Quatre roues

Image

Nous vivons en ville, sur une rue passante, avec un petit jardinet qui s’enfonce loin de la pollution, où pousse un potager généreux. Nous allons au travail à vélo, deux kilomètres de pistes cyclables plus vite parcourus qu’en voiture. Une vie paisible, presque à la campagne, à en oublier parfois que nous habitons en ville.

La maison cache le jardin de la rue, nous vivons au calme derrière les murs de notre vénérable demeure. Seul quelques voisins, hélicoptères, drones ou satellites espions peuvent imaginer ce qui se passe derrière nos murs à colombages.

Alors, comme à la campagne, nous laissons le portillon du jardin déverrouillé toute la journée, la porte de la maison non verrouillée, les fenêtres ouvertes sur le jardin, comme l’appentis et le garage à vélo.

Il faut dire qu’il y a presque tout le temps quelqu’un à la maison, notre aîné geek au chômage dans sa chambre, notre second confiné pour ses études, mon épouse ou moi qui ne possédons pas le même rythme de travail.

Et puis nous sommes entourés de voisins, le jardin faisant vingt mètres aux plus large et cinquante au plus long, cerné d’immeubles, nous avons beaucoup de voisins.

Un matin, alors que mon épouse était chez nous comme nos deux garçons sans parler de notre chat redoutable, deux vélos ont disparus de notre appentis. Deux vélos en très bon état.

Le vol n’a pas eu lieu pendant la nuit, lorsque le tout monde dort du sommeil du juste, mais en pleine matinée, à la vue et au su de tous, alors que trois personnes se trouvaient dans la maison. Le chat lui, devait garder la pelouse.

Le voleur a du ouvrir un portillon qui ne s’actionne que de l’intérieur, marcher le long de la maison, parcourir encore vingt mètres dans le jardin sous nos fenêtres en plein jour, prendre les deux vélos, revenir sur ses pas ainsi encombré, passer entre la maison et l’immeuble voisin dans un couloir de un mètre de large avec deux VTC, puis s’enfuir.

Et personne ne l’a vu ni entendu.

Ce n’est pas la perte de deux vélos que je pleure, encore que financièrement c’est mille euros qui s’envolent, mais plus la perte soudaine de l’innocence et la montée d’une certaine paranoïa difficile à gérer, sans parler du fait que ma femme doit prendre la voiture pour venir travailler maintenant en attendant de trouver vélo à son pied.

Comble de malheur, il y a pénurie de vélo dans les magasins et le marché de l’occasion a brutalement explosé. Ceci explique peut-être cela.

Immédiatement j’ai verrouillé le portillon, fermé l’appentis avec de gros cadenas, verrouillé la porte de la maison, clos les fenêtres de rez de chaussée et je réfléchis sérieusement à installer une alarme. Le peu de naïveté paysanne qui me restait de mon enfance à la campagne où nous vivions dans espace totalement ouvert vient de s’évaporer brutalement.

Des vélos sont bien peu de choses en comparaison de cette peur sournoise qui s’insinue en moi, même si tout cela aurait pu être bien plus grave. Fini l’innocence, nous ne vivions pas à la campagne mais en ville avec ses incivilités, son bruit, sa pollution et la peur qui rôde.

Bien entendu, nous avons porté plainte, mais comme le dossier de notre plainte pour un accrochage en janvier 2019 n’a toujours pas été traité par le Commissariat de Police, nous risquons d’attendre assez longtemps sans que rien ne se passe et connaissant les assurances, nos vélos ne seront pas remboursés de grand chose.

Eco nar

Image

Je vais vous parler d’un nouveau concept tirant parti de l’écologie et de la connerie. 

Les municipalités incitent de plus en plus les citadins à utiliser des bicyclettes pour se rendre au travail. Certaines proposent même à leurs employés une prime vélo afin de les motiver un peu plus. 

Jusque là tout va bien. Elles organisent également des manifestations pour sensibiliser les gens à la pollution, à la circulation écologique, à la sécurité à vélo, allant jusqu’à réviser les deux roues des administrés gratuitement.

Franchement c’est beau. Les bobos sont à la fête, et la course à l’entreprise qui fera le plus de kilomètres à vélo en un mois est lancée. Youpi ! Pour fêter l’événement, on affiche, on placarde, on mail, on plastronne « Venez à vélo ». 

C’est là, que tout doucement ils commencent à me gonfler. « Inscris-toi, c’est important, faut venir à vélo au travail. ». Je viens au travail tous les jours à vélo, je me déplace à vélo le plus souvent possible, sinon je marche ou j’emprunte les transports en communs ok ? Je n’ai pas eu besoin d’une grande messe pour développer ma conscience écologique. 

Mon refus de participer au grand concours agace. Mais passons, je ne suis pas un bobo communautaire, c’est ainsi. 

Pour promouvoir le vélo, le transport écolo, quoi de mieux, outre une communication agressive, que des petits gadgets à ramener chez soi : une mini plaque minéralogique, une pince à vélo brassard jaune auto enroulante, des petites lumières rouge et blanches clignotantes. 

Une plaque en aluminium chromée (le top de la consommation électrique), un machin en matériaux divers non recyclables (formidable pour le tri sélectif), des trucs électroniques avec des piles bouton au mercure, des LED et un petit circuit RLC (inutile, moche, polluant)… Les gadgets c’est sympas, mais question écologie ils ont totalement loupé leur communication les bobos. Car ils en ont donné des tonnes de ces conneries inutiles qui finiront à la poubelle ou dans la chambre du gamin, même moi j’en ai trouvé sur mon bureau au travail sans avoir participé à leur farce écologique.

Oui c’est bien de se déplacer à vélo, d’avoir une bicyclette en bon état pour rouler, d’être équipé d’un casque, d’un gilet et de lumières pour augmenter sa survie en milieu hostile. Mais ce n’est pas en distribuant des gadgets non recyclables que l’on incitera les gros cons roulant en SUV à se mettre à la petite reine. Cet l’argent gâché en com aurait pu être investi dans une étude raisonnée des pistes cyclables. Car c’est bien de promouvoir, encore faut-il pouvoir circuler en toute sécurité.

G 23-30

Je suis parti en ville, missionné par mon épouse, pour acheter des sacs poubelles après un SMS d’alerte enlèvement de notre fils aîné : “y a plus de sac poub !”.

Vous me direz, des sacs poub, cela se trouve partout en supermarché. Oui mais non, chez les bobos, on s’équipe en poubelles Brabantia, un cylindre chromé le premier jour avant d’être recouvert de déchets divers assez rapidement. Le truc qui fait bling bling la première semaine, crado la seconde. Poubelle design signifie également sacs à la con que l’on ne trouve que dans trois boutiques chicos à Strasbourg.

Alors une fois par an, madame fait un stock, histoire de ne pas recevoir d’alerte SMS trop souvent. Mais madame bossait et à la maison la crise sanitaire approchait. Alors suivant les indications approximatives de mon épouse, “tu verras c’est au BHV au bout de la Langstross”, j’arrive au bout de la Grande Rue et trouve une tout autre enseigne à l’endroit indiqué. Mais je connais mon épouse, ça doit être là. Dans le labyrinthe des pots de peinture, des éponges, des robinets et des couverts, je trouve le rayon poubelle, où bien entendu, point de sacs G Brabantia. Oui notre poubelle, elle aussi à son point G, c’est le compartiment de gauche, le plus grand… Point de sac. Une aimable vendeuse de porte de prison me conseille le rayon salle de bain à l’étage.

Logique non ? Les poubelles de cuisines avec compartiment compost se rangent dans les salles de bain. Bonjour l’odeur !

Je monte donc à l’étage et cherche en vain jusqu’à tomber sur un vendeur mal luné qui me conseille de descendre au rayons poubelles d’où je viens. Lui c’est un gars logique au moins. Il daigne néanmoins appeler un autre collègue, avenant en comparaison, qui lui confirme que les poubelles de cuisines Babrantia se trouvent comme les sacs, au rayon… salle de bain. D’un pas décidé, il nous conduit devant un rayon que j’ai arpenté dix fois sans succès. Mais miracle, juste au-dessus de mon nez (il est vrai que je suis gaulé comme Sarkozy, nabot mais bien équipé pour le compartiment gauche de la poubelle), se trouvent une collection de sacs 23-30 litres que je m’empresse de voler avant que quelqu’un d’autre ne s’en empare. Il n’est jamais facile de trouver un point G la première fois. Trop content, je passe en caisse avec mes six rouleaux blancs et m’enfuie en ville.

Vous avez déjà vu un mec dans un transport en commun avec six cylindres blancs qu’il tient sur son ventre pour qu’ils ne tombent pas ? Je vous jure que je n’ai pas abusé de la situation, cachant l’étiquette des rouleaux : “G 23-30” comme gaz neurotoxique au rayon d’action  mortel de 23 à 30 mètres. Le GIGN n’a pas eu le temps d’intervenir, quinze minutes plus tard, je descendais pour rejoindre à pied ma petite maison de banlieue avec sa cave remplie de bonbonnes de gaz, il faut bien se chauffer l’hiver…

La médiathèque Malraux

C’est devant la médiathèque Malraux que nous avions rendez-vous samedi matin pour le troisième atelier de streetphotography. Un lieu de passage avec ses deux grues et ses nouveaux immeubles, une ancienne friche industrielle que la ville de Strasbourg a admirablement bien réhabilité. Un samedi matin, froid et gris, qui n’incitait guère les alsaciens à lézarder sur l’esplanade. Excepté quelques cygnes, pigeons et agents de voiries nettoyant la place, pas âme qui vive. Pour de la streetphotography, l’affaire semblait mal emmanchée.

Vous ne verrez pas la médiathèque, ni les grues, car nous nous sommes déplacés rapidement vers la gare routière pour trouver quelques bipèdes conciliants.


Cette fois, j’étais venu avec un pied photo et un déclencheur à distance, histoire de pouvoir enfin m’essayer aux pauses longues et aux doubles expositions. Pour l’objectif, j’ai triché (comme beaucoup), me munissant d’un 18/140 mm afin de ne pas avoir à courir partout, la zone de jeu étant très grande avec de vastes espaces vides (très vides).

Arrivé avec un peu d’avance, je m’essaye à la double exposition sur des cygnes, totalement hors sujet, mais faute d’autre modèle… C’est un petit chien, traversant une passerelle, derrière son maître, qui me donnera mon premier cliché. C’est également ma photographie préférée.

La piste cyclable sera une source d’inspiration comme la gare routière avec ses murs miroirs. J’ai essayé des poses longues devant l’entrée d’un centre commercial mais sans grand succès. Le miroir reflétant les murs miroirs de la gare, c’est une idée que j’ai volée à un des autres photographes du stage. Pas de la streetphotographie à proprement parler mais la composition m’a amusé.

Nous allons nous retrouver en mai, en studio, pour une seconde soirée débriefing et développement où j’espère bien explorer un peu plus en profondeur les arcanes de Lightroom.