Lettre ouverte à l’Helvétie

Image

Je lis régulièrement un vieux blogueur suisse gaucho roliste, pro LGBT, enfin vous voyez le genre.

Il parle de metal, de prog et autres musiques de dégénérés quand il ne refait pas le monde ou vente des séries qu’il regarde vautré dans son fauteuil en buvant des bières à la raclette.

 Et il n’est même pas célibataire même si lui au moins a eu le bon goût de ne pas se reproduire.

J’avoue que je lui ressemble un peu en plus chevelu quand même et moins éclectique dans mes choix.

Alors quand il a parlé d’une série genre Star Truk à l’humour potache, j’ai voulu la voir. 

Il aura fallu deux années pour qu’elle soit enfin diffusée en streaming sur Disney et je commence à comprendre pourquoi.

Tapez « parodie Star Trek » dans votre moteur de  recherche préféré et vous tomberez avec un peu de malchance sur The Orville.

Je cite la presse au sujet de cette série : « Dans l’espace, personne ne vous entendra bâiller ».

Ma femme a décroché au premier épisode, mon fils s’est foutu de ma poire lorsqu’il a réalisé le genre de truc que je visionnais et moi j’ai continué à regarder. 

Hem ! Serait-ce à cause de l’ex épouse du commandant qui est également son second ? 

Les cinématiques spatiales sont dignes d’une synthèse d’image générée par un ZX 81 hors d’age, les acteurs semblent dirigés par Ed Wood et le scénariste hésite entre épisodes à morale et grosse farce pipi caca.

Parodie de Star Trek ? Ben oui un peu, du moins au début. Le vaisseau, les aliens, les personnages, les aventures, les costumes, l’équipage, la navette, la propulsion, les transmetteurs, on retrouve tout cela en vrac dans The Orville. 

Star Trek s’auto-parodie tout seul d’une certaine manière, du coup The Orville est obligé de grossir le trait jusqu’à devenir une caricature de la caricature pour parvenir à ses fins tout en essayant de proposer du contenu à ses épisodes. The Orville est une série de science-fiction à la fois potache et moralisatrice, un délicat équilibre que son réalisateur et acteur principal peine à trouver.

Maintenant la question que vous devez vous poser est la suivante : mais que diable allait-il faire dans cette galère ? Heu… j’ai honte… cette série est assez crétine et je continue à la regarder, à raison de trois épisodes les soirs où mon épouse retrouve son amant extraterrestre bleu qui suinte du visage. Je n’ai aucune excuse en fait à part le fait d’être trop accaparé par mon travail. Alors dès que je peux, je pose mon cerveau au vestiaire pour jouer au Lego, écouter un peu de prog facile et visionner une série débile. 

Le cuisinier

Image

Ce roman de Martin Suter parle de guerre, de cuisine, d’immigration, de Suisse, de sexe, du Sri Lanka, de trafic d’armes et d’un meurtre. 

Je l’ai trouvé dans notre bibliothèque, abandonné, alors que je cherchais désespérément un livre à lire. Manifestement je ne l’avais pas lu, et ma femme non plus, un livre acheté et injustement oublié sur son étagère depuis trop longtemps, alors je l’ai ouvert.

Ses pages parlent d’un cuisinier tamoul employé comme commis dans un grand restaurant, forcé pour aider les siens restés au pays, de préparer des menus aphrodisiaques à des client fortunés. 

Les mots de Suter racontent une cuisine moléculaire haute en saveurs, une serveuse lesbienne, sa compagne éthiopienne escort girl et une jeune femme tamoul révoltée contre sa famille et les traditions. 

Des phrases qui parlent de l’amour de deux femmes, de l’amour de la cuisine, d’un jeune neveu tamoul, de la crise des subprimes et d’une guerre dont personne ne veut parler.

Martin Suter nous raconte l’histoire de ce cuisinier réfugié en Suisse et nous entraîne dans son récit captivant rempli de saveurs exotiques, de curry, de desserts aphrodisiaques, d’épices et de sang, relatant le conflit sri-lankais avec en toile de fond une crise économique mondiale. 

Le lecteur se demandera, presque jusqu’à la fin, où ses mots veulent nous guider et arrivé à la dernière page, il ne pourra que saluer le roman.

Le cuisinier n’est ni un polar, ni un thriller, ni un roman d’amour ou une leçon d’économie, c’est une tranche de vie, un roman social et un livre fabuleux.