Groupies

Image

Avez-vous remarqué l’attrait qu’un jeune homme exerce sur les filles lorsqu’il chante avec une guitare acoustique ? Qu’il soit moche, qu’il chante faux, qu’il joue avec des moufles, elles se collent à lui comme des mouches.

Un vieux con avec du matos photos, qui soit fripé, mauvais ou très grognon, fait un peu le même effet, mais sur une tout autre population de personnes. Ces groupies, apprentis en photographie (ils on eu un boitier pour Noël), veulent absolument partager avec vous cette passion naissante (ils viennent de découvrir qu’il y a un flash sur leur reflex), comparer leur engin avec le votre (la longueur, ça compte énormément) et échanger sur les techniques de la photographie.

Honnêtement, je préférerai que ce soit de jolies filles voulant poser pour moi, mais bon.

J’ai certainement été comme eux, il n’y a pas si longtemps que ça, mais aujourd’hui, je dois avouer qu’ils me fatiguent un peu.

Lorsque j’arrive à un concert et que je déballe le matériel pour effectuer les premiers réglages, j’échappe rarement à la conversation stérile suivante :

Le groupie – ça doit faire de meilleur images qu’un iPhone votre appareil

“Rho putain c’est parti !”

Moi – oui et non, en fait ça n’a pas grand chose à voir, il est possible de faire de très bonnes photos avec un iPhone.

Le groupie – le problème c’est la lumière, c’est ça ?

“Ben oui, avec ton objectif ouvert à f 5.6 et ta vitesse à 1/800, ça doit être sombre mon gars, c’est clair”

Moi – l’ouverture fait beaucoup pour la lumière en effet.

Le groupie – oui, oui, la focale, et ta focale à toi c’est 800 ZO ?

“Je vais te la foutre dans la gueule ta focale moi.”

Moi – heu oui, c’est ça, 800 ISO.

Le groupie – et les réglages, c’est quoi, parce que le mode auto…

“Vroum vroum !”

Moi – manuel.

Le groupie – tout manuel ?

“Devine.”

Moi – ben oui.

Généralement la conversation s’épuise alors, mais il y a les coriaces. Ceux qui se lancent dans un débat sur les boîtiers argentiques alors qu’ils photographient en mode Auto sans même passer par un format RAW.

L’argentique c’est un peu de vinyle de la photographie, un sujet sans fond où chacun y va de ses arguments subjectifs. Sauf que je suis assez vieux pour avoir connu, photographié et développé en argentique. L’idéalisation de la pellicule Kodak T-MAX et des bains pour développer qui encombrement les toilettes, c’est bon, j’ai donné. Je suis très loin de maîtriser suffisamment les techniques de laboratoire pour approcher le travail que j’effectue sur du RAW avec Lightroom, alors passons.

Revenons aux casses-bonbons. Le plus souvent, ces gens lancent le sujet de la photographie pour dériver ensuite sur le réchauffement climatique (à croire que j’ai une tête de climatologue), le complot contre l’humanité, ces ondes qui nous contrôlent (faut croire que j’attire les cinglés) et j’en passe.

Cependant, quelques fois, je tombe sur un vrai photographe, un mec vraiment doué, qui avec un petit hybride et une optique passe partout va faire cent fois mieux que moi avec mes six kilos de d’équipement. Des personnes qui, patiemment, m’écoutent pérorer sur la photo alors qu’ils en savent bien plus que moi et possèdent un vrai talent.

Dans ces cas là, devinez qui est le casse-burnes ?

Va falloir que je me montre plus conciliant la prochaine fois avec l’emmerdeur de service qui m’abordera… Nous sommes tous l’emmerdeur de quelqu’un finalement.

Engagez-vous, rengagez-vous, qu’ils disaient !

Image

La rentrée musicale arrive à grand pas, les promotions pleuvent, les artistes deviennent vos amis, les labels vous approchent, des demandes d’interviews plus tentantes les unes que les autres nous sont proposées et pourtant nous ne recrutons plus de collaborateurs.

Pourquoi est-il si difficile de trouver des chroniqueurs de rock progressif de nos jours ? Y aurait-il trop de webzines en France pour le potentiel d’écrivains en herbe ? Neoprog véhiculerait-il une mauvaise image ?

Trouver un chroniqueur motivé sachant écrire correctement relève du chemin de croix. Il s’en présente toujours un, motivé, soit disant totalement en phase avec la philosophie du webzine, prêt à se lancer dans la grande aventure rédactionnelle, tout feu tout flammes, mais quand vient sa première bafouille, les outils de travail collaboratif à maîtriser,  les corrections à apporter, le format à respecter, il n’y a plus personne.

A chaque fois nous passons des heures à échanger, expliquer, à chaque fois nous avons en face de nous une personne motivée, volontaire, avec un pedigree intéressant qui après quelques échanges de plus en plus laconiques disparaît de la surface de la planète.

Par chance, quelques uns, heureusement vont au bout de leur démarche, rentrent dans le moule, et signent régulièrement de leur plume acérée des chroniques, live report et interviews. Hélas au fil des mois, et c’est bien naturel, l’engouement initial s’estompe, l’essoufflement gagne et les articles se font de plus en plus rares.

Il est vrai que nous n’y gagnons rien, si ce n’est de la reconnaissance et le privilège de découvrir des albums en avant première mais en mp3, alors que, en cherchant bien, il est possible de les télécharger illégalement sur de nombreuses plateformes russes avant même que la promotion nous arrive.

Pourtant, voici des années que je chronique et je ne m’en lasse pas. Chaque nouvel album me procure une joie nouvelle. J’y passe de nombreuses heures par semaine, mais principalement pour le travail administratif et relationnel et chaque semaine j’écoute un nombre assez important de nouveautés. Suis-je fou ? Certains penseront que je n’ai rien d’autre à faire dans la vie mais ne les croyez pas. J’ai un travail très prenant, une famille encore plus prenante, je lis beaucoup, je fais de la photographie, j’arpente les chemins de randonnées, je bois des bières avec mes amis, je bricole, je jardine, fais la vaisselle, un peu de ménage et je dors parfois. Qu’est-ce j’y gagne ? Un mois de salaire envolé chaque année en déplacements, billets, albums, hébergement, équipement. J’y gagne le droit d’approcher mes idoles, de les photographier, de les interviewer, de découvrir en avant première leurs créations.

J’aimerai bien trouver quelques nouveaux fous furieux, des passionnés désintéressés, acceptant de consacrer un peu de leur temps pour parler de musique. Il y a tant de fabuleux albums à découvrir, dont nous ne parlerons probablement jamais faute de temps, du metal, du progressif, de l’alternatif, de la pop/rock, qu’importe (sauf le punk et la new wave s’entend), la musique est tellement belle.

Alors si vous aimez la musique, vous voulez l’écouter et en parler, engagez-vous !