Mais que fait la police ?

Image

J’ai des voisins qui ont une piscine dans leur jardin. Pas la maison d’à côté mais celle d’après.

L’été, lorsqu’il fait chaud, ils font la fête autour de la mare, des fêtes avec sono en plein air, plongeons et hurlements de rire, jusqu’à deux trois heures du matin.

Leur dernière nouba datait d’il y a quinze jours et s’était achevée par chaos à une heure du matin, du moins c’est l’heure à laquelle j’ai enfin trouvé le sommeil.

Alors quand dimanche soir les hostilités ont reprise de plus belle, j’ai pris mon courage à deux mains pour leur demander poliment d’envisager de calmer le jeu à une heure raisonnable. Il était 20h30. Je suis allé chez eux et j’ai sonné à la porte pendant quinze minutes sans succès. Il faut dire qu’il y avait du bruit dans le jardin, musique, rires, plongeons, hurlements. A priori ils n’étaient pas dans la maison. Alors j’ai fait le tour pour aller devant leur portail situé plus près de la piscine. Là, ils m’ont entendu, et ça les a manifestement énervé.

Je leur ai expliqué mon problème et là c’est parti direct en cacahuète. Trois gars en slip de bain accompagnés de leurs délicieuses compagnes m’ont littéralement agressé. J’ai été traité de chieur du quartier (c’est sans doute vrai au passage), de pervers sexuel, si si, (bon ok un peu), c’est parce que je photographie la lune (ils croient que je matte leurs épouses). L’un d’entre eux ma insulté, m’a menacé physiquement et moi je suis resté étonnamment calme et poli face à ce débordement de violence. Il faut dire que contrairement à eux, j’étais sobre.

J’ai fini par leur souhaiter une bonne soirée, couvert d’insultes (va machiner ta mère, expression particulièrement vulgaire dans la bouche d’un quadra ventripotent), et je suis rentré à la maison poursuivi par le gars qui voulait me cogner. Il m’a menacé une dernière fois, disant que je n’avais pas intérêt à sonner chez lui la prochaine fois. Effectivement, je ne sonnerai plus vu qu’ils ne l’entendent pas.

La bonne nouvelle c’est qu’après ma visite de courtoisie, ils ont coupé la sono et arrêté de hurler.

Mais une demie heure plus tard, devine qui sonne à la porte ? Nan vous n’allez pas le croire. Pas l’un des trois gars, ni une des dames, mais la police. Trois agents en uniforme, polis et propres sur eux, venant me demander ce qui s’était passé. Le monde à l’envers…

Alors je leur ai raconté ce que je viens de vous raconter, calmement. Ils ont écouté, pris des notes, mes coordonnées et ils m’ont conseillé d’appeler le 17 la prochaine fois plutôt que d’aller voir mes voisins.

Je pensais bien faire en allant discuter calmement avec eux, leur expliquer qu’ils faisaient du bruit et que j’aurais besoin de dormir un peu avant d’aller travailler. Manifestement j’ai eu tord. 

Après c’est clair que j’ai un problème avec le bruit, particulièrement les voix auxquelles je suis très sensible. Je dors avec des bouchons en silicone, j’ai du double vitrage, et malgré cela, fenêtres fermées, la tête sous la couette, j’entends encore des voix. Je vais finir sur le bûcher si ça continue. Vivement l’hiver !

L’agonie d’une tortue

Image

Vous avez déjà assisté à l’agonie d’une tortue ? Renversé suite à une audacieuse acrobatie au ralenti ou retourné par un sadique, le chélonien, pattes en l’air, se débat vainement sous le soleil brûlant, tentant de se remettre debout. Cruelle fin vous ne trouvez pas ?

Sachez qu’il existe pire torture encore, et ce sont les ingénieurs d’Apple qui l’ont conçue. 

Torture, Apple, tortue ? 

Non je ne vous parle pas du Logo, ce langage de programmation graphique inventé en 1967 par Feurzeig et Papert mais d’un accessoire de mon ordinateur.

Je suis sous Mac depuis trois ans et je ne reviendrai plus jamais en arrière sauf ruiné. La machine semble aussi performante qu’au premier jour alors que chez Krosoft c’est la durée de vie maximale d’un PC pour qui utilise des logiciels gourmands. Un Mac donc avec un clavier et une souris sans fil. Super pratique. Grande autonomie, faible encombrement, avec plein de fonctionnalités bien vues et hors de prix comme il se doit.

Grande autonomie oui, mais de temps en temps il faut bien les recharger avec un cable USB Lightning. Pour le clavier, pas de problème, il suffit de le brancher au Mac et continuer à travailler. Certes ce n’est plus un clavier sans fil le temps de la recharge, mais c’est acceptable. 

Pour la souris, c’est une autre paire de manches. Le connecteur Lightning se trouve sous la souris, si si, dessous. Pour la recharger, il faut la placer sur le dos et la brancher, rendant toute utilisation de cet accessoire indispensable, impossible. 

Vous voyez l’analogie maintenant ?

Mais quel est le bougre d’imbécile d’ingénieur qui a eu cette idée stupide ? Mon Mac vient de m’informer que je devais recharger ma souris alors que je suis en plein travail. Pouf, plus de souris, autant dire plus de Mac. Le chélonien gît sur le dos, un harpon planté dans sa carapace et moi je suis comme un con à attendre que ses accus se rechargent pour reprendre mon travail. 

Alors en attendant, j’ai écrit ce billet sur le smartphone car je suis un homme plein de ressources.

Moments de solitude

Image

J’ai donc commencé à enregistrer des vidéos dans le salon. Et croyez-moi, filmer dans une pièce donnant sur une rue passante, ça n’est pas de tout repos.

Il y a tout d’abord les bus qui font un vacarme épouvantable en roulant à tombeau ouvert devant la maison, des passants qui s’arrêtent devant la fenêtre pour discuter pendant un quart d’heure, le facteur qui sonne à la porte, la chatte qui miaule parce qu’elle est toute seule, le chien des voisins qui se met à gueuler comme un dément et ma bêtise légendaire qui pimente l’expérience.

En vidéo, celle-ci s’exprime librement. Après avoir enregistré une chronique de bout en bout, je m’aperçois que j’ai scalpé ma tête, laissé ma braguette ouverte, un poil sur l’oreille gauche, oublié d’ouvrir le micro ou pire encore, omis de lancer l’enregistrement. 

Pour trois minutes d’images, il aura fallu près d’une demie heure de prise de vue. Je coupe à chaque phrase, bafouille sur des mots improbables, râle, peste, hurle et explose de rire, un grand moment de solitude commenté ensuite, sans indulgence, par ma douce et tendre lorsqu’elle regarde le montage final.

Pour enregistrer une chronique, je profite qu’il n’y ait pas trop de monde à la maison, idéalement personne à part moi bien sur et le chat que je tente de flanquer dehors.

Je m’occupe tout d’abord des projecteurs. Leur montage n’est pas des plus simple à cause des réflecteurs vraiment pénibles à fixer. J’installe un premier pied photo, celui qui supportera la caméra, ni trop loin, ni trop près, juste dans l’axe du fauteuil où je vais poser mes fesses. Ensuite j’installe fixe le boitier Nikon dessus. C’est alors une délicate opération de cadrage qui commence pour filmer le bon décor et me placer correctement dans l’image. Il faut ensuite un second pied photo, plus léger cette fois pour porter un premier smartphone. Celui-ci me sert de prompteur avec une application gratuite bien pratique. L’écran de l’iPhone doit être au plus près de l’objectif du Nikon, juste au-dessus en fait, pour que mes yeux se posent au bon endroit et ne donnent pas trop l’impression de lire un texte. Je place alors les projecteurs de façon à maximiser la lumière sans provoquer trop d’ombres et de reflets, et croyez-moi, avec des lunettes sur le nez, les reflets ça n’est pas du gâteau. Enfin je branche le micro-cravate, j’essaye de penser à le mettre en marche puis je lance l’application SnapBridge du second iPhone pour piloter la caméra. Je bois de l’eau, vérifie ma mise en plis et je me lance.

C’est généralement à ce moment que je réalise que j’ai oublié le vinyle à présenter, que la caméra n’a pas de carte SD, que le portable sonne, que j’ai une envie pressante. Alors je me lève, je me prends les pieds dans les câbles, oublie que j’ai un micro attaché à mon teeshirt et au boitier Nikon et que tout ça est en train d’être filmé. Le projo vacille, le Nikon bouge sur son pied, je trébuche avant de me rattraper de justesse et j’oublie sous le coup du stress, la raison pour laquelle je m’étais levé.

Une fois deux ou trois prises réalisées, je débranche le micro, arrête la caméra, récupère la carte SD et je passe au montage avec iMovie qui suffit toujours à mes besoins. J’utilise une sorte de modèle afin à ne pas devoir à chaque fois fabriquer les génériques, choisir les polices et les effets visuels. J’ai juste besoin de quelques images et bien entendu du film. Le montage consiste tout d’abord à couper les horreurs, les temps morts, les passages de bus, les miaulements du chat puis à choisir la meilleur des séquences lorsqu’il y en a eu plusieurs. Reste enfin à assembler tous ces petits morceaux, à ajouter le son, gérer les transitions et visionner l’ensemble une dernière fois pour supprimer toute coquille. C’est là généralement que je m’aperçois que l’objectif à effectué la mise au point sur la bibliothèque au lieu de ma trombine. Il n’y alors plus qu’à tout recommencer. Par prudence, tout le matériel est en place pour une nouvelle prise, je suis devenu très prudent.

Une fois satisfait du clip, je le montre à mon épouse, la juge arbitre, qui ne prend pas de gants pour me dire ce qu’elle pense de mes digressions, de mon humour merdique et de mon côté épouvantablement prétentieux. Du coup souvent, je retourne au montage effectuer de nouvelles coupes.

Reste enfin à ranger tout le matériel, car bizarrement, mon épouse me trouve quelque peu envahissant avec mes vidéos à deux balles. Franchement je ne vois pas pourquoi. Ok j’occupe le salon pendant plus d’une heure avec deux projecteurs allumés, deux pieds photos dans le passage, un silence absolu exigé et un piano inaccessible, mais bon, ça sert à quoi un piano sérieusement, sinon à décorer mes vidéos ?

Sincèrement je me demande pourquoi je me casse la tête avec ces vidéos. Elles sont vues par une trentaine de personne et j’ai droit à deux « j’aime », le mien et celui de Stéphane Gallay. Je n’aime pas être devant une caméra, je n’aime pas mon image avec ma peau rouge, mes dents déchaussées, mon gros tarin (vous avez remarqué que j’ai une narine plus grosse que l’autre ?) et ma voix haut perchée. Mais je m’entête. Pour quelle raison ? Le challenge ? Possible. Passer le temps ? Certainement. Le besoin d’exister après Neoprog ? Sans doute aussi.

Pour bien comprendre

Ce n’est pas moi qui l’écrit mais le GIEC, la Terre se réchauffe depuis le début de l’ère industrielle, et le phénomène va en s’aggravant. Selon les projections, nous pourrions voir la température moyenne de l’atmosphère augmenter de 0.2°C à 3.3°C d’ici la fin du siècle selon les scénarios. Je ne vous demande pas de me croire sur parole mais plutôt de lire le Résumé à l’intention des décideurs du rapport GIEC dans sa version française.

Pourquoi tant d’écarts entre les cinq scénarios proposés ? Un des scénario (en orange) part du postulat que nous cessons tout de suite de produire des gaz à effets de serre (plus de moteurs thermiques, voitures, camions, bateaux, avions, plus de centrale à charbon, plus de chaudière à fioul et gaz), bref ce n’est pas gagné. En rouge, nous continuons gaiment nos conneries.

Vous me direz, 3.3°C c’est peanuts, entre l’hiver où il fait -5°C et l’été où ça cogne à 30°C, il y a trente-cinq degrés d’écart, alors trois degrés de plus ou de moins… Oui mais non, on parle ici de températures moyennes. La température moyenne en France en 2020 était de 14°C. Si nous prenons l’hypothèse pessimiste, elle pourrait aller jusqu’à 17,3°C. Trois degrés de plus en moyenne peuvent avoir des conséquences catastrophiques, fonte des glaciers, du permafrost, de la banquise, changement de circulation des courants marins, augmentation des phénomènes violents comme les cyclones.

Elévation du niveau de la mer en 2050

Vous me direz, vous ne vivez pas sur la banquise et les cyclones c’est pour les autres. Oui mais non. La fonte de la banquise entraine l’augmentation du niveau de la mer, donc la disparition de zones habitables (New York, une partie des Pays-Bas). Vous pouvez chercher votre plage préférée sur Climate Central pour voir ce qu’elle deviendra en 2050. Les courant marins eux régulent énormément notre climat comme Le Gulf Stream qui donne à l’Europe un climat tempéré ou El Nino et La Nina qui affectent les régimes de précipitations. Pour les cyclones, ouf, nous sommes épargnés. Ben non justement, en mer Méditerranée il y a ces Médicanes comme Ianos en 2020.

Plus près de nous il y a les sécheresses, les canicules, les fortes précipitations, les supers orages, tous ces phénomènes violents et rares qui deviennent de plus en plus fréquents avec le réchauffement climatique. Vous pouvez par exemple consulter le site des Pluies Extrêmes de Météo-France pour vous faire une idée.

Alors bien entendu, vous pouvez dire, tout ça c’est des conneries, on nous enfume comme pour le COVID-19, les températures n’augmentent pas. En fait si, regardez :

Voici l’augmentation de la température moyenne en France depuis 1900. On part d’une température moyenne calculée sur trente ans, ce que l’on appelle une normale (1961 à 1990) et on calcule l’écart à cette température pour chaque année depuis 1900. En bleu c’est plus froid, en rouge, c’est plus chaud. Regardez ce qui se passe depuis 1990, c’est rouge tous les ans. Et ça ce sont des mesures, vous pouvez même récupérer les données et faire les calculs vous même si vous doutez encore.

Et puis n’avez-vous pas remarqué que les hivers sont plus doux et les étés plus chauds ? Oui je sais, ce printemps a été particulièrement frais cette année, mais cela n’enlève rien à la tendance générale climatique. Et puis, la fin du printemps 2021, moi je l’ai trouvé plutôt caniculaire, pas vous ?

Il y a des hauts et des bas par rapport à la moyenne des températures, des petits incidents, plus froids en bleu ou plus chauds en rouge, mais qui ne remettent pas en question l’augmentation de la température planétaire globale.

Quelle est la cause du réchauffement climatique ? La Terre se rapproche du soleil ? Non. C’est lié à l’activité solaire ? Non plus. Enfin je ne suis pas astronome même si ça m’intéresse mais d’autres scientifiques se sont penchés sur le problème. « L’activité du Soleil ne peut donc être le facteur dominant de ce réchauffement, même si des corrélations entre l’activité solaire et certaines variations à court terme de la température terrestre ont été mises en évidence, qui pourraient être le signe d’un couplage. », le pouvez lire le rapport de l’Académie de Sciences si vous avez un doute. Alors c’est quoi ? C’est lié au pêts des vaches ? Oui entre autre. C’est lié aux gaz à effet de serre et le méthane (les prouts) en est un.

Voila ce que montrent les statistiques (source GIEC), quand les émissions de C02 augmentent, la température augmente. C’est ce que l’on appelle une corrélation statistique, un peu la corrélation entre la consommation de bière et le développement d’un bidon au fil des années.

Alors vous me direz, on peut faire tout dire aux statistiques, oui effectivement, lorsque l’on utilise pas des ensembles de données significatifs ou qui comprenant des données erronées ou biaisées. Mais là pour le coup l’Organisation Mondiale de la Météorologie dispose de données quotidiennes fiables sur plus d’un siècle et sur la Terre entière alors voila quoi, l’échantillon statistique est suffisamment grand et de bonne qualité, j’en sais quelque chose, j’ai travaillé à collecter ces données et à les valider.

Bon si ça se réchauffe vraiment, que peux-t-on faire ? Installer des climatisations pour rendre ça supportable ? Non ça c’est juste crétin. Les clims rejettent de l’air chaud et consomment beaucoup d’énergie. Elles ont tendance à augmenter le phénomène d’ilot de chaleur urbain, c’est à dire ces zones de plus fortes chaleurs dans les zones habitées. Nous allons donc devoir faire avec l’augmentation des températures, s’adapter, fermer les volets la journée, aérer tôt le matin, au minimum de température, éviter de bétonner les sols, planter des arbres pour ombrager les rues, végétaliser les toits et les façades.

Il va surtout falloir réduire notre consommation en énergies fossiles afin de diminuer notre production de CO2. Le pétrole, le gaz, le charbon, les constructions en béton. Remplacer le pétrole par l’éolien, le solaire et l’hydroélectrique est une douce utopie, du moins pour l’instant, car nous consommons trop et ces installations ne possèdent pas que des bons côtés, loin de là. Je ne dis pas qu’il faut arrêter les énergies « vertes », mais plutôt que nous devons réduire notre consommation énergétique.

La grande solution que nous font miroiter les industriels et politiques est la voiture électrique. Ok, d’après le Parlement européen la voiture individuelle représenterait 43% des émissions de CO2 en Europe pour les transports. C’est pas mal. Mais avec quoi allons-nous faire rouler les voitures électriques, avec de l’électricité non ? Et avec quoi va-t-on produire de l’électricité, nos éoliennes, du charbon ?

Je ne parle même pas de l’impact carbone de la construction d’une voiture électrique car tout le monde n’est pas d’accord mais vous pouvez lire cette article. « la fabrication d’une voiture électrique pèse plus lourd en bilan carbone : 32 g/km éqCO2 pour la Mercedes Classe C 220d, contre 51 g/km éqCO2 pour la Tesla Model 3, dont 23 grammes pour la batterie de 75 kWh de capacité énergétique » mais « Selon les chercheurs, il ne faut que 30.000 kilomètres pour compenser les gaz à effet de serre libérés spécifiquement lors de la fabrication du pack 75 kWh de la Model 3. ». Après, j’ai roulé en Zoé, pas longtemps parce que l’autonomie annoncée de 370 km s’est réduite comme peau de chagrin à 200 km. J’habite une région pluvieuse, froide et montagneuse. Il y a un simulateur optimiste sur Automobile Propre si ça vous tente. Je ne suis pas certain que nous tenons là la solution miracle, si ce n’est relancer l’industrie automobile artificicellement.

J’ai discuté il y a peu avec des pro nucléaires qui voient dans les centrales la solution ultime à nos problèmes énergétiques et climatiques. Ils ne m’ont pas convaincu, sans doute parce que je suis farouchement opposé au nucléaire, une source d’énergie que je trouve un tantinet dangereuse, il n’y a qu’à voir le dernier incident en date. Mais c’est clair, nous, nous sommes les meilleurs, les américains, les russes, les chinois et les japonais sont des débiles. N’est-ce pas ?

Donc la Terre se réchauffe et c’est un peu tard pour renverser la vapeur. C’est cool (non justement). Si vous n’êtes pas d’accord, reprenez la lecture de l’article depuis le début et essayez d’ouvrir les yeux cette fois.

Maintenant que peut-on faire sans bâtir des EPRs aux quatre coins de la France ? Parce que le but est bien de baisser notre production de gaz à effet de serre pour limiter la casse et espérer atteindre seulement une augmentation de 1.5°C (les accords de Paris) d’ici la fin du siècle (je ne vais pas vous mentir, c’est très mal barré).

La clim ? Non. La voiture électrique ? Bof. Partir vivre au Groenland ? Nous sommes quand même sept milliards d’habitants, on va être serrés. Ne manger que du quinoa et du tofu ? Pas enthousiaste désolé.

Nous pouvons commencer par rouler moins, par ne prendre l’avion que lorsque c’est indispensable, manger moins de viande, nous déplacer à vélo ou à pied, utiliser les transports en commun, changer moins souvent de gadgets électroniques, limiter notre temps sur Internet (on peut lire des livres à la place, c’est sympa), chauffer moins (il suffit de mettre des pulls en hiver), acheter local pour limiter les transports longue distance, favoriser l’achat d’occasion pour donner une nouvelle vie aux produits, végétaliser autant que possible les zones urbaines, sanctuariser les portions de territoire non bétonné, et pourquoi pas voter pour des politiques aux réelles sensibilités écologiques histoire de faire réagir ceux qui nous gouvernent.

En attendant, je vous souhaite une bonne prochaine canicule.

La Lenteur

Image

Milan Kundera a écrit un très beau roman sur le sujet il y a bien longtemps: la lenteur. 

Dans notre société connectée, aux distances raccourcies par les jets et trains à haute vitesse, où vous pouvez commander le soir et recevoir le lendemain, il est bon de s’arrêter et prendre le temps.

Pendant plusieurs années je me suis jeté dans une course effrénée pour tout écouter, tout juger, tout publier. Trois chroniques par semaine et plus de cinquante albums survolés dans le mois. Une fuite éperdue en avant qui ne me laissait plus de temps pour vraiment apprécier.

Adolescent, limité par mes faibles ressources financières, je n’écoutais au mieux qu’un seul disque par mois, autant dire qu’il tournait en boucle et que j’en connaissais les moindres subtilités par coeur. Une poignée d’albums qui ont forgés ma sensibilité musicale actuelle.

Aujourd’hui, avec les plateformes de streaming, nous accédons à presque tout le catalogue des albums publiés. Certains abonnements proposent même la qualité hifi maintenant. Combien de disques sont édités chaque jour ? Assurément plus que je ne peux en écouter, même dans le petit univers du rock progressif.

Je n’ai pas de compte sur Deezer, Spotify, Apple, Amazon, Google YouTube ou autre. Avant, je n’en avais pas besoin, je recevais gratuitement la musique sur de multiples plateformes de promotions comme Haulix et le plus souvent quelques semaines avant la commercialisation des albums. Aujourd’hui comme monsieur tout le monde, je jette une oreille aux clips publiés sur YouTube, aux titres proposés sur Bandcamp, lis des chroniques et ensuite je fais mon marché, en fonction de mes envies, sans donner dans l’orgie.

Je choisis le temps de la lenteur, de préférence avec un vinyle qui m’oblige au rituel de l’écoute. Choisir l’album, contempler sa pochette, sortir la galette, la poser sur la platine, allumer le pré ampli, l’ampli, lancer la platine, poser le diamant sur les sillons et m’installer confortablement pour quinze à vingt minutes dans le canapé avec un livre ou les paroles des chansons.

Le temps ralentit jusqu’à devenir épais. Il n’y a plus que la musique et les mots. Une musique et des paroles qui chaque jour vont me livrer un peu plus leurs secrets, leurs émotions pour devenir intimes, jusqu’au moment où le disque n’est plus indispensable pour ressentir ses sensations.

J’explore un nouvel album par semaine, rarement plus, ce qui le laisse le temps d’en réécouter d’autres oubliés sur les étagères, des CDs et vinyles qui ont fini par prendre la poussière, faute de temps à leur consacrer. J’ai cessé de consommer de la musique pour l’écouter.

J’ai également retrouvé le temps de la lecture. M’installer au calme avec un livre, ce magnifique écran passif sans lumière bleue qui aide à se détendre, un écran de mots et de phrases sans images animées, qui vous entraîne dans des rêves et des pensées infinis.

Toutes ces heures passées devant des écrans à interagir de manière virtuelle avec les gens, à zapper la musique, à alimenter la grande bibliothèque mp3, sont aujourd’hui disponibles pour ne rien faire, laisser l’ennui m’approcher, ouvrir un livre, écouter un album, discuter.

Nous sommes sans cesse hyper sollicités par les bruits agressifs, les couleurs criardes, les parfums artificiels, le matraquage des publicités, les SMS, les notifications, les images, les musiques, les appels téléphoniques, les envies, les faux besoins, les courriels, les nouveautés, les bonnes affaires que cela en devient épuisant. Autrefois mon unique îlot de quiétude possible se trouvait à mille cinq cent mètres d’altitude, dans un village perdu des Alpes de Haute Provence, un chalet sans Internet, téléphone juste l’électricité, l’eau courante et trois chaînes de TV neigeuses, un lieu où je réapprenais l’ennui une semaine par an, entouré de montagnes et de silence.

Partiellement déconnecté de la toile, sans pression, un pied dans le jardin, l’autre dans le salon, je redécouvre le plaisir de l’oisiveté et du silence. Mais après trois semaines de zénitude, l’enfer s’est à nouveau manifesté, sous la forme d’un groupe allemand qui a tenté de me séduire avec une promotion vinyle. Comment résister à la tentation d’un vinyle sérieusement ? Et puis je me suis souvenu que le webzine avait commencé ainsi, par des propositions sympathiques de groupes de rock, une, deux puis trois, puis cent, puis mille. Alors j’ai décliné l’offre. J’opte définitivement pour la lenteur.

Nuke ta mère

Image

Lorsque sur Twitter, je suis tombé sur un tweet proposant de l’électricité 100% nucléaire de Nuke.Green :

« On va essayer de monter un fournisseur d'électricité garanti 100% nucléaire.Parce que c'est moins carboné, moins cher et moins hypocrite que les autres offres du marché. L'aventure démarre avec plein de démarches administratives, suivez l'avancement ici ! » 434 likes

j’ai explosé :

« Mais quelle horreur ! Vous n’en avez pas eu assez avec Tchernobyl, Fukushima et 3 Mile Island ? Sérieusement. ». 1 like

Je n’aurais pas dû, ce n’était pas malin. Tous les pro-nucléaires que comptent Twitter me sont tombés dessus à bras raccourcis. Le pire c’est qu’ils connaissent leur affaire alors que moi, voilà, j’ai juste viscéralement peur de cette saloperie.

Graphiques à l’appui, ils m’ont démontré que le nucléaire (français) est l’énergie la plus propre devant le solaire, l’éolien, les barrages, la géothermie et le reste. Ils m’ont prouvé qu’une centrale nucléaire pouvait être démantelée en huit ans et ne plus laisser de traces (ils ont oublié de parler du combustible usagé enterré en attendant de meilleurs jours). Ils m’ont rassuré en affirmant que les anciennes centrales dangereuses n’avaient plus cours et que notre parc actuel était des plus fiables.

Ha ? Parce qu’avant y avait un risque ? J’suis bête aussi… Des personnes manifestement intelligentes avec un bel argumentaire bien rodé, relativement polies face à mon ignorance, allant jusqu’à me proposer des liens « impartiaux » pour me faire mon opinion sur le sujet. Marrant, c’est comme ça que font également les adeptes de la théorie du complot.

Je ne crois pas au complot et je vais avoir du mal à trier le grain de l’ivraie. Il y a trop à lire, écouter, comprendre pour que je me fasse une opinion. C’est un peu comme pour le réchauffement climatique, soit vous connaissez bien le sujet, soit vous faites confiance à des sources pour la synthèse.

Des faits tangibles, je n’en connais que trois, mais c’est bien suffisant pour moi: Tchernobyl, Fukushima et 3 Mile Island. Du lourd, du vrai, du moche, trois accidents nucléaires en quarante-deux ans. Et quelques morts, directs et indirects au passage, mais tout le monde ne s’accorde pas sur le nombre de cadavres dans le placard.

Le nucléaire est peut-être devenu sûr, qui sait (les réactions nucléaires reprennent sous le sarcophage de Tchernobyl), mais en lisant les rapports de l’ANDRA sur l’enfouissement des déchets, je découvre qu’ils envisagent quand même qu’un jour, l’homme ne se souvienne plus de toute la merde qu’il a enfoui à cet endroit. « Regarde chérie, j’ai trouvé ce truc dans une galerie, ça pourrait faire un joli meuble de bar ! ».

Alors le nucléaire est peut-être propre en bilan carbone, les chiffres oscillent entre 6 et 66 gCO2/Kwh ce qui n’est pas exactement pareil, mais bon passons. Les rapports de l’ADEME seraient foireux m’a t’on dit, pas ceux de l’ANDRA ? Je n’ai de toute façon pas envie d’isotopes radioactifs en fin de vie dans la nature, il y en a déjà assez dans la fosse des Casquets, sans parler des barils qui se sont perdus pendant le transport.

Mais comment faire rouler toutes ces voitures électriques qui nous promettent 370 km d’autonomie pour 250 km réellement parcourus (test grandeur nature de la nouvelle Zoe au printemps) sans le soutien du nucléaire ? Oui le CO2 c’est mal, oui l’éolien et le solaire ne suffiront pas à notre consommation sans cesse galopante, là je suis d’accord.

Alors calmons-nous, consommons moins, faisons-nous violence et cessons de bâtir des EPRs à tout-va. Réduisons notre empreinte carbone et énergétique. Moins d’avions, moins de longs déplacement, privilégions le vélo et la marche, achetons local, ne changeons pas sans cesse de machin technologique, mangeons un peu moins de viande (mangez vos gamins à la place), et tout n’ira pas trop mal peut-être.

Le Silence

Image

J’ai été appâté par un petit roman à la couverture de smartphone argenté. L’histoire raconte une fin du monde, le jour où votre portable ne fonctionne plus, où l’écran télé devient noir, où l’électronique nous abandonne.

J’avais envie d’offrir ce petit bouquin à ma femme, elle qui est totalement addicte à son iPhone. Mais c’est moi qui l’ai lu finalement, dans le transat, au fond du jardin, un chaud après-midi dominical de mai.

Tout tombe en panne le jour du championnat de Super Bowl et cinq personnes, deux couples et un jeune homme, se retrouvent face à eux-mêmes dans un appartement de Manhattan. Que va-t-il ressortir de ce face à face forcé ? Qu’est-ce qu’un couple peut encore se dire après des années de mariage, sans écran pour occuper son temps ? Qu’est-ce qu’il reste de l’amitié une fois les banalités d’usage prononcées ?

Les thèmes autour de ce sujet me semblaient infinis et à priori palpitants. L’auteur ne livre à la place qu’un verbiage intellectuel et délirant (sa diatribe autour d’Albert Einstein par exemple) sans l’ombre d’un intérêt, ou alors je suis trop stupide pour comprendre. Onze euros et cinquante cents jetés par la fenêtre.

Quinze pouces

bon là y en a douze je sais

J’ai deux mains et quinze pouces. Je les transporte sur moi pour aller et revenir du travail. Car mon bureau, un jour sur deux, se trouve à la maison. Mes deux mains avec leurs dix doigts me permettent de tapoter les quinze pouces et de travailler à distance. Mais au travail j’ai deux fois vingt-et-un pouces, et chacun de ces pouces m’est indispensable. Alors, lorsque je suis à la maison, tout devient plus compliqué. 

Dans notre administration bien ordonnée, pour commander un crayon papier, j’ai besoin simultanément de six outils informatiques différents. 

Il me faut d’abord aller sur le site du fournisseur afin de trouver les références du crayon à papier et son prix au marché, car nous passons des marchés même pour les crayons à papier. C’est le premier outil. Une page web sur laquelle je dois m’identifier avec un compte impossible à mémoriser.

Le second outil me sert à désigner le fournisseur. Page web, lanceur java, cocher une case et valider, cocher une seconde case et valider, login, password (pas de caractères spéciaux ici), menu, sous-menu, sous-sous-menu, recherche avec des %, tout cela pour récupérer le numéro du fournisseur. 

Le troisième sert à connaître le compte sur lequel imputer la dépense. Web, nouveau login, autre mot de passe, menu, sous-menu, sous-sous-menu, sélection de l’année en cours, Clic sur Ok et la chose m’ouvre un document Libre Office contenant tous les comptes d’imputations de la maison. Il ne reste plus qu’à chercher avec les yeux et copier le numéro.

Un quatrième va m’indiquer le code du produit que je vais acheter. Web, téléchargement d’un PDF puis recherche dans une dizaine de pages bien denses les mots « fournitures de bureau ». 

Ensuite il faut ouvrir un nouveau classeur Libre Office, le cinquième outil, dans lequel je détaille la commande : numéro de fournisseur, compte d’imputation, code produit, numéro de commande, montant hors-taxe et TTC, TVA, destinataire de la commande, marché, commande en ligne, envoi de la commande au fournisseur…

Le sixième outil permet de soumettre la commande au service comptable. Web, autre login, autre mot de passe avec des règles encore différentes, menu, sous-menu, sous-sous-menu, clic, j’y dépose le devis, le classeur Libre Office et clic, ma demande part pour traitement.

Six outils sur un écran quinze pouces. Cela ne laisse pas beaucoup de place pour les caractères. Je crois que c’est une technique pour inciter les agents à revenir travailler au bureau. Ca ne peut-être que ça.

Quatre onglets dans le navigateur web, une application à l’écran, deux documents Libre Office ouverts ainsi qu’un PDF, tout cela sur quinze pouces. L’opération aura duré quinze minutes, le temps d’aller au supermarché acheter le crayon papier avec une carte bleue.

Vous pensiez, comme tout le monde, que les fonctionnaires se tournaient les pouces en télétravail ? Maintenant vous savez, ils commandent des crayons papiers pour les autres fonctionnaires en télétravail avant de les réceptionner puis de les réexpédier aux destinataires…

La fin d’une époque

Image

Neoprog est né il y a plus de vingt ans des cendres d’un premier site internet où je parlais de tout et de rien, l’ancêtre du blog. Je l’ai spécialisé pour ne traiter que les musiques principalement progressives dans lequel je donnais un avis partial sur les albums que je possédais. Puis progressivement, les artistes, les labels et les promoteurs sont venus me proposer des albums.

Bien vite il y a eu trop de musique pour deux oreilles et j’ai accepté de travailler avec une seconde personne. Une, deux puis trois, l’équipe finit par atteindre le nombre de dix personnes à l’age d’or de Neoprog avant de décliner lentement.

Ce furent des années d’expériences musicales et humaines très enrichissantes mais également difficiles. J’ai eu le plaisir de découvrir de nombreux groupes, de discuter avec mes idoles, de les photographier en pleine action comme dans mes rêves d’adolescent les plus fous.

Mais aujourd’hui, je désire passer à autre chose.

J’arrête le webzine musical Neoprog, du moins sous sa forme actuelle. L’idée trotte dans ma tête depuis deux trois ans, mais j’ai repoussé cette décision à plusieurs reprises pour diverses raisons. Cette fois ma décision est prise et toute l’équipe a été bien entendu informée.

Pourquoi arrêter ? Gérer Neoprog et son équipe demande beaucoup de temps et d’énergie. Il faut partager les promotions, répondre aux sollicitations, mettre en ligne le contenu, relire la prose, renseigner la base de données sur les groupes, les albums, les concerts, les sorties en plus d’écrire plusieurs chroniques par semaine pour tenir la cadence des publications. Car il est nécessaire de maintenir un audimat raisonnable dans ce genre de médias pour ne pas sombrer dans l’oubli.

Il m’est arrivé de mettre en ligne des textes avec lesquels j’étais en total désaccord et j’ai dû, comme tout manager que je ne ne suis pas, vivre avec les états d’âmes des membres l’équipe. Nous étions six à la fin, et pour suivre l’actualité musicale, il aurait fallu que nous publions au moins cinq critiques par semaine. Plus de vingt par mois. Comme en moyenne les autres membres de la team accouchaient d’un texte par mois, il me restaient quinze à vingt chroniques à produire, en piochant souvent dans les restes. Du travail à la chaîne qui perdait de son intérêt à la longue.

Le webzine subissait la pression insidieuse des labels et promoteurs sans réel retour de leur part. Si nous ne publiions pas à temps un billet enthousiaste sur tel ou tel album, nous ne recevions pas le suivant. Les albums arrivaient de plus en plus souvent en streaming, parfois en mp3 et rarement en support physique. Il fallait mendier pour une version numérique, quelques photos de presse et les paroles.

La qualité du webzine a beaucoup tenu au travail des différents rédacteurs qui s’y sont succédés. La relecture des textes, la mise en page plus soignée, la découverte de nouveaux horizons musicaux, je la dois pour une grande partie aux personnes qui ont participé à cette aventure.

Mais justement, ils se sont succédés. Un arrivait, deux partaient. Faute de temps pour certains, lassitude pour d’autres. Certains ont été mis dehors également, plagia, bâclage, coup de gueule et j’en passe. Depuis deux ans, je ne cherchais plus vraiment à recruter car cela demandait beaucoup trop d’énergie pour un résultat très incertain.

Bref, aujourd’hui j’ai envie d’écouter la musique qui me plait et d’en parler à l’occasion si j’en ai envie, sans avoir à rendre de comptes à qui que ce soit. Revenir à ce que je faisais aux débuts de Neoprog.

Le webzine Neoprog va fermer ses portes et le blog va prendre sa relève. Fini les promotions, il s’agira juste des albums achetés que j’aurai eu plaisir à écouter, peut-être exclusivement les vinyles. Je n’ai pas encore de plan.

Merci à toute l’équipe qui m’a accompagné ces dernières années. Merci aux artistes, labels et promoteurs qui nous ont aidé à exister. Et merci à nos lecteurs, de nous avoir suivi fidèlement depuis le début.

Photo amateur

Image

Ceux qui pratiquent la photographie en loisir savent que manipuler un boitier comme cadrer correctement un sujet demande un peu de pratique.

Depuis Noël j’effectue une migration d’APS-C vers 24×36 et de monture F vers Z. Donc je vends du matériel, boitier, grip, objectifs dans le but d’en acheter de nouveaux.

Pour ce faire j’ai déposé des annonces sur Leboncoin sans rencontrer de grand succès à part les habituelles anarques ou négociations sauvages. Alors pour me donner plus de chance, j’ai mis une partie de ce matériel en dépôt vente chez un photographe.

Le lendemain, alors que je venais de déposer tout le matériel dans l’unique boutique photo du centre ville de Strasbourg, je vendais tout le matériel sur Internet, m’obligeant à deux aller-retours en ville pour récupérer le matériel. En un samedi de migraine intense, je vendais un Nikon D7200, un Sigma 18-35 mm, un Nikkor 18-140 mm. Il ne restait qu’un Fish Eye DX 8mm à écouler ainsi qu’un vieux Tamron 70-300 mm fatigué.

Le Fish Eye en question est un Samyang totalement manuel et non reconnu par la majorité des boitiers Nikon. Il fait des images complètement déformées, un ultra grand angle, pas franchement facile à maîtriser.

Le dimanche midi, une personne m’a contacté sur Leboncoin pour acquérir l’objet. Une demi-heure plus tard elle arrive devant la maison et me demande si son Nikon D80 fonctionnera avec. En voilà une bonne question… Je lui propose d’essayer et miracle le D80 le reconnaît et tout fonctionne. 

J’explique au jeune devant moi, que l’objectif est manuel. Le gars me regarde interrogatif.

– Manuel comment ? 
– Il n’y a pas d’autofocus dessus. 
– C’est quoi lotto faut cul ? 
– Heu, la mise au point est manuelle. 
– Quel point ? 
– La netteté de l’image se fait à la main. 
– J’comprends pas. 
– Ouille… L’image y a être floue si toi pas tourner la bague correctement.

Je lui explique aussi, que s’il ne fait pas attention, il photographiera également ses pieds avec ce genre d’objectif parce que c’est un grand angle. 

– Quel angle ? Je ne veux pas faire des photos de pieds, j’suis pas un bouffon !

Le gars m’explique qu’il veut faire de la photo, mais qu’il débute, ce que je veux bien croire. Il me montre de magnifiques clichés réalisés par un de ses amis, manifestement retravaillés sous Lightroom ou Photoshop et me demande si, avec son Nikon D80, il fera aussi bien. 

Que lui répondre ? Oui avec beaucoup de pratique mais pas avec ce Fish Eye là. Je lui propose à la place le vieux Tamron 70-300 un peu fatigué mais qui fait encore le job et que je vends deux fois moins cher. Quand il voit le tube, ses yeux brillent, confirmant le dicton, plus c’est long, plus c’est bon. 

C’est là que je découvre que le jeune ne sait pas installer un objectif sur un boitier, alors je lui montre comment faire et comme son Nikon est réglé en manuel, je le bascule en full auto, un choix sans doute plus adapté à des premiers pas de photographe.

A l’époque où un smartphone fait de plus belles images qu’un vieux reflex Nikon amateur 10 mégas pixels, je me demande bien ce que ce garçon cherche à faire. Mais j’oublie que j’ai débuté le numérique sur un D5100 avec un 35-70 mm bas de gamme, mitraillant en mode rafale semi-automatique pour couvrir des concerts de rock et que lorsque je revenais le lendemain matin à la maison fier de mes mille-cinq-cent clichés JPG compressés, je jetais 95% des images tellement elles étaient moches.

J’espère que ce jeune fera son chemin avec son vieux Nikon et le Tamron et qu’un jour il goutera le plaisir d’un Fish Eye manuel pour des photographies étranges et spectaculaires.