Avant

Image

Le lait tournait parfois, débordait et formait toujours une fine peau à la surface dans la casserole.

Les enfants jouaient insouciants dans les bois, sans avoir besoin d’un téléphone portable pour prévenir leurs parents de l’arrivée d’un éventuel pervert.

Le matin à l’école, les plus chanceux racontaient l’unique film qui était passé à la télévision le dimanche soir.

Les prêtres aimaient bien les enfants et les enfants aimaient le catéchisme et les colonies de vacances.

Les billes s’échangeaient plus facilement dans la cour de récréation que les jeux vidéos.

Le petit écran était la bible, tout ce qui s’y disait était parole d’évangiles.

On se faisait la bise, on se serrait la main, on se tapait dans dos, on buvait dans le même verre, on faisait l’amour sans préservatif.

Les filles portaient des minijupes, des chemises à fleurs sans soutien-gorge et les gars avaient des cheveux longs et des pantalons pattes d’eph.

Le Président de la République était un homme honoré et respecté, absent des tabloïds qui consacraient leurs unes aux seins de Brigitte Bardo, pas à ceux de la première dame.

Les États-Unis semblaient l’El-Dorado, une destination inaccessible et promesse de tous les possibles. Les russes mouraient de faim et de froid en Sibérie, ils étaient de méchants ogres et voulaient tous nous exterminer.

Le vin et la cigarette ne nuisaient pas encore à la santé et les feuilles d’amiante recouvraient nos maisons ainsi que les vêtements des pompiers.

Le pétrole propulsait l’économie vers l’avenir et les étoiles et le nucléaire n’avait pas encore rayé de la carte du monde une partie du Japon et de l’Ukraine.

La science était forcément bénéfique et dieu un peu passé de mode.

Mais c’était avant.

Aujourd’hui les enfants sortent avec un masque sur la bouche, un portable dans une poche, des préservatifs dans l’autre. Ils ne craignent ni les russes ni les ricains mais les djihâdistes qui se planquent dans les salles de concerts et dans les avions. Les jeunes insultent les filles sexy au lieu de les siffler et traitent le président de petit PD, regardent des pornos sur leur smartphone et reçoivent des SMS inquiets de leurs parents toutes les cinq minutes. Ils se foutent de dieu et de la science et ne croient que les fake news des réseaux sociaux. Ils pensent que le monde est foutu et que l’on ne peut rien y faire. Les adultes sont dépassés par la technologie et s’accrochent désespérément au journal de vingt heures pour comprendre, s’essayant aux réseaux sociaux avec les codes de leur enfance. Ils pensent que le monde est bien mal barré et comptent sur leurs rejetons pour le sauver. 

Au bout du compte rien a changé.

La peur est toujours là, générations après générations et l’homme ne grandit pas. Les adultes reportent leurs espoirs sur leurs enfants qui à leur tour feront de même, mais jusqu’à quand ?

Dénotifié

Image

Ne cherchez plus à me joindre via Messenger, Facebook, Twitter, Youtube ou Gmail, car je le suis dénotifié.

Rassurez-vous, Je lirai vos messages, mais lorsque j’en aurai envie et pas en obéissant aux dictas des notifications.

Il est difficile pour moi de résister à l’appel de la petite pastille rouge et de la vibration de mon smartphone. Une notification survient et je plonge dans les cinq pouces de pixels pour savoir ce qui se passe. Un artiste me contacte, une nouvelle promotion vient de tomber, une offre pour du Viagra, une enseigne qui demande mon avis éclairé sur mon dernier achat, et me voila sur mon clavier virtuel à répondre et à me perdre dans les méandres de la toile.

J’ai donc désactivé les notifications non essentielles de mon smartphone : Facebook, Messenger, Twitter, Babelio, Facetime, Flickr, ne gardant que les SMS et les appels téléphoniques actifs.

Du coup je pourrais presque résilier mon abonnement Internet, mais non, je ne me coupe pas de la toile, je l’empêche juste d’envahir ma vie, de me faire perdre mon temps et dans la foulée j’essaye de soigner mon addiction à mon e réputation.

Car à force de publier du contenu sur Internet, je suis devenu addict aux retours des personnes, les likes, les commentaires et le nombre de vues.

Je suis sorti de Facebook mais des accrocs au réseau social trouvent encore le moyen de me raconter les prises de becs dont l’outil est le théâtre quotidiennement. Mais voilà, aujourd’hui ça ne m’intéresse plus du tout.

Je reste quand même incapable de dépasser le stade de vérification quotidienne de ma popularité virtuelle. Je regarde toujours le nombre de favoris d’une photo et la quantité de visiteurs passant sur le webzine. Mais j’y arrivai, enfin j’espère.

Quatre roues

Image

Nous vivons en ville, sur une rue passante, avec un petit jardinet qui s’enfonce loin de la pollution, où pousse un potager généreux. Nous allons au travail à vélo, deux kilomètres de pistes cyclables plus vite parcourus qu’en voiture. Une vie paisible, presque à la campagne, à en oublier parfois que nous habitons en ville.

La maison cache le jardin de la rue, nous vivons au calme derrière les murs de notre vénérable demeure. Seul quelques voisins, hélicoptères, drones ou satellites espions peuvent imaginer ce qui se passe derrière nos murs à colombages.

Alors, comme à la campagne, nous laissons le portillon du jardin déverrouillé toute la journée, la porte de la maison non verrouillée, les fenêtres ouvertes sur le jardin, comme l’appentis et le garage à vélo.

Il faut dire qu’il y a presque tout le temps quelqu’un à la maison, notre aîné geek au chômage dans sa chambre, notre second confiné pour ses études, mon épouse ou moi qui ne possédons pas le même rythme de travail.

Et puis nous sommes entourés de voisins, le jardin faisant vingt mètres aux plus large et cinquante au plus long, cerné d’immeubles, nous avons beaucoup de voisins.

Un matin, alors que mon épouse était chez nous comme nos deux garçons sans parler de notre chat redoutable, deux vélos ont disparus de notre appentis. Deux vélos en très bon état.

Le vol n’a pas eu lieu pendant la nuit, lorsque le tout monde dort du sommeil du juste, mais en pleine matinée, à la vue et au su de tous, alors que trois personnes se trouvaient dans la maison. Le chat lui, devait garder la pelouse.

Le voleur a du ouvrir un portillon qui ne s’actionne que de l’intérieur, marcher le long de la maison, parcourir encore vingt mètres dans le jardin sous nos fenêtres en plein jour, prendre les deux vélos, revenir sur ses pas ainsi encombré, passer entre la maison et l’immeuble voisin dans un couloir de un mètre de large avec deux VTC, puis s’enfuir.

Et personne ne l’a vu ni entendu.

Ce n’est pas la perte de deux vélos que je pleure, encore que financièrement c’est mille euros qui s’envolent, mais plus la perte soudaine de l’innocence et la montée d’une certaine paranoïa difficile à gérer, sans parler du fait que ma femme doit prendre la voiture pour venir travailler maintenant en attendant de trouver vélo à son pied.

Comble de malheur, il y a pénurie de vélo dans les magasins et le marché de l’occasion a brutalement explosé. Ceci explique peut-être cela.

Immédiatement j’ai verrouillé le portillon, fermé l’appentis avec de gros cadenas, verrouillé la porte de la maison, clos les fenêtres de rez de chaussée et je réfléchis sérieusement à installer une alarme. Le peu de naïveté paysanne qui me restait de mon enfance à la campagne où nous vivions dans espace totalement ouvert vient de s’évaporer brutalement.

Des vélos sont bien peu de choses en comparaison de cette peur sournoise qui s’insinue en moi, même si tout cela aurait pu être bien plus grave. Fini l’innocence, nous ne vivions pas à la campagne mais en ville avec ses incivilités, son bruit, sa pollution et la peur qui rôde.

Bien entendu, nous avons porté plainte, mais comme le dossier de notre plainte pour un accrochage en janvier 2019 n’a toujours pas été traité par le Commissariat de Police, nous risquons d’attendre assez longtemps sans que rien ne se passe et connaissant les assurances, nos vélos ne seront pas remboursés de grand chose.

Le club des cinq

Image

Hello, y a quelqu’un ? Je suis tout seul, tout seul.

J’ai eu dernièrement l’idée saugrenue d’installer un compteur de fréquentation sur le blog. Pourquoi ? Pour regarder qui venait lire mes inepties. Je m’étais juré de ne pas le faire, mais je n’ai pas résisté à la curiosité.

Ben vous savez quoi ? Si vous lisez ceci, c’est que vous faites partie des cinq ou six cinglés, moi y compris qui se rendent sur ce blog.

Ok je l’avoue, je m’y attendais un peu, mais quand même, cinq pelés, c’est peu.

Ceci dit, c’est complètement de ma faute, je n’ai jamais fait de publicité autour du blog et heureusement dans un sens. Je ne l’ai posté qu’en mode amis sur Facebook avant de ne plus le poster du tout sur les réseaux sociaux. En plus je parle de n’importe quoi ici, les quelques bouquins que je lis, les vieilles séries TV empruntées à la médiathèque, mes coups de gueule sur les voisins, mes aventures au travail, mes délires covidaires et mes passions musicales.

Ceci dit, le blog n’a jamais eu pour objectif d’être lu. Il sert d’exutoire à ma folie, mes humeurs, mes coups de coeur. Plutôt que de poster un coup de gueule irréfléchi sur Facebook comme tant d’imbéciles le font, j’utilise le blog pour formaliser ce que je voulais exprimer, répondre, crier au monde, mais rien que le processus d’écriture calme souvent ma colère et l’article part alors à la poubelle avant d’être publié (vous n’imaginez pas ce à quoi vous avez échappé).

Je connais au moins trois des lecteurs de ce blog, ces fous qui me lisent régulièrement et même parfois commentent mes diatribes. Restent deux inconnus à moins qu’ils ne s’agissent de visiteurs aléatoires tombés sur le blog par hasard et qui ne reviendront plus jamais.

Une Anneke caniculaire

Image

Anneke van Giersbergen

Le thermomètre affiche 27 degrés centigrades dans le salon. Vautré sur le canapé vert bouteille, je patiente jusqu’au coucher du soleil, lorsque le mercure descendra sous le seuil raisonnablement tolérable des trente degrés. La platine joue l’intégrale des albums d’Anneke pendant que je lis Infinités de Vandana Singh.

Nous subissons la seconde vague de canicule de l’été. Cette fois elle devrait durer au moins dix jours, dix jours à plus de trente degrés centigrades, enfermés derrière des volets clos, déshydraté malgré toute l’eau bue, comateux, dormant en pointillés, allongé sur le parquet inconfortable du rez-de-chaussée.

Je viens d’un pays où 25 degrés semblaient une chaleur insupportable et où après deux journées de soleil, la pluie, le vent et les nuages revenaient en force.

Cet hiver, les minimales sont à peine descendues sous la barre du zéro. Pas de neige, pas de lac gelé, pas de bise glacée du nord-est. J’ai à peine allumé le chauffage et les végétaux n’auront eu qu’une trop courte dormance pour résister cette année.

Les conséquences du réchauffement climatique sont déjà perceptibles et cela ne fait que commencer à moins que ce ne soit qu’un épi phénomène et que mère nature va bientôt tout remettre en ordre. Un RAZ comme dans la nouvelle « Ecoute ! » dit l’oiseau-tipi.

Je pourrais creuser une piscine et plonger dedans pour aggraver la pénurie en eau. Je pourrais installer une climatisation et vivre à 20 degrés afin d’augmenter le réchauffement climatique. Je pourrais partir découvrir la banquise et les derniers ours polaires histoire de me rafraîchir les idées, ramener de belles images et augmenter la concentration en CO2 dans l’atmosphère au passage.

Mais non, je suis sur mon canapé vert anglais, tournant les pages de Infinités en écoutant Symphonized, me demandant quand est-ce que la température commencera à baisser, rêvant de retourner vivre en Bretagne alors que mon épouse pense à Aix en Provence.

L’usage de ventilateurs est déconseillé pour éviter de faire circuler le virus. Le port du masque est devenu obligatoire dans les espaces publics, bientôt ils vont nous annoncer que l’eau du réseau peut transmettre la maladie et qu’il faut éviter les douches et boire l’eau du robinet. 

Pour ce qui est du ventilateur, de toute façon, le son des palles brassant l’air poisseux gâcherait la délicieuse voix d’Anneke sublimée dans Let the Light In, son dernier live symphonique, hélas uniquement disponible pour l’instant qu’en digital. Alors pas de ventilo, quitte à mourir de chaud, la musique est plus importante que la souffrance.

Le soleil va tourner au sud-ouest, m’obligeant à fermer les derniers volets encore ouverts. Je ne pourrais plus lire faute de lumière mais il me reste Vuur, Verloren Verleden et Drive à écouter. Et puis l’obscurité convient parfaitement à mon mal de tête, car le manque de sommeil conjugué à la chaleur et la déshydratation sont un terreau favorable à mes épouvantables migraines hebdomadaires.

Ce soir, lorsque le soleil se couchera, que la température plongera sous les trente degrés, lorsque j’aurai écouté tous les albums d’Anneke, ceux d’Ayreon et de The Gathering compris, j’abandonnerai ma lecture pour aller écouter le live de PI au jardin des deux rives, eux aussi jouent du métal progressif mais sans chanteuse.

Another World

Image

Réchauffement climatique, épuisement des ressources, extinction des espèces, folie des hommes, la Terre ne se porte pas bien du tout.

Lorsque j’étais jeune et naïf, je pensais que nous pourrions nous échapper de notre enfer bleu, aller vivre sur une autre planète, coloniser l’univers et tout recommencer ailleurs. Un autre monde, comme dans le clip de Gojira qui a inspiré ce billet.

Mais la réalité est tout autre. Aujourd’hui le réchauffement climatique atteint des sommets, une nouvelle canicule ce weekend, la sécheresse une année de plus qui ne devient plus accidentelle mais habituelle, un virus mortel qui envahit la planète et qui résiste à notre compréhension, des habitants qui consomment toujours plus sans se soucier des conséquences et notre incapacité évidente à coloniser une nouvelle planète pour échapper à la catastrophe.

Nous sommes loin aujourd’hui de l’exploit de 1969, lorsque les américains envoyèrent deux hommes sur le sol lunaire, deux hommes, pour quelques heures. Alors terraformer Mars ou une exoplanète lointaine, cela reste de la pure science-fiction quoique dise Musk.

Et puis, la fuite proposée dans Another World est-elle la solution ? Comme des criquets pèlerins qui ravagent tout sur leur passage, nous irions de monde en monde, épuisant leurs ressources, détruisant tout les écosystèmes au passage et nous continuerions notre route, laissant derrière nous des déserts radioactifs, à la recherche d’une nouvelle planète à détruire ?

Non. La survie de l’humanité passe par la survie de notre planète la Terre. Et pour avoir un avenir, il faut commencer maintenant à respecter notre monde : économiser ses ressources, ne plus polluer, respecter la biodiversité, entrer en décroissance. La fuite en avant, aujourd’hui inaccessible même à une petite minorité d’élus, n’est technologiquement pas viable. Nous ne construirons pas notre fusée voyageant plus vite que la lumière dans un hangar au milieu de la ville, pas plus que dans les laboratoire de Space X ou de la NASA. Nous sommes condamnés à vivre sur terre et y mourir.

L’expérience du COVID-19 ne semble pas avoir porté ses fruits : les nations ne se préoccupent plus que de relancer l’économie, de réinjecter de l’argent dans les entreprises, de remettre les gens au travail et tant pis si nous polluons encore plus, le problème sera réglé par la prochaine génération, à moins qu’elle ne soit la dernière.

Dopamine

Image

Savez-vous ce qu’est un webzine de critique musical ? De la dopamine pour labels et artistes, un panneau publicitaire clignotant gratuit en plein centre ville sur lequel passent sans cesse les noms des labels, de leurs artistes et les pochettes des albums.

C’est d’autant plus vrai dans le monde du rock progressif où les labels qui dominent le marché se comptent sur les doigts d’une main.

Avec plus de quinze mille articles lus par mois, un magazine du numérique, tenu par des bénévoles passionnés, génère de manière indirecte des revenus non négligeables à l’industrie de la musique. D’ailleurs ils l’ont bien compris, sinon pourquoi enverraient-ils des albums en promotion ?

Il fut un temps lointain où la presse recevait des vinyles et des compact-discs. C’est encore vrai pour les grands groupes de presse qui d’ailleurs n’en n’ont rien à faire de cette musique qui n’intéresse pas leurs lecteurs. De CD, la musique devint MP3 à télécharger et de plus en plus aujourd’hui, un lien vers une plateforme de streaming à usage limité dans le temps. Quelques maisons de disque se fendent encore de support physique, mais il s’agit aujourd’hui d’une toute petite minorité.

Les labels passent le plus souvent par des intermédiaires pour travailler avec la presse et certains intermédiaires peuvent gérer le catalogue de plusieurs labels en même temps.

Certaines de ces presonnes mettent à votre disposition tout leur catalogue, quelque soit votre ligne éditoriale. D’autres vous livrent au compte goutte, au gré de votre production et de l’enthousiasme affiché dans les colonnes de votre magazine. Dans ce dernier cas, pour recevoir l’intégralité du catalogue, il faut montrer patte blanche et se réveiller un élève exemplaire.

Dans notre petit monde, une mauvaise critique peut sceller la fin de toute relation avec un label ou un de leurs représentants. Soudain, votre magazine, autrefois inondé de promotions, se retrouve avec des propositions de seconde zone, des albums de reprises, des lives ou des flop assurés.

Pour éviter cela, certains webzines optent pour la soumission, la flatterie, à coup de chroniques dithyrambiques, de cadence infernale, d’interview avec les questions en forme d’adulation. Mais ces articles possèdent-ils le moindre intérêt pour le lecteur, à part les conforter dans une stupide idolâtrie ? Où se trouve alors la critique, quid de l’article qui permet d’éclairer le lecteur sur la qualité de tel ou tel album s’ils sont tous jugés bien ou très bien ?

A Neoprog, nous avons toujours fait le choix de l’honnêteté et de l’indépendance. Lorsque nous aimons, nous l’écrivons, lorsque nous n’aimons pas, nous le disons également. Nous menons des interviews lorsque l’artiste nous intéresse et nous couvrons les concerts qui nous font envie.

Alors bien entendu, il nous arrive de critiquer, de ne pas être tendre avec ceux qui n’ont pas l’excuse de la jeunesse ou du manque de moyen pour produire un navet. Cela me semble logique de prévenir le lecteur que ce qu’il pourrait acheter une trentaine d’euros ne vaut pas la peine d’y consacrer le moindre cent. A contrario, il nous arrive de porter aux nues un illustre groupe inconnu, juste parce qu’il a réellement du talent.

C’est notre rôle.

J’ai fait le choix il y a quelques mois de ne présenter que les albums reçus en promotion, ceci afin de mettre sur un pied d’égalité les groupes qui faisaient l’effort de nous envoyer leur musique et non, comme certains pourraient le penser, pour faire des économies, car de la musique, j’en achète toujours autant, voire plus qu’avant. Ce choix assumé a été fait en période d’abondance, n’imaginant pas qu’un des principal fournisseur de musique du rock progressif allait nous bouder, ne nous laissant que quelques miettes de la production mondiale, celles dont personne ne veut vraiment.

Le webzine fait l’impasse sur plusieurs grosses sorties, pas forcément les plus intéressantes heureusement, mais celles qui génèrent assurément le plus d’audimat. Par chance, les indépendants, les auto-produits suffisent amplement à notre bonheur musical et nous perdons pas au change, nous écoutons toujours autant, voire plus de bonne musique.

Mais si cela perdure, et cet article risque d’aggraver les choses, nous ne recevrons plus que des albums de niches, dans une musique qui l’est déjà. Cela ne signifie pas que nous ne ferons pas de belles découvertes, cela signifie que les quinze-mille articles lus tous les mois vont se réduire à pas grand chose, car jusqu’à présent, nous surfions sur la notoriété des blockbusters pour éclairer la musique des plus petits.

Nous n’allons pas changer notre manière de penser ni de nous exprimer, la preuve. Certains groupes disparaîtront de nos colonnes (vous avez déjà dû le constater) au profit de nouvelles découvertes, jusqu’à notre retour en grace auprès de certaines maisons de disque, comme cela s’est vu par le passé.

Car la roue tourne.

Nous pourrions également répondre à toute demande de promotion par ce texte lapidaire : “Le magazine n’accepte que les promotions au format physique ou loseless pour les sorties exclusivement numérique.”. Qu’en pensez-vous ?

Les fumistes

Image

Ne lisez pas ce billet. Il est né de la folie du COVID-19 et je n’approuve aucunement les propos tenus ici. Si vous êtes fumeur ou syndicaliste, surtout n’allez pas plus avant, vous n’allez pas aimer. Après si vous lisez, ne venez pas vous plaindre, vous êtes prévenu.

Durant le confinement je travaillais à temps partiel dans nos locaux, nous étions quatre et à partir du onze mai, cinq de plus à temps plein. Et pour tout vous avouer, nous étions bien.

Dans les bureaux régnait une atmosphère de fourmilière, nous avions beaucoup de travail. Après un bref bonjour à distance, un café expresso, nous nous lancions dans le travail à corps perdu, réalisant après dix heures passées à courir partout qu’il était temps de rentrer à la maison.

Je pouvais travailler fenêtre grande ouverte, dehors aucun un bruit ne venait troubler les grenouilles et aucune odeur n’empuantait l’air. Mais où se trouvaient donc tous les fumeurs ? Chez eux en télé tabac.

Fin juin, les couloirs se sont remplis avec le débarquement des touristes. Les rires ont fusé dans les locaux et les bureaux furent rapidement encombrés de conversations animées. La vie reprenait son cours normal. Les fumées de cigarettes remontaient jusqu’à ma fenêtre et des remarques du CHSCT fleurissaient toutes les cinq minutes : il nous faudrait, on ne devrait pas, les agents sont, la direction devrait…

Attention ne faites pas d’amalgame, tous nos syndicalistes ne fument pas, par contre tous nos fumeurs sont syndicalistes.

Sous ma fenêtre, les fumeurs refaisaient le monde, repensaient la sécurité des agents, remettaient en cause des organisations pensées pour eux, exigeaient des produits en rupture de stock depuis début mars, établissaient de nouvelles règles alors qu’ils n’étaient pas fichus de respecter celles en vigueur.

Une fois revenus de leur pose nicotine, ils erraient d’un bureau à l’autre pour discuter, prendre la température avant de rentrer chez eux télé discuter pour quelques jours. 

⁃ Et toi, tu viens combien de fois par semaine ?
⁃ Tous les jours.
⁃ Tous les jours ? Depuis quand ?
⁃ Depuis toujours.
⁃ Heureusement que tu es là quand même parce que sinon on aurait fait comment sans toi.
⁃ Excuse-moi mais j’ai pas mal de choses à traiter aujourd’hui.
⁃ Ha ? Bon bon, je ne dérange pas plus alors… Mais en fait, j’y pense, tous les agents devraient avoir du désinfectant et des masques, vous allez faire quoi ?
⁃ Les masques ont été distribués et il y a du gel hydro alcoolique à tous les étages en plus de flacons individuels, tu as eu tes masques non ?
⁃ Oui, mais… c’est pas pratique un masque.
⁃ Pour fumer ? Non c’est clair. Nous on les met pour travailler en fait.

Ne trouvant pas de support chez les non fumeurs, les fumeurs se réunissent sous les fenêtres pour bâtir un nouveau monde meilleur à leur image, plein de cendriers auto nettoyants, de masques percés d’un petit trou, de gel hydro alcoolique compatible avec le bronzage intégral et de réduction du temps de travail à huit heures hebdomadaire avec une journée en télé travail avec revalorisation du point d’indice. Car manifestement, étant donné le nombre de dossiers déposées après la crise sanitaire, le télé travail, c’est pas si mal, même si on ne peut pas papoter devant une clope et même si les syndicalistes y étaient totalement opposés lors des précédentes réorganisations à cause des risques psycho sociaux.

Le carton emballé dans un carton

Image

Chez nous tout est compliqué. Nous possédons des centres dispersés sur tout le territoire mais ce ne sont pas vraiment des entités autonomes. Les agents y travaillent sous l’autorité de chefs distants à plusieurs centaines de kilomètres de là et ils dépendent d’entités diverses même si autrefois ils formaient une même équipe.

Lorsqu’ils ont besoin de fournitures, ils font appel à nos services; une chaise, du papier, un bic, un ordinateur, que sais-je encore. Nous préparons un colis et nous expédions leur commande pour qu’ils puissent continuer à travailler dans de bonnes conditions.

En trois mois nous avons expédié des milliers de masques, des litres de gel hydro alcoolique, des terra octets d’ordinateurs, des claviers, des écrans, des clefs 4G, des smartphones, des lingettes, des thermomètres aux quatre coins de notre vaste région pour que tout ce petit monde puisse continuer à travailler. La machine est bien rodée.

Mais tout se complique lorsque des colis doivent nous parvenir depuis ces centres isolés. 

⁃ Le portable que tu m’as envoyé ne fonctionne pas.
⁃ Tu es certain ? Nous l’avons configuré et testé avant son expédition.
⁃ Oui il marche pas.
⁃ C’est à dire ? Pas de WIFI, un problème logiciel, panne d’écran ?
⁃ Ben il marche pas.
⁃ (Soupir) Ok, bon. Ben renvoie-nous la machine, nous allons regarder ça.
⁃ Je fais comment ?
⁃ Ben tu le mets dans un carton et tu nous l’expédies.
⁃ C’est pas à moi de faire ça.
⁃ (Gros soupir) A qui alors ?
⁃ Ben à vous.
⁃ (Très gros soupir) … tu veux que l’on fasse huit cent kilomètres aller retour pour faire un colis et réexpédier l’ordinateur chez nous c’est ça ?
⁃ … non mais.
⁃ Tu met l’ordinateur dans un carton et tu scotche le bordereau d’expédition que l’on va t’envoyer. Une société viendra le récupérer au centre.
⁃ C’est que, j’ai pas de carton.
⁃ Tu n’as pas un seul carton dans le centre ?
⁃ Ben non.
⁃ Tu ne peux pas en trouver un ?
⁃ J’vois pas comment.
⁃ (Enorme soupir de résignation) Bon ok. Laisse tomber. Nous allons y réfléchir alors.

Réunion de crise, la problématique est la suivante : comment fournir un carton à un centre distant pour expédier un colis chez nous ? Lui faire acheter un carton ? Il va nous demander où. Voir avec la poste les offres colissimo toutes prêtes ? Mais comment la lui envoyer ? Faire appel à un prestataire spécialisé ? Le laisser dans sa mouise ?

Finalement j’ai pris un carton pouvant contenir l’ordinateur, j’ai placé du papier bulles dedans ainsi qu’un rouleau de gros scotch. J’ai mis le carton dans un autre carton plus grand et je l’ai expédié au centre en question. Je n’ai pas poussé le vice à adjoindre un mode d’emploi mais j’ai hésité une seconde. Et si le gars ne savait pas fermer un carton ?

Tchernobyl

Image

A la maison, un roman policier, une bande dessinée et deux albums de rock progressif évoquent le plus grave accident nucléaire que l’humanité ait connu à ce jour: Tchernobyl en 1986. Il y en a eu d’autres bien entendu comme Fukushima (2011) ou Three Miles Island (1979) sans parler des essais nucléaires et des deux bombes de Hiroshima et Nagasaki (1945) mais pour une raison qui m’échappe encore, Tchernobyl occupe une place à part dans mon inconscient, peut-être parce que j’aime manger des champignons. 

Il manquait à ma collection radioactive la mini série Tchernobyl dont j’avais lu du bien un peu partout. Du bien oui, mais personne ne m’avait prévenu que ce serait si violent.

On s’imagine bien que ce fut moche, que le nombre de victimes fut énorme, que ce fut une catastrophe humanitaire et écologique sans précédent, mais le voir, le vivre, c’est une autre paire de manches. Ma femme n’a pas survécu aux trente premières minutes de l’épisode un. Pour ma part, je suis resté agrippé à l’accoudoir du canapé pendant les deux premiers épisodes d’une heure.

D’accord, d’accord, la série débutant sur un suicide, j’aurais dû me douter que ce ne serait pas de tout repos, mais quand même.

Passé ces deux premiers épisodes éprouvants, le ton se fait plus léger. Les chiens sont abattus en masse, les pompiers agonisent à Moscou, les liquidateurs reçoivent plus de rayonnement en quelques secondes que les victimes du drame d’Hiroshima et l’incendie est enfin maîtrisé. Tout va bien. Le cinquième et dernier épisode met alors en scène le procès où l’accident nucléaire est expliqué, minutes après minutes, où les responsables sont pointés du doigt. Et le plus grand responsable de cette catastrophe, fut assurément censure d’état, si l’on en croit la série.

Si vous aimez laisser la lumière allumée partout dans votre maison, si vous croyez en l’avènement de la voiture électrique, si vous voulez installer la climatisation dans votre maison, si vous chauffez vos pièces à 22 degrés, si vous laissez vos appareils électriques constamment en veille, regardez donc la série Tchernobyl et imaginez que vous habitez la belle ville de Pripyat, peut-être que cela vous aidera à réfléchir.

Officiellement 31 personnes sont mortes des suites de Chernobyl, officieusement et selon les sources, l’accident de la centrale nucléaire aurait fait de 4000 à 100000 victimes.