L’interview

Image

Depuis mon adolescence, j’écoute du rock progressif. Genesis, Peter Gabriel, Steve Hackett firent vibrer mes tympans des années durant et encore aujourd’hui.

J’ai continué avec Marillion, Pendragon, Arena, Big Big Train, Izz, Dream Theater, et me suis lancé un jour dans un webzine sur le rock progressif.

J’ai reçu mes premières promotions, ai été  convié à mes premiers concerts en tant que presse et j’ai réalisé des interviews, d’abord par mail, puis via Skype ou au téléphone et même parfois en tête à tête.

J’ai discuté avec Weend’ô, Neal Morse, Franck Carducci, Daniel Gildenlow, Cris, Arjen Lucassen, Lazuli et un jour, un jour, j’ai reçu un coup de fil de Steve Hackett.

D’accord, il ne me téléphonait pas pour savoir ce que je pensais de son dernier album ni pour s’inviter à boire un verre à la maison, mais quand même, je parlais au guitariste du groupe qui avait radicalement révolutionné ma perception du rock, j’avais alors 14 ans.

Après avoir écouté son dernier album, At The Edge Of Light, je demandais à son agent, si je pouvais réaliser une interview par mail avec lui. Par mail, car soyons honnête, mon anglais est misérable,  pathétique même, alors à l’oral, imaginez la honte, surtout avec le trac.

On me répondit que Steve préférait une discussion en direct au téléphone. En … Au téléphone… En anglais… ouille, aille, ouille !

Dans ces cas là, mieux vaut ne pas réfléchir, je répondis : “Ok, go go go !”.

Rendez-vous fut pris et commença une semaine de pure terreur.

  • Phase une, caser 40 ans de questions en moins de trente minutes.
  • Phase deux, le rédiger en anglais.
  • Phase trois, le répéter sans trop bafouiller.
  • Phase quatre, essayer de dormir alors que toutes les heures je me sortais d’un rêve où je parlais anglais à Steve.

Le weekend précédent l’interview, je passais mon temps à essayer des mécanismes pour enregistrer un appel téléphonique, enregistreur Zoom, PC, iPhones côte à côte, applications de l’Apple Store, bref la panique.

Je passais un long moment avec mon père au téléphone, à tester, sans qu’il le sache, plusieurs de ces technologies, pardon papa…

Enfin le jour J arriva. Une journée commencée à 4h du mat, en mode panique, pour une interview à 18h30.

C’est long, plus de quatorze heures d’attente. Extrêmement long. Quatre révisions de mon interview plus tard, dix essais plus loin avec mon enregistreur, l’estomac noué, la vessie taquine, les intestins en vrac, l’heure du crime arriva.

L’iPhone sonna. « Hello Steve Hackett calling, are you Jean-Christophe Le Brun ? ». « Heu, yes. ».

C’était parti pour les trente minutes les plus courtes de ma vie. Trente minutes pendant lesquelles le guitariste me parla d’engagement, de musique, de littérature, de peinture. Une personne passionnée et passionnante avec laquelle j’aurai rêvé de discuter toute une soirée. Il me parla, sans le savoir, de mes peintres préféré, d’un romancier que j’adore, de choristes qui ont fait vibrer mon âme, d’idées avec lesquelles je suis complètement d’accord. Un artiste, cultivé, simple, gentil, accessible.

Je venais de discuter avec Steve Hackett.

En transcrivant laborieusement l’interview, je découvre avec stupeur des détails qui m’avaient échappés pendant la conversation, des mots sur lesquels j’aurai pu rebondir, la façon qu’il a eu d’intégrer mes remarques à ses réponses. Je suis affreusement frustré et confus d’être si mauvais en anglais.

J’ai discuté avec l’artiste qui se trouve au sommet de ma pyramide progressive, dans mon panthéon des dieux des seventies, j’en suis encore abasourdi.

Hélas, il y a toujours un prix à payer.

Le prix, ce sont plus de dix heures de travail, casque sur les oreilles, à retranscrire l’interview en anglais puis à la traduire, à entendre un français à l’anglais minable s’empêtrer lamentablement dans les conjugaisons et le mots de liaison de la langue de Shakespeare pendant que son interlocuteur, presque imperturbable, tente de décoder la question cachée dans ce charabia pitoyable…

Merci Monsieur Hackett pour votre patience, votre gentillesse. Même si vous faites la promotion de votre nouvel album, vous le faite avec panache.

Une heure plus tard, c’était une toute autre interview qui passait à la télévision. Une homme cultivé lui aussi, mais assurément méprisant.

Vous voulez des valeurs sûres ?

Image

Je vous ai déjà parlé de ma discothèque idéale, ces CDs rangés à part dans la maison et qui constituent les albums que j’ai envie d’écouter en ce moment. 

Une collection fluctuante, au gré des saisons, des humeurs et des nouveautés, où ne figure qu’un seul album par groupe, celui que j’ai envie d’écouter, qui comporte de préférence, des albums récents et qui ne reflète pas exactement mes goûts puisqu’il reste quelques vinyles (de plus en plus nombreux) et quelques enregistrements numériques qui deviendront souvent des vinyles à leur sortie.

Comme je sais que vous brûlez d’envie de découvrir ce qu’écoute un chroniqueur lorsqu’il ne chronique pas, j’ai listé ma collection temporaire idéale avec un lien vers la chronique qui va bien lorsqu’elle existe (pour booster l’audimat). Vous découvrirez peut-être des écarts entre mes goûts actuels et les évaluations de l’époque.

Les goûts changent…

Pour les cadeaux de Noël, tous ces albums sont des valeurs sûres, croyez moi, enfin, à condition que vous partagiez un temps soit peu mes goûts…

Amplifier – Trippin’ With Dr Faustus

anasazi – playing ordinary people

Anathema – weather systems

anima mundi – Insomnia

Anneke Van Giersbergen – Symphonized

Archive – Axiom

Aisles – Hawaii

Anubis – The Second Hand

Arena – Double Vision

Ayreon – The Theory of Everything 

Marc Atkinson – Home Grown

Big Big Train – Folklore

Marcela Bovio – Through Your Eyes

Davie Bowie – Space Oddity

Tim Bowness – Lost In The Ghost Light

Kate Bush – Before The Dawn

Franck Carducci – Torn Apart

Cloud Cukoo Land – Somewhere In Between 

Collapse – The Sleep In Me

Cosmograf – The Heay-Man Dreams

Chris – Phoenix

Dream Theater – Octavarium 

Fish – A Feast Of Consequences

Flying Colors – Second Nature

Frost – Experiments In Mass Appeal

Peter Gabriel – Back to the Front – Strasbourg 

Serge Gainsbourg – L’homme a tête de chou

David Gilmour – Rattle That Lock

Grand Jacques – Live Au Presbytère 

Brieg Gerveno – Valgori

Haken – Vector

Steve Hackett – Genesis Revisited II

IQ – Road of Bones

Karmamoi – The Day Is Done

Katatonia – The Fall Of Hearts

Dave Kerzner – Static

Kino – Picture

Klone – Unplugged

Kyros – Vox Humana

Lazuli – Saison 8

Lifesigns – Cardington

Philippe Luttun – The Taste Of Wormwood

Magenta – We Are Legend

Marillion – Anoracknophobia 

Maschine – Naturalis

Mayan – Dhyana

Monnaie de Singe – The Last Chance

Muse – The Origin Of Symetry

Mystery – Lies And Butterflies

Neal Morse – The Grand Experiment

Nemo – Le ver dans le fruit

Nosound – a sense of loss

Old Fire – Songs From The Haunted South

Opeth – Sorceress

Pain – Coming Home

Pain of Salvation – Falling Home

Pendragon – Pure

The Pineapple Thief – Your Wilderness

Porcupine Tree – The Incident

Queenryche – Operation Mindcrime

Riversea – The Tide

Riverside – Shrine Of New Generation Slaves

RPWL – god has failed

Steve Rothery – The Ghosts of Pripyat

Sanguine Hum – Now We Have Power

Satellite – Evening Games

Scarlean – Ghost

Seven Steps To The Green Door – Fetish

Southern Empire – Civilisation 

Solstafir – Berdreyminn

Spiral – Bullets

Spock’s Beard – The Oblivion Particle

Sting – The Soul Cages

Sylvan – Posthumous Silence 

Symphony X – Underworld

Tesseract – Polaris

The Tea Party – The Ocean At The End

Devin Townsend – Epicloud

Transatlantic – Kaleidoscope

Vanden Plass – Netherworld II

Roger Waters – Amused To Death

Ray Wilson – makes me think of home

Steven Wilson – To The Bone

Wolve – Lazare

96 heures chrono

Image

La vie d’un chroniqueur de rock progressif ressemble souvent à celle de Jack Bauer. Neal Morse parlait de son agenda surchargé, moi c’est presque la même chose, si on oublie le fait que je ne vis pas de cette activité, bien au contraire.

Ordinairement, je consacre une vingtaine d’heures par semaine au magazine. Vingt heures devant l’ordinateur sans parler du temps d’écoute de la musique. 

Mais le weekend dernier était particulier. Même en posant deux journées de congés, je me suis retrouvé totalement débordé.

Vendredi matin, 7h00, me voilà devant le PC à publier chronique et actualité sur le site puis Facebook, Twitter et Google+. Après ces activités récréatives, je prépare les publications pour la semaine suivante, afin que tout soit prêt pour lundi. Vers 13h00, je prends la route pour me rendre au Studio Wan, écouter Out5ide enregistrer son nouvel album. De retour à la maison vers 20h00, je jette une oreille sur les dernières promotions avant de me coucher.

Samedi, aux aurores, je développe les photographies prises la veille et prépare mon texte pour l’article à publier mardi. Après une courte promenade, je me lance dans une nouvelle écoute du dernier Esben and the Witch pour le chroniquer, je me couche pour lire quelques pages de La Longue Route avant de sombrer dans les bras de ma femme.

Dimanche, à 04h00 du mat, une violente migraine me rappelle que je ne suis pas un surhomme et que mon métabolisme ne tient pas la route. En parlant de route, ce soir, je dois faire 400 km pour aller écouter un concert. Concert dit révisions. Je réécoute le dernier album de Soup, Seven de The Watch, je mets un point final au brouillon de la chronique de Nowhere, fait quelques pas au soleil avec mon épouse et part pour la Lorraine avec, par chance un chauffeur, même s’il peste contre les gilets jaunes.

Nous revenons vers 01h00 le lundi, fourbus et pas forcément emballés. A peine cinq heures plus tard réveil, café, publication de la chronique et des news du jour, recherche d’un bug dans la newsletter (non résolu à ce jour), puis commence le tri des cent quarante photographies de la soirée chez Paulette. Développement de Soup, repas sur le pouce, développement de The Watch, écriture du live report et là soudain, horreur, je me rends compte que la nuit est déjà tombée. Il me reste juste assez de temps pour mettre au propre la chronique d’Esben and the Witch pour relecture dans le cloud et il est temps pour moi de me coucher. Demain commence l’activité rémunératrice qui me permettra, le weekend prochain, de continuer à gérer le webzine et à nourrir la famille.

C’est ça “la chance d’être un chroniqueur”.

Du métal et du blues

Image

La veille de partir en vacances, deux disques arrivèrent à la maison,  Redemption de Joe Bonamassa et Dhyana de MaYan. 

Il ne s’agissait pas forcément de la musique que j’écoute ordinairement, mais depuis quelque temps déjà, mes oreilles réclament de nouvelles émotions sensations.

Pour MaYan l’explication est simple, l’arrivée de Marcela Bovio dans le groupe, m’a donné envie de découvrir leur dernier album.

Pour Joe Bonamassa, l’histoire trouve son origine de mon inculture blues et dans le talent évident de l’artiste. J’avais écouté plusieurs titres de cet américain avec plaisir et Redemption me donnait l’occasion de mieux connaître ce guitariste et de m’initier un peu plus au blues.

Alors, dans mes bagages, coincé entre un Eschach et un Paul Auster, je glissais les deux albums. 

Car les vacances, outre le dépaysement, le tourisme, la bonne bière, c’est aussi l’occasion de se poser pour lire et écouter de la musique, rien que pour le plaisir. 

Entre un village nuraghique, une calanque azur, un expresso, un gelatto, un récit d’alchimiste et la vie d’un chien, résonnait entre mes oreilles du rhythm and blues et du dark metal mélodique. En évitant les trous de la chaussée, en nageant dans la Méditerranée, en écoutant le guide expliquer dans un anglais chantant la naissance d’une civilisation de l’âge de bronze, je songeais à la guitare de Joe et à la voix de Marcela.

Le vent de nord-est déchainant la mer, la vague explosant sur les rochers, le soleil brulant les yeux, le sel collant à la peau, la pastèque fondante dans ma bouche, la bière Ichunosa rafraîchissant le gosier, les biscuits Mulino Bianco pour patienter jusqu’au retour, les moutons sur la route, le tombeau des géants dans la campagne, le dolmen dans la montagne, le nuraghé se dressant au milieu des chênes lièges, le soleil rougeoyant à l’horizon, la lune se reflétant sur les vagues, le parfum du maquis… du métal et du blues pour tous les sens.

La Cdthèque idéale

Image

Un jour de folie ordinaire, j’ai décidé de ranger mes livres de science fiction et classer ceux que je relirai peut-être un jour, ceux dont je ne peux me séparer et ceux, qui même s’ils m’ont procuré beaucoup de plaisir,  ne reviendront plus jamais sur la table de chevet. J’ai ainsi dégagé quelques kilos papier de ma bibliothèque, laissant une grande étagère vacante.

La nature a horreur du vide…

Un nouveau jour de crise, j’ai contemplé cet espace inoccupé avec agacement et me suis demandé si j’allais redescendre quelques ouvrages stockés un peu partout dans la maison. Et puis finalement j’ai eu une autre idée : me constituer la Cdthèque idéale.

Qu’est-ce que la Cdthèque idéale pour moi ? Dans le couloir, qui mène à l’étage, contre un mur, se dresse une étagère Ikea de 1.50 m de large par 2.20 m de haut, remplie à craquer de compact disques de rock progressif. Même s’ils sont classé par ordre alphabétique, il est parfois difficile d’y retrouver un album et lorsque l’envie me prend d’écouter une vieillerie, le temps passer à la trouver est souvent dissuasif.

D’où l’idée, de me constituer, dans l’étagère libre de la bibliothèque, non loin de la chaîne, la Cdthèque idéale. Mais que contiendrait-elle ? Il faut tout d’abord que son contenu puisse évoluer en fonction de mes humeurs, car le plaisir musical dépend pour beaucoup de l’état d’esprit du jour. J’en exclue d’emblée les grands anciens, ces albums dinosaures qui ont inventé le rock progressif et que je connais par cœur: Yes, Genesis, Pink Floyd, Camel et les autres. Dans cette Cdthèque, je voulais mettre des albums avec lesquels je me sens bien, des disques que j’ai plaisir à écouter de temps en temps, pas forcément des chefs d’œuvres universels, juste des CDs qui me touchent.

Dans cette collection temporaire, je voulais ajouter également quelques sorties récentes, sur lesquelles je n’ai pas eu le temps de me poser suffisamment pour décider de la place qu’ils prendraient dans mon cœur et sur mes étagères. Une fois à portée de main, il me serait plus facile de revenir dessus à l’occasion.

Une Cdthèque pas exclusivement progressive, car au fil des années, il m’est arrivé d’écouter de la pop, du rock, du blues, du hard rock, assez rarement je l’avoue, mais quelques un de ces disques m’ont suffisamment marqué pour qu’ils deviennent des classiques à la maison.

Alors vous vous demandez sans doute, qu’est-ce qu’un chroniqueur de rock progressif, qui écoute jusqu’à dix nouveaux albums par semaine, peut-il mettre dans sa Cdthèque idéale n’est-ce pas ? Vous ne serez pas surpris par la plupart des groupes, mais peut-être plus par les albums.

Il y a un bien entendu un Marillion, mais devinez lequel ? Non ce n’est pas Script, ni Misplaced ou Fugazi, c’est Anoracknophobia. Pour Pain of Salvation, il y a Scarsik et Road Salt One, pas forcément les plus populaires, pour Pendragon, c’est Pure, qui reste de loin, l’album que je préfère de toute leur discographie. Vous trouverez un Muse, mais là tout le monde sera d’accord avec moi, il s’agit de Origin Of Symetry, un Queensrÿche, Operation Mind Crime bien sûr, un Arena, The Visitor, cela va sans dire. Pour Anathema, c’est le sublime Weather Systems, pour Anneke j’ai fait fort avec le coffret A Dat After Yesterday que j’adore mais il se pourrait que son prochain live le remplace bientôt. Il y a également des choses moins connues comme Home Grown de Marc Atkinson, Klone en acoustique, Song For A Friend de Ray Wilson. Vous trouverez aussi un Sting, The Soul Cages, Unprecedented de Marcela Bovio, un Ayeron, The Theory Of Every Thing, un Ben Harper, un David Bowie, un Radiohead, un Placebo, un Coldplay et même un Evanescence.

Un peu moins de quatre vingt albums qui suffisent à mon bonheur avec les vinyles entreposés dans la même pièce. Le danger de cette démarche serait d’oublier les disques rangés dans le couloir et qu’ils finissent comme la collection de livres de science fiction, mis en vente sur le Bon Coin et Priceminister. L’avenir le dira, mais je ne crois pas.

Les disparus

Image

Combien de groupes sont nés d’une bande de copains, plein d’envies, plein d’espoirs ? Installés dans un garage, un grenier, un salon après avoir poussé les meubles, ils ont improvisé, composé, répété, enregistré. Avec leurs économies, il se sont offert quelques heures de studio et un pressage de compact disque à cinq cent exemplaires, réalisant leur rêve de gosses, sortir un album.

Comme tout les autres, ils ont ouvert un compte Facebook, Twitter, Youtube, Soundcloud, Bandcamp afin de promouvoir leur groupe et leur album sur la toile, postant des photographies de répétitions, des événements, des affiches, des extraits sonores.

Un concert dans au café du coin, une prestation à la fête de la musique et les voila qui rêvent déjà du festival de la Lorely. Ils cherchent vainement, de longs mois durant, un  label, un tourneur, des salles qui les accueilleraient, même pour une première partie sans défraiement. Ils envoient leur album à des radios, des magazines puis à des webzines, espérant ainsi se faire connaître un tout petit peu. Les radios jettent le CD sans l’écouter, les magazines font de même. Quelques webzines jettent une oreille à leur création, certains la chronique et le groupe se prend à rêver de gloire.

Les albums se vendent peu ou pas, la famille et quelques copains en achètent pour leur faire plaisir, une ou deux personne à la fin d’un concert, pas de quoi rentrer dans la mise de fonds initiale, à peine de quoi payer l’essence de la voiture. Pourtant la musique est belle, le groupe a du talent et l’envie de faire vivre leur musique.

Désespérés, certains tombent sous les griffes de maisons de disques ou promoteurs peu scrupuleux, qui leur promettent monts et merveilles, empochent leur argent et ne font rien ou pire disparaissent avec la cagnotte. Au sein du groupe d’amis, les tensions deviennent palpables, les conjoints crient à l’argent dépensé en vain, au temps perdu loin de la famille. Les musiciens se rejettent les responsabilités, les mauvais choix, ne veulent plus rouler toute la nuit pour trente minutes de concert dans une salle minable, perdue au milieu de nulle part. Certains se fâchent et quittent le groupe, il faut trouver un nouveau bassiste, un chanteur ou un guitariste et plus rien n’est alors pareil. L’envie n’est plus là. Reste l’amertume. Le rêve s’est brisé.

Certains de ses groupes survivent encore, le temps d’un EP, parfois d’un second album qu’ils ne finiront jamais. Sur les réseaux sociaux, ils deviennent de plus en plus silencieux jusqu’au jour où leur compte disparaît, sans un mot.

Le monde de la musique est impitoyable, très rares sont les élus qui finissent par se faire connaître et par atteindre l’équilibre financier. Nous découvrons des merveilles, et plein d’espoir nous les mettons en avant, mais nous savons bien que très peu d’entre eux survivront au premier album. Et parfois ceux qui restent ne sont pas les meilleurs. Telle est la dure loi du business musical en France.

Engagez-vous, rengagez-vous, qu’ils disaient !

Image

La rentrée musicale arrive à grand pas, les promotions pleuvent, les artistes deviennent vos amis, les labels vous approchent, des demandes d’interviews plus tentantes les unes que les autres nous sont proposées et pourtant nous ne recrutons plus de collaborateurs.

Pourquoi est-il si difficile de trouver des chroniqueurs de rock progressif de nos jours ? Y aurait-il trop de webzines en France pour le potentiel d’écrivains en herbe ? Neoprog véhiculerait-il une mauvaise image ?

Trouver un chroniqueur motivé sachant écrire correctement relève du chemin de croix. Il s’en présente toujours un, motivé, soit disant totalement en phase avec la philosophie du webzine, prêt à se lancer dans la grande aventure rédactionnelle, tout feu tout flammes, mais quand vient sa première bafouille, les outils de travail collaboratif à maîtriser,  les corrections à apporter, le format à respecter, il n’y a plus personne.

A chaque fois nous passons des heures à échanger, expliquer, à chaque fois nous avons en face de nous une personne motivée, volontaire, avec un pedigree intéressant qui après quelques échanges de plus en plus laconiques disparaît de la surface de la planète.

Par chance, quelques uns, heureusement vont au bout de leur démarche, rentrent dans le moule, et signent régulièrement de leur plume acérée des chroniques, live report et interviews. Hélas au fil des mois, et c’est bien naturel, l’engouement initial s’estompe, l’essoufflement gagne et les articles se font de plus en plus rares.

Il est vrai que nous n’y gagnons rien, si ce n’est de la reconnaissance et le privilège de découvrir des albums en avant première mais en mp3, alors que, en cherchant bien, il est possible de les télécharger illégalement sur de nombreuses plateformes russes avant même que la promotion nous arrive.

Pourtant, voici des années que je chronique et je ne m’en lasse pas. Chaque nouvel album me procure une joie nouvelle. J’y passe de nombreuses heures par semaine, mais principalement pour le travail administratif et relationnel et chaque semaine j’écoute un nombre assez important de nouveautés. Suis-je fou ? Certains penseront que je n’ai rien d’autre à faire dans la vie mais ne les croyez pas. J’ai un travail très prenant, une famille encore plus prenante, je lis beaucoup, je fais de la photographie, j’arpente les chemins de randonnées, je bois des bières avec mes amis, je bricole, je jardine, fais la vaisselle, un peu de ménage et je dors parfois. Qu’est-ce j’y gagne ? Un mois de salaire envolé chaque année en déplacements, billets, albums, hébergement, équipement. J’y gagne le droit d’approcher mes idoles, de les photographier, de les interviewer, de découvrir en avant première leurs créations.

J’aimerai bien trouver quelques nouveaux fous furieux, des passionnés désintéressés, acceptant de consacrer un peu de leur temps pour parler de musique. Il y a tant de fabuleux albums à découvrir, dont nous ne parlerons probablement jamais faute de temps, du metal, du progressif, de l’alternatif, de la pop/rock, qu’importe (sauf le punk et la new wave s’entend), la musique est tellement belle.

Alors si vous aimez la musique, vous voulez l’écouter et en parler, engagez-vous !

La fille de Debussy

Image

Le saviez-vous, Debussy avait une fille ? Certes ce n’est pas sa fille qui restera dans les mémoires, mais la musique du maître. Il s’agit pourtant du thème de Damien Luce pour son petit roman intitulé, devinez comment : La Fille de Debussy.

Je suis un grand admirateur de la musique impressionniste… NON ! Défense d’utiliser ce terme, Debussy le détestait. Bon alors disons que j’aime beaucoup la musique composée à l’époque de peintres impressionnistes, même si elle n’a rien de commun avec leurs toiles. C’est mieux ?

Debussy, Ravel, Poulenc, Scriabine pour ne citer que les plus célèbres, une musique qui parle à mon âme et à mon cœur depuis que mon épouse pianiste m’a initié à ces compositeurs. Une musique qui me touche bien plus que les grands classiques, de Mozart en passant par Beethoven.

Alors un roman parlant de Debussy sous la plume imaginaire de sa fille, l’idée était tentante. Claude vient de mourir, c’est la guerre, Claude-Emma pleure son père et joue du piano.

Le livre est un journal, écrit par l’enfant, qui débute peu avant la mort de Debussy. L’idée du roman, à la base séduisante, est celle de Claude-Emma passant l’été 1918 à déchiffrer les partitions de son défunt père, sur le piano avec lequel ils composa ses œuvres. Dans son journal, elle raconte les artistes qui viennent présenter leurs condoléances, son amourette avec un garçon qui rêve de bateaux, ses escapades nocturnes, ses laborieuses leçons de piano, et ses déchiffrages, pièces après pièces.

J’espérai retrouver dans les phrases, un peu de la musique de Debussy. Même si le style de Damien est agréable, le roman devient rapidement un catalogue dénué de poésie. L’histoire de la petite Emma qui se meurt (elle décède le 14 juillet 1919) ne touche guère le lecteur sans cœur que je suis et la pirouette de l’auteur consistant à trouver le journal de l’enfant dans un tronc d’un arbre creux est un peu facile.

Bref, le roman ne tient pas ses promesses et ne donnerait pas envie d’écouter du  Debussy à quelqu’un qui ne connaîtrait pas l’oeuvre du compositeur. Passez votre chemin.

Une course éperdue en avant

Image

Des milliers d’albums, vinyles, compact disques, fichiers mp3, Alac, Waw, dorment dans les étagères et l’ordinateur de la maison.

Chaque jour qui passe voit son lot de nouveaux arrivants. La collection enfle démesurément, une croissance quasi exponentielle.

De purs chefs d’œuvres délaissés faute de temps pour les écouter. A quoi bon cette course effrénée en avant ?

Et si j’arrêtais le temps, me posais dans le salon, et dégustais une de ces merveilles qui chavira mon âme, me fit verser des larmes ?

Je pense avoir largement de quoi passer une centaine de jours et de nuits ininterrompus à n’écouter que du rock progressif.

Parfois je ressors mon iPod où se cachent mes artistes préférés, je m’installe dans le canapé, au coucher du soleil, une bière dans la main, et j’écoute religieusement quelques morceaux arrivant au hasard, replongeant dans ces émotions toujours aussi puissantes. Lorsque je dispose de plus de temps, je pose un vinyle ou glisse un CD, façon vieux con nostalgique, m’immergeant dans un concept album devenu aujourd’hui référence.

Il y a tant de musique à écouter que je me demande parfois pourquoi courir après les nouveautés, et puis je tombe sur un bijou, original, encore confidentiel qui pourrait devenir le classique de demain, un album qui fait battre mon cœur malgré toutes les années et les titres écoutés, alors je recommence, je scrute les sorties, dans l’espoir de découvrir une nouvelle perle rare et j’oublie les milliers d’albums sublimes qui dorment sous mon toit.