AP 2022

Image

AP 2022 est un roman décrivant notre monde dans un futur proche, dans quatre années exactement. Il a été co écrit par de nombreux auteurs que vous ne connaissez pas forcément, un roman sous forme de plusieurs nouvelles traitant d’un seul et même sujet, l’extermination programmée d’une catégorie sociale.

Si l’ouvrage ne brille pas forcément pas son style, son sujet lui est brûlant et cruellement d’actualité. Ecrit comme une étude de la dernière extinction de masse ou de l’holocauste, avec un regard très détaché du sujet, le livre raconte comment une société se réorganise en reléguant sur le banc de touche la moité des joueurs. Ceux qui restent sur le terrain doivent s’adapter, les autres, sont contraints de se débrouiller pour trouver une nouvelle équipe qui veuille bien d’eux.

AP 2022 pourrait être considéré comme une continuation du génial film de Terry Gilliam, Brazil. Après la toute puissance de la bureaucratie, avec son lot d’employés inutiles, de dépenses ridicules, de complexités administratives sans fin, viendrait l’ère de l’épuration ethnique, de la simplification à la dynamite, de l’effondrement des ronds de cuirs.

La population stigmatisée dans ce roman s’appelle les fonctionnaires, ces agents de l’état et des collectivités locales, ces feignants surpayés qui ne font rien de leurs journées et qui augmentent nos impôts prélevés à la source.

AP 2022 raconte comment la fonction publique va être réorganisée dans un futur très proche, détaillant chaque métier avec son effectif cible, sa hiérarchie, sa géolocalisation, son catalogue de postes, de métiers et de déménagements, un pavé très détaillé qui oublie un seul sujet, pourtant crucial : que deviennent ceux qui n’ont plus de poste ?

Pour les vieux, la solution Soleil Vert semble acceptable, tant qu’à se faire dévorer, autant que ce soit par les collègues, on reste en famille. Pour ceux à qui il reste encore quelques années avant une hypothétique retraite, la situation est délicate, d’autant que le dossier des retraites sera sur la table l’an prochain. Localement les postes ferment. Il faut donc chercher ailleurs, mais ailleurs, clairement, personne ne veut de vous. Un fonctionnaire peine à se vendre dans le privé, et dans les autres administrations, étant donné qu’elles ont le même problème de récession, il n’y a guère de place, et s’il y en a, encore faut-il avoir le profil pour postuler.

En feuilletant les pages du roman AP 2022, j’ai appris que je n’avais plus de travail dans un avenir proche. Et cette histoire ne parle pas de reclassement, d’indemnité de licenciement, d’assurance chômage. Il y a bien un chapitre accompagnement mais si j’ai bien compris, il se limite à me conduire jusque la porte du bureau.

Une mouche a du se coincer dans l’imprimante.

Les disparus

Image

Combien de groupes sont nés d’une bande de copains, plein d’envies, plein d’espoirs ? Installés dans un garage, un grenier, un salon après avoir poussé les meubles, ils ont improvisé, composé, répété, enregistré. Avec leurs économies, il se sont offert quelques heures de studio et un pressage de compact disque à cinq cent exemplaires, réalisant leur rêve de gosses, sortir un album.

Comme tout les autres, ils ont ouvert un compte Facebook, Twitter, Youtube, Soundcloud, Bandcamp afin de promouvoir leur groupe et leur album sur la toile, postant des photographies de répétitions, des événements, des affiches, des extraits sonores.

Un concert dans au café du coin, une prestation à la fête de la musique et les voila qui rêvent déjà du festival de la Lorely. Ils cherchent vainement, de longs mois durant, un  label, un tourneur, des salles qui les accueilleraient, même pour une première partie sans défraiement. Ils envoient leur album à des radios, des magazines puis à des webzines, espérant ainsi se faire connaître un tout petit peu. Les radios jettent le CD sans l’écouter, les magazines font de même. Quelques webzines jettent une oreille à leur création, certains la chronique et le groupe se prend à rêver de gloire.

Les albums se vendent peu ou pas, la famille et quelques copains en achètent pour leur faire plaisir, une ou deux personne à la fin d’un concert, pas de quoi rentrer dans la mise de fonds initiale, à peine de quoi payer l’essence de la voiture. Pourtant la musique est belle, le groupe a du talent et l’envie de faire vivre leur musique.

Désespérés, certains tombent sous les griffes de maisons de disques ou promoteurs peu scrupuleux, qui leur promettent monts et merveilles, empochent leur argent et ne font rien ou pire disparaissent avec la cagnotte. Au sein du groupe d’amis, les tensions deviennent palpables, les conjoints crient à l’argent dépensé en vain, au temps perdu loin de la famille. Les musiciens se rejettent les responsabilités, les mauvais choix, ne veulent plus rouler toute la nuit pour trente minutes de concert dans une salle minable, perdue au milieu de nulle part. Certains se fâchent et quittent le groupe, il faut trouver un nouveau bassiste, un chanteur ou un guitariste et plus rien n’est alors pareil. L’envie n’est plus là. Reste l’amertume. Le rêve s’est brisé.

Certains de ses groupes survivent encore, le temps d’un EP, parfois d’un second album qu’ils ne finiront jamais. Sur les réseaux sociaux, ils deviennent de plus en plus silencieux jusqu’au jour où leur compte disparaît, sans un mot.

Le monde de la musique est impitoyable, très rares sont les élus qui finissent par se faire connaître et par atteindre l’équilibre financier. Nous découvrons des merveilles, et plein d’espoir nous les mettons en avant, mais nous savons bien que très peu d’entre eux survivront au premier album. Et parfois ceux qui restent ne sont pas les meilleurs. Telle est la dure loi du business musical en France.

Youpi, c’est la rentrée !

Image

Vous vous souvenez tous certainement de cette fébrilité quelques jours avant la rentée des classes, lorsque nous partions avec notre maman, acheter un nouveau sac, un bic quatre couleurs, une ardoise, une éponge, des cahiers, des buvards. Vous vous souvenez certainement de la douce odeur de ces fournitures, de l’impatience d’essayer tout ce matériel magique, de connaître notre nouvelle maîtresse et notre voisin de pupitre.

Pour mes garçons, c’est aussi la rentrée, l’un en prépa, l’autre en école d’architecte. Ils n’ont plus besoin de cartable ni d’ardoise, juste de frais d’inscriptions, d’ultra portables, de chambres d’étudiant, de repas, de titres de transport, d’assurances, de forfaits téléphoniques…

Pourquoi n’ont-ils pas choisi un C.A.P. électricien, boulanger ou maçon ? Ils bosseraient déjà et ramèneraient deux salaires à la maison. Là nous signons  pour sept ans de plus, dans le meilleur des cas. Sept années d’études, d’hébergement, de transport, de nourriture, de frais divers, de voyages.

Cela signifie sept années sans changer de boitier photo, d’ampli audio, d’ordinateur, de piano, de violoncelle, de voiture. Sept années sans partir en voyage à l’étranger, sans acheter de nouvel objectif. Nous sommes fauchés pour sept ans.

Nous espérons bien entendu un retour sur investissement après autant  de sacrifices. Car après tout, un enfant est un placement pour l’avenir, pour payer nos maisons de retraite par exemple. Sinon à quoi serviraient les enfants sérieusement ?

Je viens d’acheter un ultra portable plus performant que mon propre portable pour l’un de mes gamins et l’autre reçoit le tiers de mon salaire tous les mois pour survivre loin de ses parents chéris. Comment vais-je m’offrir un Mac Book Pro ou un Tamron SP-AF 70-200 mm ouvert à 2.8 pour Noël ?

Il étaient si mignons avec leurs petits cartables Pokemon à trente euros, quand ils partaient à l’école primaire, main dans la main tout heureux. Ils jouaient avec leur papounet les dimanches après-midi pluvieux à Magic, Descent, X Wings. Ils regardaient Star Wars ou Indiana Jones le samedi soir sur le canapé et jouaient à Bomberman et Mario Kart devant la WII.

Aujourd’hui, ils font la gueule, sont exigeants, nous trouvent débiles, ne disent plus merci et consomment plus de cinquante pour-cent des ressources financières durement gagnées par le foyer dans lequel ils ne vivent même plus, sauf le weekend pour leurs lessives. C’est désolant.

Chérie ? Les garçons sont grands tu sais maintenant. Et si on remettait le couvert, deux petites filles cette fois pour changer. Tu en pense quoi hein ? Chérie ?

La planète se meurt

Un idéaliste prit un jour la parole, entouré de notables cyniques. “La planète se meurt.” dit-il, “Nous devons réagir !”. Son discours enflammé fut suivi de quelques applaudissements sporadiques et de nombreux regards désabusés. “Revenons au prix du baril de pétrole, si vous le voulez bien messieurs, mesdames.” continua le maître des lieux.

Mais que faisait-il dans cette assemblée ? Pourquoi avait-il accepté de les suivre, de se compromettre ? Croyait-il réellement qu’il pourrait influer sur la trajectoire de l’immense bulldozer économique en marche depuis des mois ?

Les espèces disparaissent, les températures augmentent, la banquise se fracture, l’eau potable vient à manquer, des catastrophes écologiques secouent la planète et Gaïa se meurt.

Populaire ou non, son message n’a pas été entendu, ou si peu. Qui accepterait de changer radicalement ses habitudes dans l’espoir d’influer un temps soit peu sur la hausse d’un mercure excellente pour les hôteliers ? Après des millénaires, pourquoi la planète, notre éternel refuge, serait-elle sur le point de mettre en péril nos existences. La septième extinction ? Foutaises !

Le petit homme idéaliste, écoeuré par ses compromis, a rendu son tablier. Il croyait qu’il serait écouté, il n’a été en réalité utilisé que pour donner bonne conscience à un gouvernement. 

Le petit homme vient d’être remplacé. La planète va-t-elle se porter mieux pour autant ? J’en doute, mais en attendant, j’ai un nouveau patron.

Dépassements

Image

Dans notre belle société égalitaire disposant d’une protection sociale exemplaire, il semblerait que quelque chose ne tourne pas rond. Depuis l’instauration de la limitation de vitesse à 80 km/h, les dépassements sont devenus sportifs sur les petites routes. Mais alors que le tiers payant s’est généralisé, les excès de vitesse eux aussi sont devenus légion

J’adore cette question perverse qui revient à chaque fois dans les questionnaires de santé et dans la bouche souriante des secrétaires médicales : “Quelle est le nom votre mutuelle ?”.

Un spécialiste émarge théoriquement à 30 € la consultation – sauf pour les fous – mais la facture grimpe aisément à 55 € pour dix minutes de travail. Il existe des spécialistes conventionnés, dans des centres mutualistes (mais ils changent de poste très régulièrement), ou sinon dans des cabinets qui ont tellement mauvaise presse que l’on préfère mourir en silence que de se faire torturer chez eux.

Lorsque vous êtes malade, donc en position de faiblesse, et que votre généraliste vous recommande un spécialiste, vous lui faites confiance, vous ne vous posez pas forcément la question de savoir de combien sera la facture, car même une caisse en sapin, ça coûte très cher.

Si le spécialiste opère à l’hôpital, vous vous attendez à des tarifs conventionnés mais en réalité, il y a souvent deux poids et deux mesures. Vous voulez rester toute la matinée dans un couloir bruyant, passant et non climatisé, avec pour tout vêtement une blouse ouverte sur les fesses et plein de personnes, qui arrivées après vous, passent avant vous, ça c’est le tarif conventionné. Pour la version rapide et confortable, avec un minimum d’intimité, prévoyez une sérieuse rallonge. Pourtant cela se passe au même endroit, avec le même praticien, dans les locaux d’un hôpital public.

Si le spécialiste n’opère qu’en clinique privée, là prenez rendez-vous à la banque avant l’opération, non pas pour souscrire une assurance vie, mais pour une autorisation de découvert, voire un prêt sur cinq ans.

Si votre spécialiste travaille avec un anesthésiste attitré, les choses deviennent sérieuses. Vous avez payé le prix fort pour une consultation de spécialiste, ensuite il vous annonce qu’il opère dans une clinique privée, et que son anesthésiste c’est monsieur Machin. Monsieur Machin possède un magnifique cabinet dans un quartier huppé au parquet ciré, avec toiles de signées au mur et des secrétaires médicales dignes d’un casting de photos de mode. L’anesthésiste vous reçoit à l’heure, comme le spécialiste d’ailleurs – c’est fou comme l’argent rend ponctuel – la secrétaire vous demande votre mutuelle avec un sourire ravageur et vous annonce que normalement cet organisme devrait prendre en charge tous les frais, comprenez le petit dépassement anecdotique qui va transformer vos prochains repas en ragoûts de pommes de terre.

Passons sur les petits excès de l’anesthésie, qu’est-ce que l’argent après tout ? Reste la facture de l’intervention chirurgicale. Celle-là se fait sans anesthésie, et c’est bien dommage, car elle fait vraiment très mal, et ça vous ne le découvrez qu’à la fin, quand il est trop tard. Ce n’est pas comme au restaurant, où sur le menu, il y a les tarifs affichés.

Mais ce qu’il y a d’extraordinaire dans toute cette histoire, c’est que deux personnes, ayant subi exactement le même parcours médical, la même intervention, avec les mêmes médecins, bénéficiant de la même mutuelle, n’auront pas la même somme à payer à la sortie. Tarif à la gueule du client ? Sérieusement…

La moralité de cette histoire, c’est qu’il vaut mieux être riche et bien portant dans une villa en Corse à bronzer au bord de la piscine que dans la clinique privée de mon spécialiste avec son anesthésiste et une sonde plantée dans mon fondement à attendre la facture de l’intervention qui va faire très mal.

FIFA

Image

Je n’ai rien contre les footeux, enfin si un peu quand même mais ce sont des traumatismes venus de la petite enfance. Je n’ai rien contre le football même si c’est un sport qui ne m’intéresse pas.

Mais quand je vois une femme en bikini au milieu de la route avec un drapeau français sur le dos, ses enfants totalement agités sur le bord du trottoir  et son époux en slip avec une perruque bleue, un verre à la main arrêtant les voitures,  pour fêter la victoire, j’ai peur.

Pourquoi le foot ? Pourquoi pas le tennis de table, le marathon, la voile ? Pourquoi ce sport mobilise autant et divise d’autant ? Pourquoi la télévision, la publicité, les politiques s’en sont emparés aussi avidement ? Machine à fric, du pain et des jeux ? Je conçois la liesse populaire. Moi même je m’y adonne dans les concerts de rock, mais aucun groupe ne déchaînera jamais des passions comme le fait le ballon rond, pas même les Beatles en leur temps. Manipulation de masse, endoctrinement depuis le plus jeune âge, exutoire à toutes les frustrations, le foot est devenu la grande messe du pauvre, la communion prolétaire, la liesse populiste.

Non fatigués d’un 14 juillet où ils étaient plus discrets, ils remettaient le couvert le 15. Pourtant ce ne fut pas un feu d’artifice, juste une baballe passant d’un côté à l’autre, poussée par des pieds, des têtes et parfois des mains même si c’est mal les mains à ce qu’il paraît.

Ces idoles gagnent des millions quand ceux qui les adulent peinent à boucler leur fin de mois en mangeant une marque de pâtes fournisseur officiel de la Fifa. Panem Circenses.

Ce qu’il y a de sûr, c’est que les clubs amateurs vont refuser des marmots à la rentrée et que des vocations de pousseur de ballon à quelques millions d’euros vont fleurir sur les pelouses des jardinets cet été.

Et si tout l’argent dépensé dans le foot, joueurs, publicité, objets dérivés, stades, nos politiques le réutilisaient à bon escient ? Et si à la place des créneaux TV de deux heures réservés aux matchs de foot, les chaînes proposaient un peu de culture ? Et si nous devenions moins cons tout simplement ?

D’accord c’est un discours facho pseudo intello intolérant que je livre là, je l’avoue. Mais si j’avais gueulé autant que mes voisins quinze jours durant, mis le même bordel que eux le soir du dimanche 15 juillet dans la rue, vomis sur les trottoirs et couru en slip dans la rue en stoppant les bus, peut-être auriez-vous eu la même réaction que moi.

Songe d’une nuit d’été

Image

Ah l’été, ses douces soirées, ses apéritifs en terrasse, ses jeux dans la piscine, quel bonheur !

Le mercure grimpe, les jupes se raccourcissent, les cigales chantent, bientôt il faudra fermer les volets tant le soleil brûle la peau.

La chaleur peine à baisser la nuit. Pour dormir sans suffoquer dans une chambre à plus de 28°, une seule issue, ouvrir la fenêtre, cette belle fenêtre double vitrage qui nous protège l’hiver du froid mais également des nuisances sonores:  du bruit de la rue, des voitures qui circulent, du bruit des voisins, qui discutent dans la cour juste en dessous de chez vous.

Vingt trois heures, je suis épuisé après plusieurs jours de canicule, le travail m’attend demain matin à six heures, il est urgent de dormir, mon corps le réclame.

Ils sont assis dans la cour, téléphone portable en main, tenant d’interminables conversations haut parleur réglé au maximum avec des interlocuteurs qui hurlent de rire. Ils sont heureux, pas moi.

Il faut chaud, les bières rafraîchissent, désinhibent, délient les langues. La télévision hurle une émission télé réalité débile que personne ne regarde, mais la fenêtre reste ouverte pour aérer la maison. Le chien, gentillement couché près de ses maîtres imbibés, se lève soudain et se met à aboyer comme un dément: un compagnon canidé passe dans la rue, à quelques mètre de là. Après quelques minutes de tintamarre, c’est aux propriétaires, dérangés par leur cabot, de hurler sur l’animal pour qu’il se calme. Il est minuit, l’heure du crime…

Un jardin plus loin, la piscine récemment creusée, est inaugurée par la famille et leurs amis. Plouffff ! Rires, cris, l’eau est fraîche, la nuit est chaude, cela fait du bien de s’y baigner.

Impossible de fermer la fenêtre, il fait trop chaud. Je rêve du île déserte, de meurtre, de climatisation, d’Islande, de lance roquette, de calotte polaire, de vengeance, de sorbet au citron, de fusil à pompe et d’une douche glacée. J’imagine que je vais me lever, descendre dans le jardin et hurler sur mes voisins pour qu’ils se taisent, pour qu’ils musellent ce chien, pour qu’ils vident la piscine. Mais j’ai trop chaud, comme eux sans doute, eux qui ne travaillent pas demain matin et qui se moquent de savoir si je dors ou pas. En plus je leur ai déjà expliqué gentiment plusieurs fois qu’ils nous pourrissaient les nuit.

J’ai envie de sortir mes enceintes colonnes sur la terrasse et vérifier jusqu’à quelle puissance l’amplificateur est capable de restituer la Polyfonie X de Pierre Boulez sans percer les tympans du public. Des scooters passent en pétaradant dans le rue, le chien se remet à hurler, les proprios suivent avec un temps de retard, les gamins crient dans la piscine, il est deux heures du matin, je me lève dans quatre heures, tout va bien.

Désespéré, je ferme la fenêtre, mets des bouchons d’oreilles, écrase ma tête sous l’oreiller et tente de trouver le sommeil sur un matelas trempé par la transpiration. Les bruits étouffés de mes voisins m’obsèdent, je n’entends plus que ça. Dès que le sommeil vient, un aboiement me réveille. Il est trois heures du matin, la chambre ressemble à un sauna, j’ouvre à nouveau la fenêtre. Pour faire bonne mesure, le chien hurle à nouveau en réaction à un rôt sonore accompagnant le bruit d’une canette de bière écrasée.

Mes voisins sont fin ivres, ils comatent dans le jardin, la télévision hurle toujours des clips de rap et de hip hop par le fenêtre ouverte. Plus personne ne nage dans la piscine et le chien roupille près des dernières gouttes de bières coulant de la bouteille cassée. Il est quatre heure, je vais pouvoir enfin fermer les yeux et m’endormir. Dans deux heures le soleil se lève.

Et je rêve. Je rêve du Catalogue de la Manufacture des Armes de Saint Etienne. Je tourne les pages avec délectation, je choisis un fusil, des cartouches. Je commande et reçois aussitôt le précieux colis. Je déballe le paquet et admire l’arme bien graissée. De la fenêtre ouverte de ma chambre, je charge l’arme, épaule et tire. Pan ! Dans une canette de bière, la balle perce de part en part le cylindre métallique qui vole dans les air. Surpris dans son sommeil le chien sursaute et se met à aboyer comme un dératé. Pan ! Dans la mâchoire du clébard. Ses crocs explosent, sa langue se détache, du sang gicle sur le sol. La bête est encore vivante mais ne peut plus gueuler. Réveillé brutalement par les deux tirs, son maître sort péniblement du coma éthylique et se redresse. Pan ! Une balle entre les deux yeux du con qui dormait. La cervelle gicle sur le mur. Les yeux écarquillés il me regarde effrayé avant de s’écrouler. “Bonsoir, dormez bien.”. Une flaque de sang toute fraîche coule dans la cour de mes voisins, l’odeur de poudre enivre mes sens, il faut vraiment que je m’offre une arme automatique, ça doit se vendre au marché noir. J’irai flinguer ces petits abrutis à scooter avant d’aller me coucher et je lancerai une grenade au milieu de la piscine à l’heure de la baignade.

Rien de tel que de beaux rêves pour passer une nuit paisible. Bon il faudra quand même que je consulte cette fois, ça devient grave.

Une course éperdue en avant

Image

Des milliers d’albums, vinyles, compact disques, fichiers mp3, Alac, Waw, dorment dans les étagères et l’ordinateur de la maison.

Chaque jour qui passe voit son lot de nouveaux arrivants. La collection enfle démesurément, une croissance quasi exponentielle.

De purs chefs d’œuvres délaissés faute de temps pour les écouter. A quoi bon cette course effrénée en avant ?

Et si j’arrêtais le temps, me posais dans le salon, et dégustais une de ces merveilles qui chavira mon âme, me fit verser des larmes ?

Je pense avoir largement de quoi passer une centaine de jours et de nuits ininterrompus à n’écouter que du rock progressif.

Parfois je ressors mon iPod où se cachent mes artistes préférés, je m’installe dans le canapé, au coucher du soleil, une bière dans la main, et j’écoute religieusement quelques morceaux arrivant au hasard, replongeant dans ces émotions toujours aussi puissantes. Lorsque je dispose de plus de temps, je pose un vinyle ou glisse un CD, façon vieux con nostalgique, m’immergeant dans un concept album devenu aujourd’hui référence.

Il y a tant de musique à écouter que je me demande parfois pourquoi courir après les nouveautés, et puis je tombe sur un bijou, original, encore confidentiel qui pourrait devenir le classique de demain, un album qui fait battre mon cœur malgré toutes les années et les titres écoutés, alors je recommence, je scrute les sorties, dans l’espoir de découvrir une nouvelle perle rare et j’oublie les milliers d’albums sublimes qui dorment sous mon toit.

Lettre à mes amis

Image

Mes chers et nombreux amis, je m’aperçois aujourd’hui que je vous connais bien mal, votre visage ne me dit pas grand chose, pas plus que votre nom.

Vous n’êtes pas loin de cinq cent alors que je peine à retenir dix noms et cinq visages.

Qui êtes vous ? Nous sommes-nous, ne serait-ce qu’une fois rencontré ? Pourquoi sommes-nous devenus amis ? Je me suis souvent posé la question. Ne le prenez pas mal, mais connaître autant d’amis inconnus, cela interroge.

A de rares occasions j’ai refusé votre amitié, lorsque votre poitrine gonflée de vie et vos nuisettes avantageuses auraient pu heurter la sensibilité de mon épouse. Il m’est également arrivé de vous réduire au silence lorsque vos propos m’agaçaient et de vous mettre dehors lorsque vous vous dépassiez les bornes.

Qu’avons-nous en commun ? Une même passion pour la musique  ? Est-ce bien la même d’ailleurs ? Un même besoin de combler notre solitude ? Je ne suis pas seul, désolé.

J’ai plus d’amis Facebook que de lecteurs réguliers du webzine. Ne parlons même pas des follower Twitter. Nombres d’entre eux sont des musiciens, devenus amis afin de faciliter nos échanges, pour me remercier d’une chronique. Quelques uns, ils sont devenus des connaissances voire des amis dans la vraie vie, mais c’est l’exception. Reste quelques lecteurs avec qui j’ai échangé une fois ou deux, des rencontres de concert que je ne reconnaîtrais pas forcément (pardon, je ne vous snobe pas, mais mon cerveau est limité à dix noms et cinq visages).

Il y a sans doute aussi ces amis qui sont mes ennemis, sans que je le sache. Des gens qui me détestent et qui restent mes “amis”… Et puis il y a ces inconnus absolus, avec qui je n’ai jamais échangé, des amis d’amis d’amis demandant à être amis. Dans le doute j’accepte certaines demandes, sauf pour les bombasses suspectes, on ne sait jamais, des fois que ce soit un promoteur avec son profil privé, ça arrive.

Je ne vous connaît pas les amis, vous ne me connaissez pas, alors pourquoi sommes-nous amis ? Pour faire grimper votre score Facebook, pour avoir un “people” dans vos connaissance ? Je ne suis pas un “people”. Vous ne likez pas mes articles de plus en plus rares, je ne vais pas sur votre profile, vous n’échangez pas de message avec moi, nous sommes de parfaits inconnus. Alors pourquoi sommes-nous amis ?

J’ai remarqué un comportement assez surprenant sur les réseaux sociaux. Lorsque que vous postez une information, un lien, un article, une chronique, vos amis, vos abonnés likent facilement, commentent, mais combien cliquent sur le lien et lisent réellement ce qu’il y a derrière ? Un sur dix ? Si je me fie aux statistiques du webzine du temps du groupe de discussion Neoprog, nous n’étions pas loin de ce score. Alors, quoi sert ce pouce en l’air, ce cœur, ce rire, cet air dubitatif ou en colère si les clickeurs fous ne regardent même pas vraiment le texte derrière la photo. Ils y en a même, qui commentent sans lire.

Je lis occasionnellement le fil d’actualités de quelques personnes que je connais, je like assez peu, je ne souhaite plus les anniversaires, que ce soit pour les vrais amis ou les inconnus, ça n’a pas de sens, je refuse la plus grande part des invitations car je ne suis pas un fan de guitare, ni de basse, ni de batterie, je n’enregistre rien dans les studios, je ne compte pas presser de vinyle ni devenir producteur. Je me suis retiré des groupes, je n’y allais de toute façon plus depuis longtemps et j’ai cessé les débats sur la toile, c’est épuisant.

Je suis bien tenté pas un grand nettoyage par le vide mais j’ai peur d’offenser des personnes, alors, si, vous qui me lisez, vous ne me connaissez pas, ne m’aimez pas, n’avez pas un besoin vital de rester en contact avec moi, n’hésitez pas à vous enlever de mes amis, je ne vous en tiendrais pas rigueur, bien au contraire. Si vous restez quand même, s’il vous plais, ne m’invitez pas dans des groupes, à des événements sans rapport avec le rock progressif et si vous êtes une bombasse désireuse de me rencontrer, essayez une méthode plus directe d’approche, car le numérique à ses limites…

Hérésie cathare

Image

En septembre dernier, je changeais de fonction dans mon administration. Nouvelles compétences, formations, mise en pratique, je suis depuis quelques mois opérationnel et autonome.

Mais voila, c’était sans compter sur la réforme de notre organisation.

Je vais disparaître.

Bien entendu je ne suis pas le seul, en fait presque tout le monde va disparaître chez nous, services, agents, mais pas les métiers. Alors qui va faire le travail soit disant indispensable et très chronophage ?

Ma hiérarchie me demande de transférer mes compétences à des collègues qui travaillent dans toute autre activité. Voila neuf mois que je suis arrivé, tout juste formé et opérationnel et ma direction me demande de transmettre des connaissances fraîchement acquises à d’autres agents. Pas un seul instant il n’a été question de ce que j’allais devenir. Si je ne fais plus le travail pour lequel je viens d’être formé, que vais-je faire à la place, où vais-je travailler, que vais-je devenir ?

Notre DRH nous envoie des liens de sites de recrutement de la fonction publique et territoriale, des annonces de concours, des postes soit disant éligibles au travail à distance mais qui ne le sont pas en réalité.

C’est bête, mais j’aime mon nouveau métier. Cela faisait huit ans que j’espérais ce poste, que j’attendais qu’une place se libère.

Les services se défont, sont centralisés, les agents travailleront bientôt presque tous à distance avant qu’on ne les force à migrer vers le sud pour écraser l’hérésie cathare. Le ministre est pressé, il faut que cette réorganisation aille vite, d’ailleurs il a débloqué près de trois millions d’euros pour accélérer l’opération.

Initialement implantés dans chaque département dans les années quatre-vingt-dix, nous nous sommes réfugiés dans les bastions régionaux, abandonnant les terrains de la proximité pour toujours. Puis nous avons renoncé à ces fortifications avancées où ne veillent plus que de vieux croisés fatigués. De plus de cent-vingt places fortes, nous sommes passés à neuf, bientôt il n’en restera qu’une, au bord de la Garonne. Pour combien de temps encore ?

Vous me direz, ça pourrait être bien pire, notre belle assemblée pourrait mettre un terme au statut autrefois si convoité de fonctionnaire…