Dollface

Image

Comment vous avouer ça ? C’est assez délicat en fait. Je veux bien vous en parler mais il ne faudra pas vous moquer, vous promettez ? Ceci dit je ne risque pas grand chose, personne ne lit se blog. Alors je me lance :

J’adore la série Dollface. Voilà c’est dit. Oufff !

Dollface est une série sortie en 2019, jusque-là rien de bien grave, j’ai un peu de retard mais j’ai connu pire. Le problème c’est que Dollface est une série pour filles… 

Jules Wiley vient de se faire plaquer par son mec après cinq années de vie commune et se retrouve brutalement seule, sans amies, avec un chat psychotique sur les bras. Des amies elles en avait bien autrefois, comme Madison par exemple mais elle les a toutes laissé tomber pour son mec.

Jules doit reconquérir ses amies à l’aide d’une chatte humanoïde, recommencer à sortir, faire la fête et trouver un vétérinaire pour son chat qui aime les chiens et mange des bites. Tout un programme.

La série mélange univers de filles, délires et récit fantastique avec brio. Ça parle chiffons, plans culs, brunchs, cocktails, enterrement de vie de jeunes filles, amitiés, rivalités, mensonges, bref des machins de nanas. Pour tout vous dire, cette série me fait hurler de rire. 

Ma femme fut quelque peu circonspecte lorsque je lui proposais de visionner le premier épisode. Au second, elle se posait des questions sur mon orientation sexuelle, au troisième elle réclamait la suite.

Kat Dennings, qui joue le rôle de Jules, est tout simplement désopilante dans la peau d’un garçon manqué entouré de poupées barbies hystériques.

Dix épisodes d’une trentaine de minutes se succèdent. Ce qui n’était au départ qu’un bouche trou entre deux épisodes ennuyeux de Loki est devenu un rendez-vous très attendu chaque soir.

Groupies

Image

Avez-vous remarqué l’attrait qu’un jeune homme exerce sur les filles lorsqu’il chante avec une guitare acoustique ? Qu’il soit moche, qu’il chante faux, qu’il joue avec des moufles, elles se collent à lui comme des mouches.

Un vieux con avec du matos photos, qui soit fripé, mauvais ou très grognon, fait un peu le même effet, mais sur une tout autre population de personnes. Ces groupies, apprentis en photographie (ils on eu un boitier pour Noël), veulent absolument partager avec vous cette passion naissante (ils viennent de découvrir qu’il y a un flash sur leur reflex), comparer leur engin avec le votre (la longueur, ça compte énormément) et échanger sur les techniques de la photographie.

Honnêtement, je préférerai que ce soit de jolies filles voulant poser pour moi, mais bon.

J’ai certainement été comme eux, il n’y a pas si longtemps que ça, mais aujourd’hui, je dois avouer qu’ils me fatiguent un peu.

Lorsque j’arrive à un concert et que je déballe le matériel pour effectuer les premiers réglages, j’échappe rarement à la conversation stérile suivante :

Le groupie – ça doit faire de meilleur images qu’un iPhone votre appareil

« Rho putain c’est parti ! »

Moi – oui et non, en fait ça n’a pas grand chose à voir, il est possible de faire de très bonnes photos avec un iPhone.

Le groupie – le problème c’est la lumière, c’est ça ?

« Ben oui, avec ton objectif ouvert à f 5.6 et ta vitesse à 1/800, ça doit être sombre mon gars, c’est clair »

Moi – l’ouverture fait beaucoup pour la lumière en effet.

Le groupie – oui, oui, la focale, et ta focale à toi c’est 800 ZO ?

« Je vais te la foutre dans la gueule ta focale moi. »

Moi – heu oui, c’est ça, 800 ISO.

Le groupie – et les réglages, c’est quoi, parce que le mode auto…

« Vroum vroum ! »

Moi – manuel.

Le groupie – tout manuel ?

« Devine. »

Moi – ben oui.

Généralement la conversation s’épuise alors, mais il y a les coriaces. Ceux qui se lancent dans un débat sur les boîtiers argentiques alors qu’ils photographient en mode Auto sans même passer par un format RAW.

L’argentique c’est un peu de vinyle de la photographie, un sujet sans fond où chacun y va de ses arguments subjectifs. Sauf que je suis assez vieux pour avoir connu, photographié et développé en argentique. L’idéalisation de la pellicule Kodak T-MAX et des bains pour développer qui encombrement les toilettes, c’est bon, j’ai donné. Je suis très loin de maîtriser suffisamment les techniques de laboratoire pour approcher le travail que j’effectue sur du RAW avec Lightroom, alors passons.

Revenons aux casses-bonbons. Le plus souvent, ces gens lancent le sujet de la photographie pour dériver ensuite sur le réchauffement climatique (à croire que j’ai une tête de climatologue), le complot contre l’humanité, ces ondes qui nous contrôlent (faut croire que j’attire les cinglés) et j’en passe.

Cependant, quelques fois, je tombe sur un vrai photographe, un mec vraiment doué, qui avec un petit hybride et une optique passe partout va faire cent fois mieux que moi avec mes six kilos de d’équipement. Des personnes qui, patiemment, m’écoutent pérorer sur la photo alors qu’ils en savent bien plus que moi et possèdent un vrai talent.

Dans ces cas là, devinez qui est le casse-burnes ?

Va falloir que je me montre plus conciliant la prochaine fois avec l’emmerdeur de service qui m’abordera… Nous sommes tous l’emmerdeur de quelqu’un finalement.