96 heures chrono

Image

La vie d’un chroniqueur de rock progressif ressemble souvent à celle de Jack Bauer. Neal Morse parlait de son agenda surchargé, moi c’est presque la même chose, si on oublie le fait que je ne vis pas de cette activité, bien au contraire.

Ordinairement, je consacre une vingtaine d’heures par semaine au magazine. Vingt heures devant l’ordinateur sans parler du temps d’écoute de la musique. 

Mais le weekend dernier était particulier. Même en posant deux journées de congés, je me suis retrouvé totalement débordé.

Vendredi matin, 7h00, me voilà devant le PC à publier chronique et actualité sur le site puis Facebook, Twitter et Google+. Après ces activités récréatives, je prépare les publications pour la semaine suivante, afin que tout soit prêt pour lundi. Vers 13h00, je prends la route pour me rendre au Studio Wan, écouter Out5ide enregistrer son nouvel album. De retour à la maison vers 20h00, je jette une oreille sur les dernières promotions avant de me coucher.

Samedi, aux aurores, je développe les photographies prises la veille et prépare mon texte pour l’article à publier mardi. Après une courte promenade, je me lance dans une nouvelle écoute du dernier Esben and the Witch pour le chroniquer, je me couche pour lire quelques pages de La Longue Route avant de sombrer dans les bras de ma femme.

Dimanche, à 04h00 du mat, une violente migraine me rappelle que je ne suis pas un surhomme et que mon métabolisme ne tient pas la route. En parlant de route, ce soir, je dois faire 400 km pour aller écouter un concert. Concert dit révisions. Je réécoute le dernier album de Soup, Seven de The Watch, je mets un point final au brouillon de la chronique de Nowhere, fait quelques pas au soleil avec mon épouse et part pour la Lorraine avec, par chance un chauffeur, même s’il peste contre les gilets jaunes.

Nous revenons vers 01h00 le lundi, fourbus et pas forcément emballés. A peine cinq heures plus tard réveil, café, publication de la chronique et des news du jour, recherche d’un bug dans la newsletter (non résolu à ce jour), puis commence le tri des cent quarante photographies de la soirée chez Paulette. Développement de Soup, repas sur le pouce, développement de The Watch, écriture du live report et là soudain, horreur, je me rends compte que la nuit est déjà tombée. Il me reste juste assez de temps pour mettre au propre la chronique d’Esben and the Witch pour relecture dans le cloud et il est temps pour moi de me coucher. Demain commence l’activité rémunératrice qui me permettra, le weekend prochain, de continuer à gérer le webzine et à nourrir la famille.

C’est ça “la chance d’être un chroniqueur”.

Photo mattons – technique – 3

Image

La photographie peut sembler au premier abord, un sport compliqué, et comme tous les sports, pour devenir, bon il faut s’entraîner et maîtriser les techniques comme l’équipement. 

Vous me direz, avec un smartphone, on peut faire de bonne photographies. Oui et non, c’est souvent beaucoup de chance à moins de bien connaître son téléphone, car il décide quasiment de tous les réglages à votre place.

Car sur un appareil photo, il y a plein de réglages possibles, et quand je dis plein, c’est vraiment plein.

Nikon D810

Il y a la vitesse d’obturation, l’ouverture du diaphragme, la sensibilité de la pellicule, la mise au point, la focale, la balance des blancs, la correction d’exposition, le calcul de la luminosité… Bref c’est l’enfer ! Par chance il existe des modes semi-automatiques pour simplifier l’existence, mais je n’en parlerai pas, car mon but est de vous pourrir la vie (non je rigole, j’en parle plus tard). Je ne photographie qu’en mode manuel, le mode M. Pour quelle raison ? Pour tout maîtriser ou presque et pire encore, je photographie en RAW pour ne laisser que très peu de marge de manœuvre à mon boitier. Des fois je débraye même l’autofocus, c’est à dire la mise au point automatique pour passer en manuel histoire de contrer ses choix douteux. Bref je suis un gros malade.

Les trois réglages de base sont la vitesse d’obturation, l’ouverture du diaphragme et la sensibilité de la pellicule.

La vitesse d’obturation est un des paramètre les plus intuitif, c’est le temps pendant lequel, l’image va recevoir la lumière. Le rideau s’ouvre clic, comptez quelques centièmes de seconde, puis se referme, clac. Le fameux “clic clac”. En fait le bruit vient soit d’un haut parleur (smartphone, compact, bridge), soit du miroir qui se lève et redescend (reflex). Plus de temps sera bref, moins vous recevrez de lumière et plus vous saisirez un instantané. Pour saisir un sujet en mouvement il faut un temps de pose très court 1/400 de seconde par exemple, sinon le sujet sera bougé sur l’image. Alors idéalement on ne ferait que des photographies au 1/800, histoire de ne pas avoir de loupé, sauf que, il n’y a un tout petit problème : plus de temps d’exposition est court, moins il y a de lumière qui imprègne la pellicule ou le capteur de l’appareil, les images risquent d’être trop sombres. Il va donc falloir s’adapter et jouer sur deux autres paramètres essentiels, l’ouverture et la sensibilité.

1/3 de seconde – bougé sur la voiture
1/50 de seconde – la voiture est plus nette

L’ouverture du diaphragme, c’est le petit trou de serrure par lequel rentre la lumière dans l’objectif. Plus le trou est grand f  1.4, plus la lumière rentre en abondance, plus le trou est petit, f 11, moins… bon vous avez compris. Mais l’ouverture ce n’est pas qu’une histoire de lumière, sinon on réglerait son appareil sur 1/800 et f 1.4 et le tour serait joué. L’ouverture détermine également la profondeur de champ (de quoi qu’il me cause le gars là ?).

La profondeur de champ, c’est, pour simplifier, la netteté des sujets sur la photo, ceux qui sont près et ceux qui sont loin de vous. Plus vous avez de profondeur de champ, plus l’image va être nette du premier plan jusque l’arrière plan (on ne parle pas de mise au point). Et la profondeur de champ et dictée principalement par l’ouverture. Ben oui… A f 11, c’est à dire un tout petit trou qui laisse passer très peu de lumière, vous avez une belle profondeur de champ, à savoir que le premier plan et l’arrière plan sont bien nets. A f 1.4, c’est à dire un gros gros trou, un seul plan sera franchement net, celui sur lequel vous avez fait la mise au point, tout le reste risque d’être flou, surtout si votre sujet est proche de vous.

f 11 – toute la pièce est nette
f 1.8 – seul le premier plan est net

Selon vos choix artistiques, vous pourrez vouloir un temps de pause long (sujets bougés et flous), une grande ouverture c’est à dire un petit nombre (f 1.8 par exemple) pour portrait sans arrière plan net ou tout l’inverse. Mais le réglage de la vitesse d’obturation et l’ouverture du diaphragme vont vous obliger à régler la sensibilité de votre capteur, ceci afin que l’image ne soit ni trop sombre, ni trop claire.

En numérique c’est assez simple, puisque vous pouvez changer la sensibilité du capteur d’un seul bouton. En argentique, il faudra changer de pellicule, c’est à dire rembobiner le film, ouvrir le boitier, déballer une nouvelle pellicule, la mettre en place, armer le système,  et généralement, vu le prix du film argentique, on termine la pellicule avant de passer à la suivante… La sensibilité se note en ISO, de 64 à 256000 voir plus. 64 c’est une pellicule peu sensible à la lumière, idéale pour le plein soleil d’été, 400 pour un temps gris pluvieux, les faibles lumières, 4000 pour lieux très sombres (ici j’use d’un abus de langage, la sensibilité d’une pellicule se note en ASA en réalité et le capteur d’un appareil numérique n’a pas plusieurs sensibilités, c’est le signal du capteur que l’on amplifie en vérité, mais on s’en moque pour l’instant.

Vous me direz une fois de plus, dans ce cas je règle mon appareil à 1/800, f 11 et 4000 ISO, problème réglé. Oui mais non. Car votre capteur a toujours la même sensibilité (je me répète là), l’image est juste plus ou moins amplifiée en fonction de votre réglage en ISO. Et amplification dit bruit (non pas un “bang” mais du bruit électronique, bref un signal parasite), et plus vous amplifiez, plus vous augmentez ce signal parasite qui donnera un aspect granuleux à l’image (un peu comme le grain des bonnes vieilles photos argentiques). Bref pour faire une belle image, mieux vaut rester dans des ISO bas, surtout si vous avez l’intention de faire un tirage papier de 1 mètre de diagonale.

Regardez les trois photographies qui suivent, elles sont quasi identiques à vos yeux non ?

1/100, f 1.8, ISO 2200

La première est prise avec une vitesse assez rapide, 1/100 de seconde et une grande ouverture f 1.8, beaucoup de lumière mais une exposition courte, je suis obligé de monter à 2200 ISO pour avoir assez de lumière.

1/10 s, f 1.8, 250 ISO

Pour la seconde, j’ai utilisé un temps d’exposition dix fois plus long avec la même ouverture. Du coup j’ai besoin d’amplifier nettement moins mon capteur, juste 250 ISO mais je risque le bouger, par chance j’ai un pied photo.

1/10 s, f 5.6, 2200 ISO

Pour la troisième, je suis resté à la même vitesse mais j’ai ouvert le diaphragme à f 5.6, du coup le capteur reçoit moins de lumière et je dois de nouveau amplifier plus l’image, avec 2200 ISO, notez au passage que le sommet de mon photophore est plus net, comme la poussière dessus…

Laquelle des trois est la meilleure ? Tout dépend de ce que vous vouliez en faire. Mais moins vous montez dans les ISO, mieux c’est.

Je résume pour saisir un sujet mobile en conservant un fond net et sans avoir une image bruitée, il faut que j’utilise un temps de pause bref, une petite ouverture et une sensibilité faible… ça va être compliqué, ne nous mentons pas, l’image risque d’être très sombre, car peu de lumières (pause courte), peu de lumière (petit trou) et image peu amplifiée (ISO bas), ça signifie peu de lumière peu amplifiée, le noir quoi ! Alors il va falloir faire des compromis, baisser la vitesse, ouvrir un peu plus le diaphragme, amplifier un peu plus l’image, tout est une question de choix.

Alors bien entendu vous pouvez vous simplifier la vie et utiliser le mode Auto qui choisit tout, dans ce cas n’achetez pas un boitier reflex haut de gamme ou le dernier hybride de chez Nikon. Un compact fera l’affaire, ou même votre smartphone. C’est peu encombrant et ça fait de belles photos, non maîtrisées certes, mais cela suffit à 95% de la population mondiale.

Entre le mode manuel et automatique, existent d’autres modes moins contraignants. Le mode priorité vitesse, où vous choisissiez la vitesse et la sensibilité du capteur et l’appareil règle l’ouverture. Idéal pour des sujets en mouvement. Le mode priorité ouverture, où vous réglez l’ouverture et la sensibilité et le boitier fait le reste. Vous pouvez même laisser le boitier choisir la sensibilité, ISO Auto et là vous n’agissez plus que sur un seul paramètre. Cela permet de photographier vite, mais vous aurez sans doutes quelques surprises à l’affichage, image floue, bruitée, sans profondeur de champ…

Promenons-nous dans les bois

Image

Le soleil brûlant incitait le flâneur à se perdre sous l’épaisse frondaison. Les odeurs des arbres m’invitaient à la promenade. Une journée idéale. Seul dans les bois, au calme, au frais.

“Ne t’aventure pas en forêt” m’avait-on répété. “Ne sors pas sans un fusil”. “Tu pourrais faire de mauvaises rencontres dans les sous-bois”. J’étais pourtant bien armé avec mon 500 mm, qu’avais-je donc à craindre ?

Les mises en garde surgissaient à chaque croisée de chemin. Impossible d’y échapper. Gare au loup !

Il n’y a plus de loup dans nos forêts depuis bien longtemps, ils tous ont été exterminés. Pour qui, pourquoi ? Pour la prime promise par Napoléon.

Parc animalier de Sainte Croix

Plus de loup ? Pourtant au détour d’un chemin, est-ce un chien que je découvre allongé derrière un tronc, un grand chien gris ?

“Donne-lui à boire, s’il lape, c’est un chien, sinon coure !”. Ben tiens… Je n’ai pas de gamelle pour le faire boire et ma bouteille est presque vide. Et puis voila quoi… Mieux vaut sortir mon 500.

Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas…

Le loup ? Justement il n’est pas seul ce chien gris, il est venu avec des copains. Plutôt méfiants d’ailleurs, ils n’approchent pas. Ils sont beaux ces chiens, ils sont nombreux aussi, très nombreux, au moins dix.

Parc animalier de Sainte Croix

Ça me rappelle une histoire tout ça, surtout ne pas faire la bise à la grand-mère. Étrange, ils m’observent, prudents, des chiens n’agiraient pas ainsi. Des loups ? J’ai la chair de poule soudain, et s’ils mangeaient les hommes ?

Alpha, béta… oméga, étrange manège que voilà, madame et monsieur Ysengrin mènent la danse, la meute suit au pas de deux.

Plus de loup en France ? Ils sont revenus par les Alpes. On en recense quatre-cent-trente aujourd’hui dont un dans les Vosges.

Ils m’observent, moi aussi, clic clac. Je transpire un peu, la chaleur sans doute. A chaque fois qu’un d’entre eux ébauche un mouvement, mon cœur bat la chamade, qu’ils sont beaux ! Pourquoi les a t’on abattu exactement ? Pour la prime c’est vrai.

Parc animalier de Sainte Croix

Dans les contes de notre enfance, les loups dévoraient les enfants, descendaient dans les villages avec les premières neiges, hurlant à vous glacer le sang, dévorant les troupeaux.

J’aimerais bien tomber nez à nez avec un vieux loup solitaire, dans la forêt. L’observer quelques secondes avant qu’il ne disparaisse dans les buissons.

Mes loups sont en captivité, dans un immense enclos dans la forêt, presque libres s’il n’y avait les visiteurs et les poulets que les soigneurs leur donnent, ils ne savent plus chasser, ils faudrait leur réapprendre.

Parc animalier de Sainte Croix

Loups, ours, lynx, après les avoir exterminés, nous tentons de les réintroduire dans nos montagnes. Les éleveurs s’insurgent, les écologistes se battent, les bobos applaudissent (ils habitent en ville aussi) , les politiques ménagent la chèvre, le choux et le loup.  Pour traverser la rivière, une seule barque. Comment procéder pour que loup ne dévore pas la chèvre et pour que la chèvre ne grignote pas le choux ? Impossible ! Le loup est devenu végan…

Promenons-nous dans les bois
Pendant que le loup n’y est pas

Si le loup y était
Il nous mangerait

Mais comme il n’y est pas
Il nous mangera pas

Loup y es-tu ? Entends-tu ? Que fais-tu ?

Le loup :
– Je mets ma culotte

Promenons-nous dans les bois
Pendant que le loup n’y est pas

Si le loup y était
Il nous mangerait

Mais comme il n’y est pas
Il nous mangera pas

Loup y es-tu ? Entends-tu ? Que fais-tu ?

Le loup :
– Je mets mes chaussettes

Promenons-nous dans les bois
Pendant que le loup n’y est pas

Si le loup y était
Il nous mangerait

Mais comme il n’y est pas
Il nous mangera pas

Loup y es-tu ? Entends-tu ? Que fais-tu ?

Le loup :
– Je mets ma chemise

Promenons-nous dans les bois
Pendant que le loup n’y est pas

Si le loup y était
Il nous mangerait

Mais comme il n’y est pas
Il nous mangera pas

Loup y es-tu ? Entends-tu ? Que fais-tu ?

Le loup :
– C’est bon j’arrive j’arrive

Promenade photographique au parc de Sainte Croix

Complainte du photographe

Image

Moi dame, m’essieux sioux plais, j’ai point d’indice gelé depoui set en, jaie deux peu tit z’enfants, une fame  ki coûte chère à mourrir, j’y travail beau cou heures par jour et pour presque ri un, j’y mange pas à ma fin, ja bite une vieille mêson toute pourrite qui même le cha ve pas rester deux dents. Mais p’tits enfants non pas travail et veules de venir un potants, sa coute beau cou et li goût vers ne ment ni va pas nous aidé. Pour nous rire ma femmille je vent des fotaux de vous siou plais, joli fotaux, met pour joli faux gro à pareil. Si vous nous riz c’est moi, poux raie, mois éco miser pour hash eté Nikon D5. Siou plais !

Les ratées

Image

La photo de concert est sport de combat, mélange de tir de précision, de musculation et de rugby. Il faut se frayer un chemin dans la foule remuante muni d’un matériel lourd et fragile et se placer judicieusement pour capturer l’instant sans se faire piétiner, en tenant trois kilos à bout de bras sans trembler. En plus, il faut essayer de cadrer, de sélectionner la vitesse, l’ouverture, la sensibilité, mémoriser l’éclairage, choisir son point de focus et tout ça dans la seconde où le guitariste se décide enfin à venir faire un solo devant votre objectif. L’enfer !

A mes débuts, le doigt sur la rafale, je remplissais une carte SD 32 Go en un concert, 1500 clichés pour 30 retenus au final, un gros gâchis de pixels. Avec le temps, le ratio de déchet à baissé et aujourd’hui je suis plus près du 1/5eme que du 1/50eme. Mais 250 photos pour 50 retenues, cela veut dire 200 mauvaises, redondantes ou franchement inintéressantes. Une fois un premier tri effectué, restent encore une centaine d’images qu’il va falloir sélectionner, regarder de près, noter, puis, pour les meilleures, développer.

Si les premiers mois je shootais en jpeg, je suis rapidement passé au RAW et aux logiciels infernaux qui exigent de vous des heures devant l’écran de l’ordinateur. Les choix se font en fonction du cadrage, de la lumière, des bougés, des mises au point douteuses, et également de l’expression des visages. Dans la mesure du possible, j’essaye de donner une image flatteuse des artistes que je photographie, surtout lorsqu’il s’agit de gros plans. Quand on joue et que la concentration est indispensable, des petites langues, des tocs, des tics, des mimiques ne rendent pas toujours honneur à la personne et sa musique.

Généralement, les premières parties font les frais des mauvaises photos, la faute à l’éclairage, au photographe qui n’a pas encore trouvé ses marques et aux apprentis rockeurs en mode panique.

Voici une petite sélection de ces photgraphies qui n’illustreront pas le webzine ou le Flickr, rien de bien catastrophique parfois, mais des images que je considère comme non publiables (d’avance pardon aux artistes).

Le Max Portnoy qui se déchaîne sur sa batterie, iso trop élévés, lumière merdique, expression affreuse et bougé, faut dire que le gars joue très vite, irrécupérable et pourtant je l’ai publié à l’époque. (Next To None)

Claviériste éclairé par derrière, une expression étrange sur le visage, iso trop élevés, que faire ? (Haken)

Mary Reynaud mal cadrée. L’idée était de prendre public et artiste, le résultat n’est pas convainquant mais il faut bien essayer. (Franck Carducci Band)

Le look du gars au premier plan me plaisait bien avec son galurin, l’idée était là, photographier le public qui assiste à Rock au Château. Mais bon, bof quoi. (Light Damage)

Dominique Leoneti (Lazuli) qui passe chez le dentiste (pardon Domi).

Un Pete Trewavas dans le rôle d’un Bilbo Saquet pas franchement à son avantage, dommage c’était la seule photographie nette de lui. (Marillion)

Elle pleure ou elle rit ? Envie de faire pipi ?  (Verity White)

Flou, bougé, lumières épouvantables, une personne devant à gauche, on jette. (Pendragon)

Elle est bonne la pizza ? (Family Affair)

Les fumigènes c’est sympa, mais quand il y en a à trop… (Trick Of The Tail).

Image brûlée, petite langounette, on jette (Foggy Stuff).

Quelqu’un peu allumer, je ne vois plus mes cordes ? Sous exposition irrécupérable. (Foggy Stuff)