérosol exterminateur de virus lâché dans l’atmosphère par le président candidat, le rois guérisseur. 

Parce que, je ne vous cache pas, j’en ai marre de me fourrer des cotons tiges dans mes narines, surtout si c’est pour aller voter pour un programme politique auquel je n’adhère pas du tout.

Nancy Reims Troyes

Image

8:00-10:00 Strasbourg Nancy – 15:00 – 17:00 Nancy Strasbourg

7:30-09:00 Strasbourg Reims – 15:00-16:30 Reims Troyes

14:00-15:30 Troyes Reims – 17:30-19:00 Reims Strasbourg 

Trois journées d’une semaine ordinaire en plein réchauffement climatique et mille kilomètres pour gérer des sites sur lesquels plus personne ne s’occupe de rien. 

Après les années décentralisation voici les années restrictions. Les centres perdent leur autonomie et leur agents peu à peu. Ils restent tout de même ouverts avec personne à bord pour garder le cap.

Les effectifs baissent et la zone de responsabilité augmente, dix bâtiments dans un rayon de 450 kilomètres. C’est la tournée des grands ducs, il faut visiter nos implantations une par une pour vérifier que tout va bien. Les chefs de service travaillent à Strasbourg, Paris ou Toulouse et les agents à plus de 500 kms d’eux.

Changer une ampoule devient un casse tête, prendre rendez-vous avec un entrepreneur une mission impossible. 

Les agents sur place ne sont plus de notre responsabilité contrairement aux locaux qu’ils occupent. Sur place, personne ne veut se charger de rien. « Je travaille pour Toulouse moi, ce n’est pas mon problème. », « Machin ne fait rien alors je ne vois pas pourquoi j’aiderai. », « C’est votre problème, pas le mien. ». 

N’empêche que ces personnes là sont dans nos locaux et se plaignent lorsque quelque chose va de travers.

Il faut alors prendre la voiture, le train, l’avion pour un rendez-vous avec un électricien, un plombier, un serrurier puisque personne sur place ne veut aider et que souvent les bureaux sont vides.

Nancy 10:00, la femme de ménage prend peur lorsque je déboule dans le centre désert. 

Reims 09:00, l’équipe au grand complet (trois personnes pour 120 m2) m’accueille en sauveur.

Troyes 16:30, deux agents assez spéciaux s’inquiètent de ma présence dans leur bâtiment bordélique où rien n’a été rangé depuis ma dernière visite.

Il faut vérifier les extincteurs, changer les ampoules, commander des détecteurs de fumée, jeter les meubles hors d’usage, vérifier le ménage, écouter les doléances, prendre rendez-vous avec des entreprises, étudier l’installation de bornes de recharge, livrer du gel hydroalcoolique, vérifier le parc automobile et essayer de responsabiliser les locataires. Mission Impossible.

On se veut exemplaire au bilan carbone en achetant des véhicules électriques et, grace aux réductions d’effectifs on doit traverser la moitié de la France en véhicule thermique pour effectuer un travail qu’une personne sur place pourrait effectuer. Joli calcul ! Officiellement la masse salariale baisse et on électrifie le parc automobile, économie, écologie, officieusement on dépense plus en prestations externes et déplacements et on pollue plus car les voitures qui disposent encore d’une autonomie suffisante, sont de vieux diesel Crit’Air 3 ou 4.

Nous avons tout compris.