Dix jours

Image

Dix jours sans ouvrir Facebook, sans consulter Twitter, sans ouvrir Google+. Dix jours sans publier d’articles de blog, sans répondre à Messenger, sans gérer le webzine.

Dix jours durant lesquels, le matin au réveil, après un café, j’ouvrais un livre, écoutais un vieil album, lisais une BD, flânais dans le jardin. Dix jours presque déconnecté, pas totalement toutefois car je consultais les mails sans y répondre au cas où une guerre nucléaire aurait éclaté pendant la nuit, histoire de me tenir informé. Il n’y en a pas eu, heureusement.

Est-ce ça m’a manqué ? Le premier jour oui. Ne pas tenir mon sex toy en main en permanence, ne pas consulter les notifications, ne pas le laisser connecté tout le temps. L’objet devient vite flasque et inutile sans Internet. Le second jour je l’ai posé dans un coin et oublié.

Incroyable le temps libre qui soudain se libère, cette douce sensation d’ennui qui vous envahit, celle propice à la créativité. Le temps ralentit, la parole se libère, la sérénité vous gagne.

Je me demande parfois si je serai capable d’aller jusqu’au bout de la démarche, fermer les comptes Facebook, Twitter, Google ? Que deviendrait le webzine par exemple sans ces médias sociaux tout-puissants ? J’imagine que le nombre de visiteurs s’effondrerait brutalement, notre retrait déjà partiel de Facebook il y a un an a effectivement baissé la fréquentation. Le bon côté c’est que nous avons gagné en qualité de lecteurs.

Il est effrayant de constater tout le temps que nous gâchons connectés à la toile, regardant des vidéos de petits chatons ou de leur maman sur Youtube. Bien utilisé, Internet offre une source inépuisable d’informations souvent gratuites et pertinentes. Encore faut-il user de l’info-sphère à bon escient et ne pas s’abrutir devant comme sur La Cinq autrefois.

Vais-je un jour me retirer du NET ? J’en suis bien tenté parfois, mais où trouverai-je un exutoire à ma folie contenue à grand peine ? Vous savez ce qui m’a manqué le plus ? Publier ces articles sans intérêt et lire vos réactions.

Unplugged

Image

Je ne vais pas vous parler du nouveau live acoustique d’un groupe de rock progressif ce matin. Je vous informe juste que je débranche le net à la maison, et ce pour une dizaine de jours, histoire de tester mon addiction à ce foutu média et m’obliger à reposer mon cerveau pendant quelques temps.

A très bientôt, à moins que je n’y prenne goût.

 

C’est tendu du slip dans le jardin

Image

Mes deux gars viennent de décrocher le bac (les deux en même temps ?) et sont inscrits pour de longues études (oui l’un a un an de retard), l’un d’architecture et l’autre de vétérinaire (l’autre a un an d’avance). Des études assurément complémentaire (ils sont rapprochés certes), car il y a une petite chatte tricolore (16 mois) qui traîne dans notre jardin (mais on est pas des lapins non plus).

Quel rapport ?

Nous avons déjà une chatoune tricolore (vous vous en foutez ?). Vous savez les tricots ce sont des vêtements faits mains (mais vous n’avez pas de cœur !), blanc, marron et noir (trois couleurs quoi), avec des griffes, une queue, des petites dents et un caractère de cochon (des chats). Ça grogne, ça crache et ça ronronne en même temps avec une notion très aiguë de ce que l’on appelle le territoire (sale bête).

Evidemment la vieille tricoteuse (non ma femme ne fait pas de tricot !) ne peut pas blairer la jeune, d’ailleurs à part moi, ma femme, mon droit de véto (oui c’est nul) et mon archiduchesse (trop long à expliquer), elle ne peut blairer personne, sauf à l’heure du repas (promis j’arrête les parenthèses). Alors la jeunette qui lui pique ses croquettes, n’en parlons pas.

Si parlons-en justement (j’ai tenu une phrase quand même, bel effort). Vu comment son bidon grossit à celle-là (et le tient bouffon dirait mon fils), elle ne devrait plus être seule très longtemps la coquine (sale gosse). Nous luttons au quotidien pour empêcher la maligne d’entrer dans notre maison (enfin lutter, je lui donne du lait, des croquettes, je l’appelle pupuce, je la grattouille). Il faut fermer portes et fenêtres malgré la chaleur, sinon la petite frimousse moustachue se pointe (comment ça pupuce c’est nul ?) et ça me fend le cœur de la mettre dehors (nous avons eu un conseil de famille pour son nom, tout y est passé, et elle répond à pupuce alors c’est adopté). Mais sinon c’est la guerre, crache, pisse, grogne, doublement de volume, miaulement rauque, tout y passe (allez, j’arrête là).

Pour gérer la crise, il nous faudra bien un architecte afin de construire une maison à toutes ces petites bestioles (notre douce tricolore ne cédant pas un cm² de territoire à sa nouvelle voisine, bref c’est tendu du slip dans le jardin) et un vétérinaire pour soigner toute la smala (car ça castagne déjà sauvage dans le jardin).

Alors, ça a marché ?Je vous ai ému ? (merde, j’ai recommencé, allez stop ! fini ! finish ! basta !)

Le but de ce post vous a-t-il échappé ? Je voulais parler de mes enfants bientôt surdi-plômés (trop fier je suis). Mais tout le monde s’en fou à raison (et c’est reparti comme en quarante). Alors j’ai introduit un élément (n’y pensez même pas) qui fait fondre (c’est dégueulasse) tout le monde sur Internet (en plus), la vidéo de chatons. J’ai compté (conté, comté ?) les aventures navrantes de notre chatte tricolore, ému les âmes sensibles avec l’infâme parasite en cloque qui vole sa nourriture à notre petite chérie (comment ça je vous choque ?), rendu les coûteuses études de nos avortons utiles à la communauté (oui parce que architecte et vétérinaire, bon quoi, c’est juste des gens qui nous pique du fric) et rendu ce blog sympathique par le fait (enfin j’espère).

Maintenant je compte sur vous pour soit :

  • Payer les croquettes et le sable à chat nécessaires pour subvenir à la future progéniture pendant un an
  • Adopter un chaton ou deux
  • Noyer un chaton ou deux
  • Noyer un ado ou deux
  • Adopter un ado, voire deux
  • Payer les études de ces deux branleurs d’ados qui se lèvent tous les jours à 13h00, font la gueule, squattent ma console préférée et la bande passante de ma box, explosent leurs factures Free et ne gèrent absolument pas la rentrée 2018-2019 qui va être compliquée

Alors vous choisissez quoi ? (Cette liste ressemble à un palindrome non ? )

La quadrature du cercle

Image

Vous n’êtes pas sans savoir que je suis un grand utilisateur de réseaux sociaux, de produits Google, de ressources dans les nuages. Grand utilisateur ne signifie pas forcément usager aveugle et j’essaye, dans la mesure du possible, de faire attention à mon utilisation de tous ces outils. Je ne fais pas encore partie de cette petite minorité qui par militantisme travaille avec des solutions alternatives. Car ce qui commence comme une belle idée idéaliste finit souvent en machine commerciale. Souvenez-vous de Google à ses débuts, ce moteur de recherche puissant et génial qui très vite a détrôné Altavista et d’autres. A l’époque, la firme de Mountain View était juste un start-up géniale qui n’aspirait pas toutes nos informations après tout. Les choses ont bien changées depuis.

Comme beaucoup d’entre-vous j’ai une adresse Gmail, un profile Google+ et je travaille beaucoup avec Maps sans parler de leur moteur de recherche. Moins nombreux sont ceux qui utilisent Google Drive, Google Analytics et que sais-je encore. J’ai un Facebook, un Twitter, un Flickr, un blog, un Paypal, un webzine, et des centaines de comptes sur des boutiques en ligne, donc je laisse des traces un peu partout sur Internet, à chaque achat, je reçois des sollicitations diverses, je suis traqué, à chaque post, je nourris des bases de données sur mon profil, mon activité, ma vie. Je me pose parfois des questions, mais pas trop non plus, après tout si nous profitons de produits il faut en payer le prix, du moins dans un système libéral et capitaliste, rien n’est gratuit.

J’ai bien aimé le film The Circle qui traite le sujet d’une grosse firme Internet façon Google, proposant un univers de rêve à ses employés en les faisant bosser comme des esclaves, un univers où l’on partage sa vie sur le réseau, où tout est fait pour que vous restiez au travail, pour que vous n’ayez pas de vie sociale en dehors du cercle, pour que le cercle finisse par être votre vie et grossisse jusqu’à englober le monde entier. Le film est à peine une caricature avec un happy ending terrifiant quand on y réfléchit bien.

Rejeter en bloc l’utilisation de Google, de Facebook et autres n’est pas une solution aujourd’hui. Nous vivons connectés, que l’on le veuille ou non. Les impôts, la scolarité de nos enfants, l’information, les démarches administratives, une partie des achats qui ne se fait plus quasi exclusivement que via internet par la force des choses. Les boutiques, les bureaux disparaissent, remplacés par des sites web, le rond de cuir par des formulaires HTML. Entrer en résistance est très compliqué, surtout lorsque la jeune génération use et abuse de ces systèmes pour communiquer avec vous.

Alors connecté oui, mais conscient. Conscient que ce qui est utilisé, écrit, photographié, filmé, dit, est enregistré pour la postérité, qu’un jour, alors que vous l’aurez oublié, cela pourra resurgir dans votre vie, que vos recherches sont surveillées, que vos achats sont analysés, que des sociétés essayent de vous influencer, manipuler un peu comme la publicité à la télévision dans les années 70.

Bienvenue dans le Cercle.

Un peu de lecture

Image

J’ai pris la décision de lire plus régulièrement nos confrères musicaux, histoire de voir ce qui se chronique ces temps-ci et de découvrir leur perception des albums et concerts que nous avons nous également écoutés.

Bien évidement, je ne lis rien, tant que nous n’avons pas nous même publié quelque chose, sinon ce serait tricher, cela pourrait biaiser mon jugement, encore que.

Jusqu’à présent, je me contentais de passer sur le site de Chromatique que je trouve de bonne très tenue et avec lequel je suis le plus souvent en phase. Je vais plus rarement sur Music Waves qui ratisse large mais qui constitue une excellente base de connaissance musicale comme ProgArchives où je vais très souvent piocher des informations (oui je sais c’est mal).

Mais après être tombé sur des extrais de chroniques et live reports sur le net, des articles avec lesquels j’étais en total déphasage, j’ai voulu comprendre pourquoi nos avis divergeaient autant. Et j’ai été horrifié.

A quoi sert un article dithyrambique ? A lécher les bottes, semer le trouble, faire de la pub ? Parler d’une production exemplaire ou d’un sound check de haut vol alors que ce qui sort des enceintes est une bouillie informe, c’est mentir et ne pas rendre service. Les goûts et les couleurs ne se discutent pas, le domaine est forcément subjectif, mais la qualité sonore, l’enregistrement, la technicité, cela se quantifie, à condition d’avoir des oreilles. Soit celui qui chronique a les oreilles remplie de sable, soit il a passé toute sa vie dans des salles de concert avec un plafond à deux mètres du sol où l’on ne joue que du death metal à 99 dB, soit sa stéréo est bonne à jeter par le fenêtre, soit il est fan de punk.

A quoi sert une chronique musicale ? A se faire des amis dans le groupes de rock, à se faire inviter aux concerts, à recevoir des CDs gratos pour commencer une collection, à coucher avec la roadie tatouée pleine de piercings ?

A priori, une chronique donne un avis sur un album, un concert, un avis qui essaye d’être un temps soit peu objectif sur quelques critères, production, technique, son, subjectif inévitablement sur le feeling ressenti même si certains s’en défendent.

Je dois avouer que la tendance lèche boules très en vogue chez certains me tape furieusement sur le système mais je vais essayer de faire un effort et les lire. Je comprends l’envie de faire plaisir aux artistes, de mettre en avant des événements, mais un peu de lucidité ne fait pas de mal. A quoi sert une chronique si elle dit du bien de tout ? Ce n’est plus une chronique, c’est une publicité gratuite.

Virtuelle

Image

En préambule, je vous mets en garde, ce qui suit est très mal, immoral, dangereux et totalement illégal. Les enfants, surtout ne reproduisez pas ce que vous allez lire. Bizarrement, c’est facile à réaliser.

Inventez-vous un nom et un prénom, un sexe, un age, une profession, une ville de naissance, une ville de résidence, des études, une école.  Inventez-vous une histoire, des goûts, une passion. Cela ressemble beaucoup à la création d’une fiche de personnage dans un jeu de rôle.

Trouvez sur le net quelques photographies d’une personne inconnue, plusieurs pour que ce soit crédible et retravaillez-les un peu, cadrage, traitement des couleurs, etc.

Pour que cela fonctionne vraiment, inventez l’identité d’une jeune fille adulte, agrémentée de photos de bombasse mais pas reine du porn non plus. Utilisez des éléments et des lieux que vous connaissez mais suffisamment éloignés de vous pour qu’il n’y ait pas, plus tard, de rapprochement possible entre vous et cet avatar.

Jusque là rien de grave. Mais vous allez voir, tout se complique ensuite.

Créez, à l’aide de ce nouveau nom et prénom, une adresse mail, chez Gmail, Hotmail ou ailleurs, peu importe, il n’existe aucun contrôle . Créez-vous une page Facebook avec cette identité et ce mail, une page Twitter, un compte Google+, Linkedin, voire même un compte Paypal.

Renseignez toutes sortes d’informations sur votre vie, mettez des photos, paysages de votre ville, portraits de votre double. Pendant quelques jours, faites vivre vos médias sociaux, inscrivez-vous dans des groupes, aimez des pages, faites-vous des amis. Avec une jolie frimousse, des cheveux bouclés et un décolleté affriolant, vous devriez en trouver assez vite dans la gente masculine.

En avançant prudemment, à pas de loups, votre identité virtuelle devient crédible et vous disposez bientôt d’un outil très puissant.

Jusque là, ce que vous faites est limite, même très limite, mais pas franchement répréhensible.

Après ça se complique. Qu’allez-vous faire de ce personnage ? Juste vous amuser, vivre une double vie, vous venger d’un emmerdeur qui tenté de détruire votre iréputation, espionner votre conjoint en devenant son ami, calomnier quelqu’un et disparaître, lancer un crowdfunding bidon pour sauver les bébés phoques, tout est possible.

Sur Internet, qui se cache derrière tel ou tel profil ? Avec qui devenez-vous amis, avec qui partagez-vous des informations privées. Qui peut publier des informations sur votre mur ? Qui est réellement votre ami. N’y aurait-il pas quelque part un ennemi caché dans vos amis ? C’est tellement facile de duper les gens à l’aide des réseaux sociaux.

Si vous êtes contacté par une jeunette bien foutue, soit disant passionnée par les vieux albums de Yes, Genesis et Pink Floyd, qui fait de la recherche fondamentale sur l’antimatière et qui se laisse draguer par des vieux qui titrent plus de deux fois son âge, restez sur vos gardes, qui sait s’il ne s’agit pas d’une virtuelle. Soyez prudent, les bombasses intelligentes de vingt ans, passionnées de rock progressif, c’est très rare. Généralement elles possèdent en réalité du poil aux pattes, un esprit vengeur et deux coucougnettes entre les jambes.

Progressive Music Awards

Image

Le matraquage médiatique des awards vient de commencer. Mails, posts, tweets ne cessent d’inonder nos médias numériques, nous proposant de voter pour untel ou untel. Quel sera le meilleur groupe de l’année, le meilleur album, le meilleur concert, le meilleur batteur, le meilleur chanteur, la plus belle guitare, le stick le mieux cassé ? Le suspens est insoutenable.

En réalité je m’en moque.

L’an passé le nouvel Anathema avait été couronné album de l’année, Marillion groupe de l’année, sérieusement ? Marillion y a vingt ans je ne dis pas, mais aujourd’hui, et puis le Anathema, il est sympa, mais pas de quoi grimper au rideau. Et si on votait pour des gens moins connus pour une fois ?

Pas besoin de vote pour savoir quel est le meilleur album, c’est Letters to Maro de Frequency Drift, le meilleur groupe, Perfect Beigns, le meilleur batteur, Gavin Harisson, le meilleur chanteur, Mark Atkinson.

La seule question qui se pose est donc: qui est le meilleur chroniqueur de tous les temps ?

Dans les nominés il y a Neoprog, Metalleux, Alter, Classico et Iron Man. Le choix va être délicat. Ou pas. Oui, tous les nominés ont couché avec le jury, mais c’est la règle du jeu aussi. Les autres personnes qui auraient pu concourir, sans doute bien plus talentueuses au demeurant, J-N, YesIam, Loloprog et Illegaume, ne couchant pas avec les membres du comité, ont été de fait, exclus, de la compétition. Les nominés couchent tous les soir avec le jury.  Car derrière ces pseudonymes et brillantes chroniques se cache un seul homme, Moi !

Donc j’ai gagné !

“Je voudrai remercier ma mère qui a toujours cru en moi, mon chat qui partage aimablement son fauteuil avec mon postérieur, mes oreilles presque infaillibles, ma merveilleuse chaîne Hi-fi, mes enfants qui ne font pas trop de bruit, les voisins qui ne pètent pas un câble après avoir entendu dix fois de suite le même morceau à fond, mon épouse pour ses conseils avisés, Laurent qui relit avec patience mes fautes d’orthographe, Fraunhofer pour avoir libéré les brevets du mp3 ce qui nous permet d’écouter un son de merde, Triangle pour ces enceintes, Atoll pour son DAC, Marrantz pour son ampli, Rega pour sa platine, Cambridge pour son préamp, Hewlett Packard pour son PC, Bic pour ces stylos qui glissent sur le papier, Clairefontaine pour ses blocs A4 à feuilles détachables, Lotus pour ses cotons tiges, Evian pour ses bouteilles d’eau 50cL, Haribo pour ses paquets Worldmix, Astrazeneca pour ses triptans, Quies pour ses bouchons d’oreilles, Senseo pour son café corsé et EDF pour l’électricité.”.

Non, les Progressive Music Awards ne sont pas qu’une affaire d’argent.

Papier caillou ciseaux

Image

J’aime les livres, les imprimés, le papier. Je n’aime pas lire sur un écran d’ordinateur, de téléphone, de liseuse. J’aime l’odeur de l’encre, de la pâte à papier, le grain de la feuille. Je n’aime pas la lumière d’une dalle OLED, son contraste, sa brillance. Je suis de la vieille école, celle où l’on traçait de belles majuscules avec une plume et un encrier. Je suis également un enfant d’Internet, un des pionniers qui utilisaient Compuserve. Je passe de nombreuses heures sur des ordinateurs et je publie des chroniques dans un webzine. Mais ces chroniques sont d’abord rédigées sur une feuille de papier, l’ordinateur éteint. Et j’écoute la musique, de préférence en analogique, sur des galettes vinyles. Un homme plein de contradictions.

Un texte publié sur Internet est fugitif, volatil alors que couché sur le papier, il devient éternel, immuable. S’il est aisé de zapper devant son écran, une fois un texte entre les mains, il est rare que l’on n’aille pas jusque son point final, quitte à lire en diagonale. Je sais que je ne suis pas le seul à préférer l’édition papier à l’immatériel, j’ai remarqué que les artistes appréciaient tout particulièrement les chroniques élogieuses au format A4.

Voila pourquoi j’ai décidé de me lancer dans la publication papier du webzine.

Ne vous affolez pas, vous ne trouverez pas Neoprog dans les kiosques à journaux, mais début juin, nous sortirons le n°1 en version PDF et nous en imprimerons quelques exemplaires pour les distribuer et qui sait, peut-être nous faire un peu de publicité gratuite. Nos lecteurs pourront télécharger le PDF et l’imprimer chez eux. L’étape suivante pourrait être de lancer un abonnement, d’imprimer les numéros et les expédier par la poste aux lecteurs, comme le font certains magazines de prog. Mais nous n’en sommes pas encore là. Nous allons déjà mesurer les retours de ce premier numéro, évaluer le temps passé et réfléchir à la suite.

Cette édition va demander une surcharge de travail non négligeable, même si les articles seront les mêmes qu’en version dématérialisée. Il faudra être plus vigilant à l’orthographe et la grammaire de même qu’au style car des phrases bancales sur une feuille, cela fait encore plus mal que sur un écran. Et impossible de corriger, une fois imprimé.

J’espère que vous apprécierez l’initiative et je compte sur vous pour nous faire des retours.

Neoprog

Image

Pour qu’il n’y ait aucun malentendu, il faut que je vous raconte une histoire.

Aux temps lointains du freeware et du shareware, avant l’open source, le Creative Commons,  vivait un informaticien, programmeur, qui pendant son temps libre, fabriquait des logiciels qu’il vendait sur Internet.

Sa maison d’édition se nommait JCLB Soft (il était jeune) et son pseudonyme était Zébulon. Sur son site web zéro,, chez Multimania, il proposait ces sharewares, parlait musique et présentait ses œuvres argentiques très médiocres. Comme quoi, peu de choses changent malgré le temps qui passe.

Ce site avait un nom, Neoprog, comme néo programmeur. Il est vrai que j’écoutais déjà Marillion, mais à l’époque, j’ignorais qu’il s’agissait de rock néo-progressif. Quand la musique prit le pas sur l’argentique (appareil détruit par de l’huile d’amande douce à la naissance de mon second garçon) et que l’ère du shareware fut tuée par Linus Torvalds, il ne me resta plus que la musique, Marillion, Sting, Kate, Gary Moore, Queensryche…, je conservais ce nom Neoprog et m’offrais même un domaine en .net. Neoprog.net était né. La musique devint mon unique obsession et j’élargis mes horizons avec IQ, Arena, Pendragon, toujours sans savoir qu’il s’agissait de néo-prog.

Quand je le compris, il était trop tard, Neoprog était devenu un webzine connu et le malentendu persista. Nous fument inondé de propositions de rock néo-progressif alors que mon cœur battait de plus en plus pour le metal prog. Nous fumes même conspués par une macédoine niçoise pour avoir osé parler de black metal dans nos colonnes. Que répondre poliment à ça ? Et ta sœur ?

J’ai pensé à changer de nom, de domaine, mais je ne suis ni metal prog, ni neo-prog, ni prog fusion, ni prog, j’aime juste la musique en dehors de toute cases, des étiquettes, des castes. Alors Neoprog, comprenez-le bien, est un webzine qui parle de musiques, celles qui nous font vibrer, un point c’est tout.