Mondes parallèles une histoire d’amour 

Image

J’ai découvert Keigo Higashino avec bonheur dans Le Nouveau. Alors lorsque Babelio m’a proposé de lire son dernier roman, je n’ai pas hésité une seconde même si j’avais deux autres livres en route.

Je n’ai pas reconnu tout de suite l’auteur japonais dans cet intrigant trio amoureux. Dès le second chapitre, le lecteur découvre l’étrangeté du récit. Au fil des pages, il se raccroche à quelques mots pour se souvenir où il se trouve et petit à petit, il perd prise avec la réalité. 

Tomohiko et Takashi, deux amis d’enfance, travaillent dans un laboratoire de réalité virtuelle. Tous deux rencontrent la délicieuse Mayuko et en tombent immédiatement amoureux. 

Les mondes parallèles s’embrouillent dans le roman. Un jour Takashi se réveille au côté de Mayuko, le lendemain il rêve de la voler à son ami. Etait-il dans ce parc d’attractions avec elle ? Vit-il seul, est-il en couple ? Tomohiko est-il parti travailler à Los Angeles sur un projet secret ? 

Ecrit à la fois comme un récit fantastique, une histoire d’amour et un policier, le roman de Keigo Higashino se dévore de la première page jusqu’à la dernière.

Magnifique !

Le bureau d’éclaircissement des destins

Image

Ce livre à la couverture jaune trainait sur une étagère à la maison depuis quelque temps déjà. Un roman délaissé par mon épouse pour je ne sais quelle raison.

Je ne connaissais pas l’auteur, mais le titre m’a intrigué, alors j’ai retourné le livre, parcouru le résumé et me suis perdu dans ses pages.

Gaëlle Nohant raconte l’histoire d’Irene, une mère célibataire, archiviste travaillant à l’ITS, l’international trading service, des archives de la Shoah, où des enquêteurs tentent de retrouver ce que sont devenues certaines victimes des camps de concentration en fouillant les archives et en questionnant les familles.

Irene, cette française arrivée à l’ITS presque par hasard, est chargée par sa directrice, de retrouver les propriétaires milliers d’objets perdus datant des camps, entreposés dans les archives. De longues enquêtes à la recherche d’allemands, de français, de polonais, descendants des victimes des chambres à gaz ou miraculeux survivants exilés de part le monde.

C’est une tranche de vie de cette femme particulière et une de ses enquêtes que l’on suit pendant plus de quatre cents pages. Un roman qui évoque les atrocités de la seconde guerre mondiale, les nazis, les SS, le ghetto de Varsovie, les convois de prisonniers, la déportation, les camps de concentration, l’après guerre et une actualité plus proche, celle des migrants et des attentats de Berlin.

Il y a beaucoup d’amour et de souffrance sous la délicate plume de Gaëlle. Il y a du respect, de la révolte et de l’émotion. Les chapitres qui évoquent les camps sont terribles, compensés par l’amour que se portent tous les personnages qui donnent un titre à chacun des chapitres.

Un roman beau et fort que je vous recommande vivement.

L’Odyssée des étoiles

Image

Un roman d’amour épistolaire écrit par une coréenne, voilà ce que promettait le livre l’Odyssée des étoiles de Kim Bo-Young.

Il s’agissait de mon premier roman coréen et sorti de quelques références géographiques, quelques rituels de mariage, l’histoire aurait pu être racontée par n’importe quel anglo saxon.

L’histoire ? Non, les histoires. Car le roman en deux parties se compose de nouvelles. Les lettres d’un couple séparé par le temps qui cherche à se rejoindre à la vitesse de la lumière et les tribulations d’un voyageur solitaire qui atteindra l’ultime limite fixée par Albert Einstein en son temps. 

Le roman épistolaire possède un certain charme, de par sa forme et sa naïveté. Deux amoureux que le temps et l’espace séparent voyagent à la vitesse lumière pour compenser le temps qui les éloignent afin de se marier sur Terre. 

Ce qui ne devait durer que quelques mois devient des siècles relatif de séparation pendant lesquels la Terre change.

Cent cinquante pages qui finissent tout de même par être longuettes et qui laissent place à quatre histoires autour de Seongha, le voyageur temporel. Des nouvelles qui jouent sur les paradoxes du temps et de l’espace. 

Les deux premières histoires sont sympathiques, les deux dernières relativement anecdotiques. D’ailleurs je ne suis pas allé au bout de la quatrième, il ne me restait pourtant que quelques pages.

La poupée

Image

J’avais déjà lu un roman de Yrsa Sigurdardottir il y a quelques temps et il ne m’avait pas emballé. Mais comme j’ai la mémoire courte et que je suis accro aux polars islandais, j’ai lu la suite sans le savoir. Et le pire dans tout ça, c’est que je l’ai bien aimé.

Une poupée restée longtemps fond de l’océan est ramassée dans un filet par un pêcheur du dimanche. Un objet hideux et puant recouvert de mollusques qui devient le coeur d’une enquête policière.

Une enquête ? Non plutôt quatre, deux meurtres, des ossements retrouvés et des accusations pour abus sexuels sur mineurs.

Dans cette nouvelle histoire, on retrouve les protagonistes du précédent roman Le Trou, Huldar, Lina et Freyja qui n’ont pas gagné vraiment en épaisseur. Cependant l’autrice nous plonge dans des enquêtes passionnantes, dans l’univers des services sociaux d’Islande et le monde de la drogue.

Très vite on s’attache à Rosa et Tristan, deux ados placés en foyers où un éducateur aurait abusé d’eux. Une nouvelle occasion pour le policier Huldar de se rapprocher de Freyja, la jeune femme des services sociaux.

C’est l’été en Islande, un été pourri. Tous les policiers sont partis en vacances bronzer plus au sud. Avec quatre enquêtes différentes, des sous effectifs en pagaille, Huldar ne va pas chômer. Quel peut-être le lien entre une poupée hideuse, un SDF égorgé, deux ados placés et des squelettes perdus en mer ? 

L’intrigue m’a passionné, alors que d’ordinaire je m’intéresse plus aux personnages et aux ambiances. Dommage que l’avant dernier chapitre, celui qui recolle quelques parties du puzzle, soit un peu bâclé. Ça aurait donné un fabuleux polar.

La mer de la tranquillité

Image

Comment un roman peut-il mêler autant de thèmes avec élégance ? La mer de la tranquillité raconte le destin de plusieurs personnages à des époques assez éloignées les unes des autres, du passé au futur, des personnages très différents qui ne possèdent qu’un seul point commun, un grand saule au milieu d’une forêt.

Le roman parle d’une pandémie, du voyage dans le temps et de notre existence qui ne serait qu’une vaste simulation informatique. 

Oui tout ça dans un seul livre. Mais la mer de la tranquillité parle avant tout de l’humanité, de ces personnages attachants que le lecteur découvre au fil des chapitres et qui, progressivement, convergent vers la même histoire.

Le livre d’Emily St. John Mandel n’est pas à proprement un roman de science-fiction mais plutôt une réflection sur le sens à donner à sa vie en usant des ficelles de la fiction pour faire passer son message. Et ça marche. 

Ravage

Image

Un ravage, ce sont ces traces que laisse un troupeau de cervidés dans la neige lorsqu’ils se regroupent en horde. C’est également un endroit parfait pour dissimuler son passage lorsque l’on est poursuivi par des hommes.

Ravage est le roman d’une traque, celle d’un trappeur dans le grand nord canadien entre le 23 décembre 1931 et le 17 février 1932. Une traque démesurée à chiens de traineaux par moins quarante degrés dans le blizzard pour retrouver un seul homme, un certain Jones, d’abord accusé de trapper sans autorisation. C’est également une histoire vraie.

Une trentaine d’hommes, une quinzaine de traîneaux, un avion, dix kilos de dynamite, des blessés, des morts et vingt-six jours dans le froid glacial du Canada à la poursuite d’un inconnu qui déjoue tous les moyens mis en oeuvre pour le retrouver.

J’avais entendu parler de Ian Manook pour son roman A l’Islande que je n’ai toujours pas lu, Ravage était l’occasion de découvrir l’auteur.

Moi qui aime les paysages glacés, la neige, la solitude, le silence, j’ai été servi pendant 342 pages. Mais Ravage est d’abord un roman sur les hommes qui s’affrontent, Walker le gendarme, Wright le pilote, Jones le trappeur. Des rapports humains complexes et brutaux dans cette nature hostile.

Ravage possède de magnifiques temps fort et quelques passages où on aimerait bien que cette chasse à l’homme s’abrège. Les personnages en sortiront tous changés par cette traque impitoyable.

A lire si vous aimez les grands espaces, la neige et les hommes.

La tragédie de l’orque

Image

Le livre de Pierre Raufast n’est pas un remake de Sauvez Willy mais le premier tome de la Trilogie baryonique. Un récit de science-fiction mettant en scène des mineurs de matière noire qui créent des trous noir pour traverser les replis de l’espace-temps.

Et évidemment, comme l’indique le titre, la mission, après quarante années de routine sans un seul pépin, vire au cauchemar, sinon il n’y aurait pas de roman.

Les orques, ces petits vaisseaux sphériques conçus pour résister au pressions et rayonnements lors du passage dans la singularité.

Leur mission explorer l’univers, le cartographier, chercher la vie et trouver de l’antimatière afin de miniaturiser les ordinateurs quantiques qu’abritent les IA qui assistent les humains dans leur quotidien.

Les orques abritent un équipage composé de deux mineurs, qui pendant des mois, vont cohabiter, totalement isolés de la Terre, une fois de l’autre côté du trou de ver. 

C’est cette cohabitation et l’isolement qui occupent le meilleur du roman. Di l’idée des mineurs d’antimatière est bien trouvée, le huis clos des explorateurs, le manque d’information entre la Terre et le vaisseau ainsi que les tensions dans les équipages, constituent la partie la plus interrogée du roman.

Le livre aborde également le débat de la dépendance des humains aux intelligences artificielles, la manière dont les proches vivent les longues absences des mineurs d’antimatière et les tractations politiques entre les différentes agences qui gère l’exploration et l’exploitation des orques.

Le roman de Pierre Raufast se lit bien, proposant quelques idées assez originales et un rythme agréable, entre réflexion et suspense. Toutefois je ne suis pas certain d’aller plus loin dans cette trilogie pour autant. Le livre manque sans doute un peu de profondeur pour me captiver totalement.

Le Nouveau

Image

Un polar écrit par un auteur japonais représentait pour moi une expérience littéraire très exotique. C’est ce qui m’a principalement décidé à me plonger dans Le Nouveau de Keigo Higashino outre le fait qu’il soit édité dans la collection Babel noir que j’apprécie beaucoup.

Une dame seule, est assassinée à son domicile et le policier Kaga Kyõichirõ, nouvellement muté dans le vieux Tokyo est chargé d’aider la préfecture sur cette enquête.

Une enquête qui commence comme une succession de nouvelles, des chapitres où le lecteur pénètre dans des commerces du quartier de Ningyõchõ, découvre les vendeurs (souvent de jeunes apprentis) et dénoue le fil des événements à la manière d’un roman d’Agatha Christie.

Une manière pour le moins originale de raconter l’histoire, de présenter le policier, la victime et sa famille, une immersion dans la vie d’un quartier du vieux Tokyo avec ses traditions, ses commerces, ses rues, son artisanat et ses spécialités culinaires. Un pur dépaysement où l’enquête devient secondaire, cédant la place à de multiples petites intrigues du quotidien de ce quartier nippon.

Comme dans les vieux polars, chaque personnage est soupçonné avant d’être innocenté par la révélation d’un secret ou d’un détail. Un enfant que chacun des parents voient en secret, une belle mère et sa bru qui s’apprécient sans oser se l’avouer, un père qui a une fille cachée, un apprenti qui fait des courses en secret pour son patron…

Vers le milieu du roman, l’auteur rentre dans le vif de l’enquête, commençant à dérouler la chronologie des événements et les soupçons se resserrent peu à peu autour d’un des personnages de l’histoire.

Qui a tué Mineko, pour quelle raison, où trouve-t-on des gaufres à la pâte de haricots rouge, quel est ce mystérieux chiot, vous le saurez uniquement en lisant cet excellent policier atypique pleins n d’humanité.

Aucune terre n’est promise

Image

Avez-vous déjà visité la Palestina ? Non ? Normal. C’est un territoire où le peuple juif s’est installé en Afrique Centrale avant la monté en puissance du nazisme.

Uchronie, univers parallèles, Aucune terre n’est promise est un roman étrange, décrivant les tensions géopolitiques induites par l’exode du peuple juif, dans le monde que nous connaissons aujourd’hui, où Hitler a provoqué l’holocauste, comme dans des univers parallèles qui ont connu des destins très différents.

Tout commence par le voyage d’un berlinois dans son pays natal, la Palestina. Un retour au pays pour voir son père, le général Tirosh, qui est mourant. Mais à peine le pied posé sur le tarmac, les choses dérapent et le roman bascule dans un thriller d’espionnage avant de virer au fantastique.

Un vieil ami meurt empoisonné après avoir supplié Tirosh de retrouver sa nièce Déborah qui a mystérieusement disparu. Entre souvenirs de son enfance en Palestina, arrestations, rencontres littéraires, enquêtes et sauts dans des réalités parallèles, le roman nous égare peu à peu dans l’univers de l’auteur.

Il y a du Philip K. Dick dans l’écriture de Lavie Tidhar et ce n’est pas forcément un compliment de ma part. Les histoires qui partent totalement en vrille dans d’autres réalités non explicitement nommées ont tendance à perdre le lecteur et rendre le roman très confus. Pour couronner le tout, l’auteur y mêle probablement ses propres traumas, comme la perte d’un enfant, un divorce, les conflits avec son père, complexifiant une intrigue déjà très chargée.

Cerise sur le gâteau, le roman fait référence à lui même. L’auteur parle d’un obscur écrivain de SF, Lior Tirosh, qui aurait écrit un livre intitulé Aucune terre n’est promise.

Dire que j’ai apprécié le roman serait exagéré. Il a eu au moins le mérite de m’intriguer.

L’Enfant de Poussière

Image

Voici un pavé de huit cent pages qui est tombé entre mes mains un jour où je n’avais plus rien à lire. Un roman de fantasy écrit par Patrick K. Dewdney qui n’est que le premier du Cycle de Styffe qui en comporte trois.

Styffe est un orphelin de sept ans vivant dans une ferme avec trois autres enfants en bordure de la ville fortifiée de Corne-Brune. Comme ces congénères, il est livré à lui-même toute la journée, errant de la Cuvette à la ville, mangeant une soupe maigre le soir et dormant dans une grange la nuit. Pendant huit cent pages, ce sont ses aventures que vous allez lire, jusqu’à ses treize ans.

Le roman se compose de trois parties principales :

La première se passe à Corne-Brume et c’est celle que j’ai préféré. Elle me rappelle beaucoup le roman Le Sang de la Cité. L’enfant évolue dans une ville avec ses intrigues, découvre le monde et grandit.

J’ai failli abandonner le livre au cours de la seconde partie. Styffe part avec un redoutable guerrier qui l’initie à l’art du combat. Cette partie est longue et relativement ennuyeuse au final, même si elle nécessaire pour aborder la troisième, la guerre.

L’auteur n’est pas avare en descriptions et si ses explications géo politiques me sont clairement passées au dessus de la tête, l’univers décrit est cohérent. Un monde médiéval où pointe de la sorcellerie, mais comme dans Capitale du Sud, celle-ci est juste évoquée à demi mot.

J’ai été au bout de ce premier tome, non sans mal, la question est de savoir si je vais me lancer dans la suite. Ce qui est certain, c’est que ce ne sera pas tout de suite. Une pause s’impose.