Carnage photo

Image

D’ordinaire, le week-end je procrastine. Une vidéo, quelques développements photo, une série ou deux, des articles pour le blog, un peu de jardinage, bref je me repose de la semaine.

Mais samedi 18 juin j’avais au programme une exposition photo, la gay pride à Strasbourg (non non je n’ai pas fait mon coming out, je voulais, comme l’an passé couvrir l’événement), un concert avec Petter Carlsen chez Paulette, un concert avec Out5ide à Bendfeld et j’étais réquisitionné pour photographier un tournoi de tennis de table. 

Oui, tout ça dans une même journée. Il fallait faire des choix.

Bon en m’organisant un peu, je pouvais faire le tournoi jusqu’à 13h, passer à l’expo photo, suivre la gay pride jusque 16h, retourner au tournois jusqu’à 18h, partir pour Pagney-derrière-Barine et arriver à temps pour le concert de Petter. Tendu mais jouable.

Pour le 18, les prévisions de températures maximales se situaient entre 38 et 40 degrés Celsius, un temps idéal pour faire des kilomètres en voiture, s’enfermer dans une salle de concert ou rester pendant douze heures dans un gymnase à trimbaler quelques kilos de matériel photo.

Cerise sur le gâteau, je tombais malade deux jours avant la canicule. 

Lorsque nous sommes rentrés de vacances le samedi d’avant, notre grand resté à la maison à garder le chat, arroser les salades et manger des pizzas est tombé malade. Mal de gorge, nez bouché, toux et température. Vous savez les trucs qu’on choppe en hiver. Deux jours plus tard, et malgré moultes précautions, masque, désinfection, limitation des contacts au minimum, mon épouse était contaminée et logiquement, deux jours après c’est moi qui tombait malade.

Acte manqué ? Possible…

Toujours est-il que le planning compétition, expo, gay pride concert n’était plus envisageable dans mon état. Surtout avec la paranoïa autour du COVID-19 même avec des tests négatifs. Oui on a tendance à l’oublier mais la messe n’est pas dite pour cette saloperie. Vous savez, quand vous avez une quinte de toux dans les transports en commun et que tout le monde s’éloigne de vous.

Le jeudi, j’ai quitté le travail à midi, dormi jusque 15h, fait un auto-test, dormi encore deux grosses heures, oubliant de me nourrir, un gros coup de pompe après une semaine de sieste corse. Une grosse crève quoi.

Le vendredi, migraineux et pas plus gaillard que la veille après une nuit à compter toutes les heures entre deux rêves psychédéliques, j’annonçais mon risque de défection élevé à mes rendez-vous du samedi. Entre deux siestes, je nettoyais quand même capteurs et optiques du matériel photo au cas où. 

Le samedi, guère plus vaillant, je me suis rendu aux aurores au gymnase avec mon barda, prêt à en découdre avec les pongistes. J’avais briqué mes optiques, soigné mes réglages, chargé les batteries de secours, rempli ma bouteille d’eau glaciale et sélectionné avec amour le matériel.

Sur place, c’est la chargée de com de la ligue qui gérait les photographes, en l’occurrence moi, ex membre du club et une maman de joueur. « Vous prenez des photos des joueurs, vous les retouchez sur votre PC et ensuite vous me les donnez sur une clé USB pour que je puisse les mettre en ligne en temps quasi réel sur Flickr. »

Bonjour madame. Alors, 1, je n’ai pas de PC portable mais un Mac avec un écran 27 pouces qui ne sort pas de la maison pour des raisons évidentes, 2, je photographie toujours en mode natif, RAW vous connaissez, j’ai besoin de Lightroom pour développer mes clichés ce qui prend plusieurs minutes par image, 3, j’aime bien prendre mon temps avec les images.

« Oui mais il me faut les images tout de suite pour les poster sur les réseaux sociaux et les commenter en temps réel. »

Damned ! Me voilà condamné à laisser le Nikon faire du JPG tout seul, en qualité basique parce que mes images sont trop lentes à uploader sur Internet. Je change tous mes réglages à l’arrache, soupire et m’exécute. Cadrage approximatif, balance des blancs aléatoire, couleurs pâlottes, bruit mal traité, le microprocesseur du Nikon fait de son mieux mais il n’y a pas de miracle et pour moi chaque photo est un aveux d’échec. Je fais de la merde.

Bon d’accord, je sors d’une migraine, je suis malade et il fait trente-huit degrés à l’ombre. C’est l’enfer ! Les photos s’affichent sur Flickr en temps réel et c’est très très moche.

On nous demande de cibler quelques joueurs pour les sponsors, de cadrer les bannières des associations, de photographier les officiels au vin d’honneur, bref de faire la com visuelle sous censure. Le pied !

Lorsque je donne ma carte SD pour la vider de ces innommables JPG, on me fait remarquer que je ne suis guère productif. Et la dame, non contente, supprime des images potentiellement belles. Ben oui, désolé, je prends le temps de l’image, je jette ce qui ne me plaît pas et je recommence jusqu’à avoir obtenu ce que je cherchais à capturer.

Ma collègue qui photographie toujours de cette manière et retouche avec Photos de Windows est nettement plus réactive. Cadrage centré, re taillage quasiment carré, correction auto avec le curseur et le tour est joué. Elle a le coup de main et s’en sort avec les honneurs.

Moi prétentieux photographe amateur du dimanche, je refuse de jouer à ça, et puis je n’ai pas de PC alors… Alors mes images passent à la corbeille, trop d’ombre, cadrage atypique et que sais-je encore. Bon après je comprends l’objectif de l’opération, je n’ai aucune raison de lui en vouloir. Elle voulait des photos au fil de l’eau pour alimenter les réseaux sociaux, pas forcément des ‘belles‘ photos. Par contre on ne m’y reprendra pas. Il n’y a aucun plaisir à travailler comme ça, même pour rendre service.

A la place j’aurais pu écouter Petter Carlsen et qui sait réaliser de belles photos de concert au lieu de griller deux jours dans un gymnase à produire du JPG qualité Facebook.

Ikea je t’aime

Image

Vous en avez assez de meubler votre logement avec des meubles suédois ? Alors écoutez mon histoire.

Il y a quelque temps, mon épouse et moi même avons décidé de revoir la décoration de quelques pièces de notre maison. Après avoir refait les sols de deux pièces, nous avons envisagé de revoir l’ameublement datant d’il y a trente ans et d’alléger la décoration quelque peu chargée.

Dans les meubles remplacer, il y avait un bahut ancien sous lequel s’empilaient le matériel vidéo et les consoles de jeu. Nous voulions remplacer ce bazar par un vrai meuble TV prévu pour faire passer les fils et ranger les équipements.

La difficulté résidait dans l’ampli 5.1 de taille conséquente qui ne rentre pas dans tous les meubles, loin de là. Chez Ikea, deux modèles répondaient à nos attentes, mais voila, Ikea, nous en avons un peu assez à force, alors nous avons envisagé de monter un peu en gamme pour une fois.

Ma femme aime bien l’enseigne Maison du Monde, c’est vrai que l’on y trouve des meubles faux vieux ethniques qui possèdent un peu plus de style que les WERKGLENBERG blancs laqués que l’on trouve chez tout un chacun.

Dans la boutique Maison du Monde nous n’avons pas trouvé notre bonheur mais sur leur site il y a beaucoup plus de choix. Il faut dire que comme Amazon, Darty, Fnac et cie, ils se sont mis eux aussi au Market Place, vous savez ces boutiques dans la boutique.

Justement sur une de ces boutiques, nous avons trouvé un meuble TV en teck recyclé qui correspondait à nos attentes. Un meuble de Boisdessus Boisdessous à 819 euros tout de même.

Commande est passée et une livraison est prévue à partir du 31 mars.

Première contrariété, le 30, un mail nous annonce que le meuble sera livré le jeudi 7 avril entre dix heures et midi. Alors en fait moi je travaille, en l’occurence le 7 avril j’étais à 250 km de là en déplacement et pas moyen de changer la date de livraison sur leur site. Ma femme à dû poser une matinée.

Les livreurs sont bien entendu arrivés à midi. Il a fallu leur rappeler qu’ils devaient déposer le meuble dans la pièce, le déballer et emporter l’emballage, sinon ils auraient laissé le paquet de 38 kilos de 1,60m par 50 cm sur le trottoir sous la pluie battante de la tempête Diego.

Lorsque je suis rentré le vendredi soir, j’ai découvert la merveille. Un meuble en teck recyclé dans lequel l’ampli 5.1 rentrait au millimètre près (il me semblait que je disposais de 2 cm de marge lors de mes mesures). Bon au moins ça rentrait.

La mauvaise surprise c’est qu’un des trois tiroirs possédait une couleur très différente des deux autres et qui plus est, s’ouvrait très mal.

J’ai donc pris ma plume pour exprimer mon mécontentement :

Bonjour,

Nous avons bien réceptionné le meuble TV. Toutefois le tiroir droit n’est pas exactement de la même teinte que le reste du meuble (il est beaucoup plus sombre) et est difficile à ouvrir. A ce prix là, on pourrait attendre un meilleur travail de finition.

Cordialement

Le service après vente m’a répondu le lendemain

Bonjour Monsieur Le Brun,

Pourriez-vous nous envoyer des photos (ou vidéo) afin que l’on puisse mieux se rendre compte de ce qui vous pose souci ? 
A savoir que ce meuble est créé à partir de bois de teck recyclés, il y a donc plusieurs teintes présentent sur les meublent car ils ne sont pas fabriqués avec le même arbre.

Si les pièces jointes ne passent pas sur cette messagerie, vous pouvez nous les envoyer sur notre mail : contact@bdbd.fr

J’ai donc envoyé des photographies :

Voici leur réponse :

Bonjour Monsieur Le Brun,

Merci pour ces photos. Après analyse de celles-ci, nous vous confirmons que votre meuble est bien conforme. Comme je vous l’expliquais, il s’agit de Teck recyclé et donc les teintes peuvent varier.

Concernant l’ouverture de votre tiroir, auriez-vous la possibilité de nous envoyer une vidéo que l’on puisse se rendre compte du souci ?

Bien à vous.

Sarah -BDBD

J’ai donc envoyé une vidéo via WeTransfer qui montrait l’ouverture difficile du tiroir.

Bonjour Monsieur Le Brun,

Je vous remercie pour l’envoi de la vidéo demandée.

Il y a effectivement une petite résistance au niveau de l’ouverture qui est assez courante sur ce type de bois mais, avec le temps, le tiroir va de mieux en mieux glisser et vous n’aurez plus du tout ce souci.

Votre meuble est en très bon état et tout à fait conforme.

La teinte plus foncée du tiroir de droite est ce qui donne tout son charme aux meubles en bois de Teck recyclé.

Nous vous souhaitons une excellente semaine.

L’équipe BDBD

Soit. Mais le tiroir coinçait toujours et il fallait tenir le meuble lors de son ouverture, sinon tout bougeait. Ils n’avaient probablement jamais téléchargé la vidéo en question sur WeTransfer, ou alors les notifications de la plateforme fonctionne très mal… C’est moche de mentir.

Ma réponse ne s’est pas fait attendre :

Bonjour,

Si je résume nos échanges, vous me dites que si les tiroirs n’ont pas la même couleur et ne s’ouvrent pas correctement c’est normal.

Cela en dit long sur la qualité de vos produits et de votre service après-vente, et je vais me faire un plaisir de partager cette expérience d’achat sur les réseaux sociaux.

Cordialement

Chose promise, chose due. Je poste ici ma petite colère sans grand intérêt histoire de faire de la pub à leur enseigne.

Ils m’ont tout de même proposé de reprendre le meuble, à leur frais et de nous rembourser. Un beau geste. Sauf que j’avais déjà percé deux trous supplémentaires dedans pour faire passer tous les fils de mon installation. C’est qu’il y a beaucoup de câbles dans mon installation. Oui je suis un boulet.

Le promo syndrome

Image

Maintenant je peux vous l’avouer, j’ai été touché par le syndrome promotionnel.

Il m’a fallu des mois pour m’en apercevoir, des mois sans aucun contact avec les artistes et les maisons de disques.

Vous avez peut-être déjà expérimenté cette sensation. Lors d’un concert, vous découvrez un groupe qui offre un bon show et emballé par la musique, vous repartez avec leur album. Sauf que le lendemain, en écoutant le disque, vous ne retrouvez plus la magie du concert et le CD finit par prendre rapidement la poussière sur une étagère.

A l’époque de Neoprog, nous recevions beaucoup de musique des labels, des promoteurs et des artistes, beaucoup trop même, de quoi être amplement blasé en fait.

Sauf que chaque nouvel album d’un groupe relativement connu (on parle de rock progressif donc tout est relatif) provoquait chez moi un enthousiasme de jeune chiot alors que je ne l’aurais pas forcément écouté sans cela. Peut-être était-ce dû au plaisir de recevoir avant tout le monde du mp3 de mauvaise qualité avec une pochette en 800×800 pixels, quelques photos de promotion et un PDF en anglais ventant les mérites de l’album.

Aujourd’hui, à tête reposée, sans la pression de publier trois chroniques par semaine, je réécoute certains de ces albums cinq étoiles et me demande ce que j’ai pu leur trouver de si exceptionnels. 

Bien entendu, il arrive que certains disques m’enthousiasment lors des premières écoutes et que je m’en lasse plus tard, mais les cas sont trop nombreux pour rentrer dans cette catégorie. Certaines sorties ont tout simplement été largement surévaluées. 

Quelles ont pu être les raisons de ces gonflages de notes ?

Tout d’abord il faut comprendre que c’est un mécanisme inconscient qui est à l’œuvre ici, enfin la plupart du temps. Je n’ai jamais été payé pour donner une bonne note, j’ai juste été parfois légèrement soudoyé…

Il y a d’abord le bonheur de recevoir l’album d’une grosse pointure en avance de phase et de l’écouter en égoïste alors que tous les fans fantasment dessus, ça joue c’est évident. Le disque est comme alors à un gros cadeau de Noël que l’on s’empresse de déballer avant de passer au paquet suivant. Un déballage parfois trop rapide qui ne laisse pas le temps de bien critiquer le produit.

Il y a aussi l’effet coup de foudre, lorsque le chroniqueur a l’occasion de réaliser une interview de l’artiste. Une rencontre avec un grand nom de la musique, un personnage qui vous transmet sa passion, son enthousiasme, sa folie et qui peut rendre extraordinaire un album, disons moyen.

N’oublions pas l’effet cocorico, car le français est naturellement chauvin. Lorsqu’un groupe local sort un disque audible, les critiques franchouillardes ont tendance à se gargariser même si la galette n’a qu’à peine les qualités d’un album britannique de seconde zone. La production hexagonale étant assez pauvre, un truc acceptable passe pour la huitième merveille du monde.

Il y a aussi la gentillesse qui fonctionne. C’est bête, mais lorsqu’un artiste vient à vous, poliment, humblement, vous offrant son CD auto produit pressé à mille exemplaires, moi j’avais tendance à vouloir lui faire plaisir, à lui donner une chance, quitte à surévaluer son travail.

Enfin il y a l’effet quantité. Lorsque que vous écoutez des heures durant des promos de projets solo enregistrés dans une cuisine avec un clavier MIDI et que soudain vous tombez sur un album enregistré par un groupe en studio par des musiciens professionnels, la différence de qualité flatte immédiatement les oreilles et booste immanquablement la note.

Mais ne me faites pas dire ce que je n’ai pas écrit. Il arrive que des groupes français auto produits sortent de pures merveilles, que des artistes interviewés aient accouché d’un chef d’œuvre et qu’un grand groupe sorte une très belle galette.

Tout ça pour dire que à Neoprog il m’est arrivé de sur noter certaines sorties mais également d’en sous estimer d’autres faute d’une écoute attentive. Aujourd’hui lorsque j’ai un coup de foudre ou quelques réticences, je laisse reposer l’album le temps nécessaire à une écoute plus sereine. Je ne plus suis pressé par aucun label pour pondre mon texte dans la semaine.

La belle saison

Image

L’hiver est bien terminé, d’ailleurs , l’a-t-on vu passer ? Le mercure dépasse les 30 degrés à la mi mai. Tout va bien. 

C’est la saison des apéros en terrasse, des barbecues et des soirées dehors. Les bricoleurs reprennent leurs activités, les chiens aboient, la caravane passe.

Les peuple est à la fête, le beau temps est enfin de retour, mais sérieusement 31 degrés en mai, cela n’est pas normal. 

Comme disait très justement une personne sur Internet, il serait bon que les journalistes cessent de se réjouir lors du bulletin météo de ces belles journées ensoleillées. Ça n’est pas une bonne nouvelle. C’est la preuve que le réchauffement climatique gagne du terrain. 

Les gens font installer des climatisations dans leurs logements, j’y songe moi même tant je souffre lors des canicules. Beaucoup d’électricité consommée et de l’air chaud rejeté dans l’atmosphère bouillante, la meilleure manière d’accélérer l’embolie climatique.

Les seuils de températures mortelles pour l’homme ont été dépassés en Inde et au Pakistan. Le niveau des mers monte inexorablement et d’anciennes capitales sont sous les eaux. Pendant ce temps, nous bâtissons des EPRs pour produire plus d’électricité afin de charger nos voitures électriques, alimenter les climatisations et fabriquer de l’aluminium pour envoyer des touristes dans l’espace.

Par chance, nous avons trois ministres en charge du problème cette fois. La première ministre en chef Elisabeth Borne, Amelie Montchalin, ministre de la transition écologique et de la cohésion des territoires et Agnès Pannier-Runacher à La transition énergétique. J’espère qu’elles s’entendent bien sinon ce sera encore une jolie cacophonie. Ceci dit, les ministres ne suffisent pas, il faut une vraie volonté derrière, on l’a vu avec le Petit Nicolas.

« CE QUINQUENNAT SERA ÉCOLOGIQUE OU NE SERA PAS »

Test : AirPods 2 contre Grado SR325

Image

Aujourd’hui, je vous propose de comparer deux casques de technologies radicalement différentes. Les AirPods deuxième génération et le casque Grado SR325.

Les AirPods 2 sont des écouteurs Bluetooth de la marque Apple. Ils sont devenus quasi indispensables pour écouter de la musique sur les nouveaux iPhones et peuvent fonctionner également sur votre Mac. Ils tiennent dans un petite boite que l’on peut ranger dans une poche et qui sert également de chargeur. Leur utilisation est très simple avec un iPhone qui les reconnait immédiatement, à peine plus complexe pour un Mac.

Confort : ces écouteurs en plastique blanc font rapidement mal aux oreilles, on peut dire carrément inconfortables, encore que cela doit dépendre des oreilles.

Utilisation : la mise en route et l’arrêt sont automatiques et en couplant « Dit SIRI » avec l’utilisation des AirPods, il est enfantin de modifier le volume, changer de morceau ou de playlist.

Qualité sonore : vous aimez la bouillie suraiguë ?

Prix130 euros
Poids8 grammes
TechnologieBluetooth
Autonomie5 heures

Le casque Grado SR325 est un casque filaire audiophile à brancher sur une chaîne hifi, de préférence sur un ampli casque. Il ne rentre pas dans la poche et ne peut pas se connecter à un iPhone. En plus il coûte une blinde.

Confort : les coussinets en mousse chauffent rapidement les oreilles mais cela reste supportable pendant une heure, pas beaucoup plus longtemps.

Utilisation : à proximité de la chaîne, le cable fait deux mètres de long, il faut utiliser la télécommande de la Hifi pour régler le volume et changer de piste et pour un vinyle, il faut retourner le disque, l’enfer !

Qualité sonore : magnifique

Prix400 euros
Poids300 grammes
TechnologieFilaire jack 6,35 mm
AutonomieTant qu’il y a du courant dans la maison

Conclusion

J’avais besoin d’un casque pour mon nouvel iPhone SE 3. Je suis allé en boutique tester différents modèles BlueTooth, de Bose à Philipps et passant par Marshall et JBL. Ils m’ont tous déçu, trop de basses, son qui bave et j’en passe pour des modèles dont les prix sont supérieurs à 300 euros. Alors je me suis dit, pourquoi pas prendre des AirPods, c’est la marque Apple, c’est petit, c’est pratique et moins cher.

Le son est vraiment merdique, perché dans les aiguës et brouillon à souhait. Par contre, je peux lancer de la musique sur le Mac et l’écouter dans toute la maison sans déranger personne, si ce n’est mes oreilles. En fait, étant donné leur qualité sonore, les AirPod sont parfait pour passer l’aspirateur ou tondre la pelouse. Les AirPods sont également pratiques pour bosser sur le montage des vidéo et pour écouter des podcasts sur YouTube.

Pour écouter de la musique et me faire plaisir sans réveiller toute la maison, je branche le casque Grado sur la chaîne. J’ai acheté une rallonge pour pouvoir m’installer confortablement dans le canapé, goûter à toute la palette des couleurs de l’album et faire plaisir à mes oreilles délicates.

Un conseil, arrêtez de bousiller vos tympans avec du son mp3 et des écouteurs de mauvaise qualité audio. La musique, cela s’écoute en analogique, installé confortabelement dans une pièce au calme.

Laids povres

Image

Mais voisins sont pas français. Viene de l’est. Saver, de ché Poutin. Cause pas comme nous. Vive dans une p’tite maison, qu’on peut mêtre que deux personnes dedans. Mais c’est comme les lapins c’est gens. Ça fait des p’tits, plein. Z’on une grosse voiture et pas d’sous, les allocs, no sous oui ! Lui il est manuel comme Valse. Travail au noir. Elle ces la pire. Elle s’occupe des vieux, leur pisse et tout. Des boulots de povrent. 

Ils mange tout tant dehors, avec des barbes-culs, doive pas avoir le gas. Il parle même pas not’langue, ces mal polit, on comprant rien quand on les écoute parlé pour savoir ski dise. Z’on un chien qui gueule tout le tant comme leur fille, elle ces une vrai poissonnière, en plus elle sore avec un noir. Sur quel couche. 

La y a leur vieux, sont la pour tout lété j’pense. Tassé comme des sardines dehors autour du barbe-cul, ils cose dans leur langue moche des trucks contre nous certainement. Pasqu’on les aime pas, sa non ! Sur qu’il on pas voté le Pen eu, veule leur allocs. Con mais pas fou les étrangé.

Ils von nous emmerder tout lété avec le chien, les vieu migré et la grillade. Sans parlez qu’il boive la bière toute la nuit et gueule de plus en plus fort. Saloperie de migré. Moi j’lai remtrai dans les bottes people qui traverse le Rhin. Z’on cas rentrer ché eu ces con.

Après faudra trouver des masson et des cones pour torché les vieu. Mais y a plein de chomeur qui dit le Macron. Sa fera de l’anploi pour tout le monde. Des fois j’panse que Poutine devrait lancer une bombe nucléaire à netron, celle qui tu sur les cons. Sa ferai du bien a la planette.

Le jeu des mille bornes

Image

Dans le cadre de notre politique éco-responsable, nous électrifions notre parc automobile. Nous achetons des Zoe au rayon d’action réel inférieur à 300 km. 

Pour les recharger, nous avons commandé des bornes de recharge rapides deux fois 22 kVA. Avec de telles machines de guerre, une Zoe est chargée à 80% en trois heures ce qui permet d’aller sur un site en véhicule électrique et de repartir le jour même avec sans craindre la panne sèche ou la recharge en cours de route.

Mais pour installer ces bornes, il faut du courant triphasé et un abonnement adapté. Il y a également quelques petits travaux d’infra à prévoir, génie civil et électrique. Une poignée de milliers d’euros.

Cependant, souvent avant d’installer la borne, l’entreprise en charge des travaux, exige une pré-étude réalisée par un cabinet spécialisé. Encore quelques milliers d’euros à prévoir.

Pour alimenter un tel monstre, il faut un abonnement électrique à 72 kVA minimum, en fonction de la consommation du site où vous mettez en place la borne.

Il faut un tarif jaune ou C4, rien de comparable avec votre petit compteur électrique à domicile. Prévoyez des travaux lourds. Vous allez devoir changer la platine du compteur et installer un arrêt d’urgence en limite de propriété. 

Par chance, Enedis se charge de tout, moyennant quelques milliers d’euros.

Ce qu’Enedis ne vous dit pas forcément, c’est qu’il faudra également qu’un électricien pose un coupe circuit entre la platine C4 et le tableau électrique, un coupe circuit qui coûte lui aussi plusieurs milliers d’euros, sans parler de sa pose.

Ce qu’Enedis oublie également parfois, c’est que les câbles électriques qui alimentent la platine devront supporter 400 A et que ceux installés tiennent à peine le quart de l’intensité requise. Cinquante mètres de câbles enterrés à remplacer. Quelques milliers d’euros à ajouter sur la facture.

Le passage à 72 kVA va également mettre en défaut votre sécurité électrique. Les coupes-circuits présents dans le bâtiment seront bons pour être remplacés.

Pour finir, pour installer une borne, il faut une borne électrique, comptez quelques milliers d’euros également pour un modèle double 22 kVA.

Depuis sept mois, nous enchaînons les rendez-vous avec Enedis, Borne Solutions, des électriciens, des cabinets d’études, des réunions avec les services centraux, des déplacements au quatre coins de la France, tout cela pour tenter d’installer des bornes pour nos Zoe qui dorment sur les parkings depuis deux ans.

La première borne pourrait voir le jour au début de l’été. La seconde, peut-être en 2023, si le projet n’est pas purement et simplement abandonné. Dans la plupart des sites, nous allons renoncer aux bornes 22 kVA pour des 3.5 kVA, c’est à dire une grosse prise électrique qui charge une voiture en plus de huit heures.

En quelques mois la facture initiale a triplé, à croire que nous construisons un EPR. Et le plus drôle dans l’affaire, c’est que le ministère nous interdit d’acheter de nouveaux véhicules thermiques. Alors les Zoe patientent sagement, garées les unes à côté des autres, branchées pendant douze heures sur une prise électrique domestique et personne n’ose les conduire.

En attendant, nous prolongeons tant bien que mal la vie de vielles Clio diésel qui n’auront bientôt plus le droit de circuler, ZFE oblige. Espérons que d’ici là nous ayons des bornes ou des véhicules électriques à plus grand rayon d’action.

Je n’ai rien contre électrifier notre parc automobile, même si je me demande vraiment si ces véhicules sont si vertueux écologiquement parlant. Donnons-nous au moins les moyens de le faire correctement, achetons des voitures adaptées à nos besoins, trouvons des solutions raisonnables pour les recharges ou alors patientons encore un peu, en attendant que la technologie soit mature. Pour l’instant, nous perdons beaucoup de temps et nous gaspillons de l’argent pour rien.

The Return

Image

Alors oui, après près d’une année sans Facebook, je suis revenu sur ce réseau social que je déteste tant. J’en ai même profité pour rejoindre Instagram. Une vraie crise sociale en fait.

Pourquoi se revirement ? Une des raisons principales est de faire la promotion des Chroniques en Images sur une page dédiée, car FB est une magnifique machine pour se faire connaître et étant donné le score minable des vidéos, il fallait faire quelque chose d’urgence.

Ensuite, en quittant Messenger, j’avais perdu contact avec des amis et des membres de ma famille. Bizarrement je suis plus à l’aise avec Messenger qu’avec le téléphone. De plus Elon Musk a racheté Twitter, c’est flippant.

Enfin, pour suivre l’actualité musicale, Facebook est un excellent média, il faut bien l’avouer. Presque tous les groupes que j’écoute possèdent une page ou un compte.

Le défaut du réseau social de Zuckerberg, c’est quand même l’épouvantable concentration d’imbéciles qui racontent n’importe quoi et qui commentent à tout-vat.

Alors se réinscrire en plein conflit ukrainien et deux jours avant le second tour des élections présidentielles, ce n’était pas forcément très malin. 

J’ai retrouvé des amis qui ne m’en ont même pas voulu de les avoir laissé tomber pendant un an, mes nièces adorées et même mon épouse que j’aperçois quelques heures par semaine. Il n’a pas fallu plus d’une heure de présence sur Facebook pour qu’un label musical me contacte via Messenger, et une semaine pour le second. Encore un point qu’il va falloir bien surveiller de près car je n’ai pas l’intention de replonger dans la promotion musicale. J’ai donné.

Je n’ai pas non plus tardé à partager sur ma page un dessin rigolo concernant les élections, comme quoi les mauvaises habitudes ont la vie dure. Il va falloir que je me discipline sérieusement.

Les réseaux sociaux et moi c’est compliqué, sauf avec Twitter et Flickr sur lesquels je n’ai jamais été vraiment ennuyé, si on excepte ma rencontre avec les lobbyistes de la filière nucléaire.

Une fois par semaine, je publierai la Chronique en Image sur la page Facebook. Après deux semaines et quelques abonnés, cela fait déjà remonter les vues et j’ai gagné deux nouveaux followers sur Youtube. Après une année d’expérimentation, les vues ne décollent guère au delà de quinze par semaine, sauf de rares exceptions comme Marillion ou Cris Luna. Alors c’est décidé, je vais promouvoir les vidéos.

La crise du logement

Image

Cherche petite maison au calme avec jardinet à proximité de Strasbourg. Pas sérieux s’abstenir.

Une maison au calme, comprenez loin d’une rue passante et sans voisins bruyants, surtout la nuit. Idéalement avec ni piscine ni chien dans un kilomètre de rayon.

A proximité de Strasbourg, si possible à Strasbourg même, du moins à moins de 10 kilomètres avec des transports en commun et la proximité d’une gare.

Petite, enfin, au minimum trois chambres, un salon, deux salles de bains, deux WC séparés, une cave, un grenier et un garage. 

Le jardinet ne doit pas être trop grand mais permettre de faire pousser quelques arbres fruitiers, de cultiver un potager, de profiter d’une terrasse ombragée pour l’été, d’un peu d’herbe, de quelques fleurs et aucun de vis à vis avec les voisins bien entendu. Un jardinet de 5 ares à dix ares serait parfait.

Le salon doit pouvoir contenir un piano quart de queue, un home cinéma, une installation hifi, une grande bibliothèque, de la place pour un piano numérique, les CDs, les vinyles, les BDs et un violoncelle.

S’il y avait une ou deux pièces supplémentaires pour installer un studio d’enregistrement vidéo et une salle de musique insonorisée, ce serait un plus.

Une maison de caractère, de préférence ancienne et de plein pied pour les vieux jours. Ancienne mais avec un bon bilan énergétique parce qu’il faut rester écolo quand même.

Enfin, il ne faudrait pas que ce soit trop cher non plus.

Vous avez ça en magasin ?

Depuis quelques mois, nous cherchons la maison de nos rêves. Nous en avons visité beaucoup, vraiment beaucoup. Des ruines avec tout à refaire, électricité, chauffage, isolation, des horreurs innommables, des maisons de nains, des trucs sympathiques à quarante minutes de route sans transport en commun, des habitions au bord de l’autoroute, des passoires énergétiques, et même des jolies demeures pour gens normaux.

Ici en cassant le mur vous pourriez faire un grand salon. Faut l’imaginer avec du double vitrage et une cuisine équipée. Le grenier offre un grand volume dans lequel vous pourriez ajouter deux chambres et une salle de bain avec WC pour moins de vingt mille euros. Le chauffage central est une ancienne chaudière au fioul, mais elle fonctionne encore. La cave ajoute cinquante mètres carrés à la surface totale, ça fait un beau volume de cent mètres carrés. Le quartier est calme lorsqu’il y a peu de trafic aérien. Vous ne préférez pas un appartement ? Le jardin est en friche mais possède un beau potentiel. Alors, pour aller dans la seconde partie de la maison, il faut passer par cette salle de bain. Ici vous pourriez faire un gite ou mettre votre piano madame. Ce sont deux petites maisons en fait, mais elles disposent du même chauffage central.

Rho quelle est belle ! Tu as vu l’immense salon ! On met le piano là, la table monastère ici, la bibliothèque là. A l’étage tu peux installer le home cinéma, ton bureau, tes disques. Y a de la place pour faire un potager, tu as vu ? On signe ?

Combien de facture d’électricité par an ? Trois mille euros quand on fait marcher la cheminée ? Et la route devant mène à la gravière, combien de camions passent par jour ? Ha…

Elle est bien celle-ci hein ? Isolée, presque neuve, dans un quartier calme avec un petit jardin et un garage. Parfaite ! Une habitation pour famille raisonnable, fonctionnelle et sobre énergiquement. On signe ?

Chérie ? On met où le piano ? Dans le garage ? L’écran du vidéo projecteur, on le met sur quel mur ? Les disques, on les range dans les combles ? Où vas-tu jouer du violoncelle ? On vire les enfants ? Plus de potager alors ? On renonce aux BDs ? Tu as un coin pour tes partitions ? Moi je ne sais pas où caser mon matos vidéo.

Sur la trentaine de bien visités, nous avons hésité deux fois, enfin pendant quelques minutes. Et puis nous sommes rentrés à la maison. Le chien du voisin à gueulé comme d’habitude mais notre jardinet est si mignon avec son potager, ses arbres fruitiers, ses massifs de fleurs et sa terrasse avec pergola que nous n’avons rien regretté. Une jolie maison alsacienne bleue à colombages un peu penchée. Une maison avec trois chambres spacieuses, une grande cuisine et de multiples salons, pour le piano, la hifi, le home cinéma, le violoncelle et même un bureau pour mon épouse. Une maison en ville, à trois kilomètres du travail, dix minutes à vélo, près des transports en commun, de la boulangerie, d’une épicerie, près d’une forêt et pas si loin des Vosges tout compte fait. Que demander de plus, à part un peu de calme ?

Quand ma femme va lire ça, je vais prendre cher. C’est vrai, c’est moi qui me plaint tout le temps des voisins, mais je l’aime notre vieille maison et son jardin tout en longueur. Ça ne va pas être facile de trouver mieux et moins cher…

Sans gène

Image

Je suis un impatient de nature. Mon pire cauchemar est une traversée de la France en train d’ouest en est, à attendre, assis pendant des heures, que l’on arrive à destination. 

Et vous, vous aimez les salles d’attente bondées chez le médecin où il faut mémoriser l’ordre d’arrivée des patients pour être certain de ne pas se faire piquer son tour, tout ça en pleine crise de migraine avec une épouvantable nausée et la lumière des néons qui vous vrille les yeux ?

Vous aimez attendre sur le trottoir, grognon, pas encore vraiment éveillé, sous la pluie battante, que ce soit à vous de rentrer dans la boulangerie pour acheter les croissants ? 

Vous aimez, lorsque vous êtes au premier rang d’un concert de rock, vous faire bousculer par un retardataire, qui s’incruste avec sa bière et parle très fort avec son pote ?

Vous aimez les embouteillages vous ? Lorsque deux files se transforment en une voie unique et que des gros connards en SUV font le forcing sur la gauche pour doubler en espérant gagner trente secondes sur leur trois heures de trajet, provoquant un ralentissement supplémentaire ?

Vous aimez passer à la caisse du supermarché, faire la queue avec votre caddie, vous faire pousser par le chariot de derrière, voire une petite vieille se glisser devant vous en geignant qu’elle est pressée et que son cabas est lourd, assister, impuissant au refus de paiement du client à la caisse, à la pomme non pesée, commencer à déposer vos courses sur le tapis en même temps que la personne qui vous suit et ne plus avoir de place pour le contenu de votre caddie ?

Vous aimez les péages autoroutiers les jours de grands départs avec ces allemands bloqués devant les automates à carte bleue, leurs billets de 500 € dans la main ? Vous aimez la voiture de sport qui vous coupe la route pour passer plus vite à la barrière ?

Vous aimez les parcs d’attraction où, pour tester le nouveau grand huit, il faut faire sagement la queue pendant quarante-cinq minutes et que des enfoirés passent sous les barrières et vous bousculent pour gratter quelques places ?

Non ?

Vendredi, au philharmonique, après un magnifique concerto pour piano numéro 2 de Camille Saint-Saëns, nous avons voulu, comme beaucoup d’autres, faire dédicacer un CD par le pianiste prodige Alexandre Kantorow qui venait de jouer. Évidemment, nous n’étions pas les seuls, il faut dire, sa performance suivie de deux bis, avait été tout simplement éblouissante. Alors comme tout le monde, nous avons fait bien sagement la queue, attendant notre tour pour une petite signature dans le livret et surtout échanger quelques mots avec ce jeune pianiste talentueux. Lorsque ce fut notre tour, j’ai vu approcher un homme avec son CD, costume cravate des grands soirs de gala, flûte de champ à la main, qui sans vergogne, comme on ignore les gens du peuple, s’est imposé devant nous pour avoir son graffiti. Mais quel connard ! D’ailleurs je ne me suis pas privé de le dire. Mais ce genre de personne est bien au-dessus de ces bassesses, bien au-dessus de la piétaille, il ne nous entend pas, normal, il compte parmi ceux qui nous gouvernent. Le connard est parti avec son CD retrouver sa place VIP dans la salle. Mon épouse a pu alors jouer à la groupie devant le magnifique pianiste. Moi j’étais très énervé pour deux raisons : le connard et mon épouse aux anges. 

Après avoir rencontré dieu à contre cœur, emportant notre précieux CD gribouillé.  Nous avons quitté le concert, renonçant à Rachmaninov pour rester sur le souvenir impérissable d’un fabuleux concerto de piano de Saint-Saëns.

Tout ça pour dire que je déteste ces sans-gène, comme le gars que s’est garé l’autre soir devant le portail de l’immeuble d’à côté pour aller chercher sa pizza mal bouffe, provoquant un concert de klaxonnes enragés. Ce n’est pas si compliqué de se mettre dans la file et d’attendre, comme tout le monde, si ?