Ison – Aurora

Image

Daniel Anghede a joué avec Crippled Black Phoenix et Venus Principale tout en menant son projet Ison depuis 2015. Un multi instrumentaliste assez porté sur le shoegaze et le post-rock ambiant. 

L’an passé, il sortait Aurora en solo cette fois, un album huit titres de soixante-dix minutes accompagné par du beau monde, jugez vous même : des chanteuses comme Sylvaine ou Cammie Gilbert et le bassiste de Katatonia pour n’en citer que trois.

Chaque titre de Aurora dévoile le chant d’une nouvelle artiste envoûtante sans que l’album ne vire au patchwork. Bien au contraire. Les huit morceaux forment un tout très cohérent. Et c’est d’ailleur son petit défaut, surtout lorsque l’on considère sa durée.

Cohérent mais pas exempt de différences pour autant. ‘Waves’ chanté à deux voix par Cammie Gilbert du groupe Ocean Of Slumber et Daniel, est à tomber par terre. Neuf minutes d’abord cinématiques post-rock qui vont crescendo, constitue un des moments forts de cet album. Mais j’avoue, j’adore la voix et le timbre de Cammie.

‘Celestial’ avec Gogo Melone, du groupe Luna Obscura, m’a également tapé dans l’œil avec son écriture proche de la musique d’Anathema.

Post-rock ambiant et voix éthérées habitent des morceaux de sept à douze minutes. Des titres qui offrent un agréable fond sonore mais qui manque de caractère pour maintenir une écoute attentive. Quelques bordées de growl auraient sans doute donné plus de relief à Aurora.

Aurora est une une collection de très belles voix féminines sur du post-rock atmosphérique. Mais pour que la collection soit complète et que l’album ne devienne cultissime pour certains metal geek, il aurait fallu inviter Anneke, Floor, Marcela ou Jo Beth à chanter.

Pour la musique, Daniel donne dans le post-rock avec de beaux traits de guitares, parfois floydien, une batterie assez discrète, des volutes de claviers et des chœurs évanescents. 

Daniel recommande de l’écouter du début à la fin, au casque, les yeux fermés, comme une méditation musicale censée apaiser celui qui l’écoute. Faites gaffe cependant à ne pas vous endormir quand même. Une heure dix de musique apaisante, les yeux fermés, j’appelle ça une très grosse sieste.

Teeshirt : Pain of Salvation

Music For Messier – Alien Planet

Image

Alien Planet est un album de musique instrumentale cinématique ambiante, un peu post-rock simplifiée, un peu space-rock épuré. Une sorte de BO pour documentaires animaliers sur la 5.

Music for Messier est un des multiples projets solo du mystérieux hongrois Istvan Csarnogursky dont on connaît bien peu de choses, hormis le fait qu’il n’en est pas à son coup d’essai avec Alien Planet.

Il joue et compose également pour les projets Black Hill, Silent Island, Realm of Wolves et White Cube, qui, il faut bien l’avouer, se ressemblent tous un petit peu en fait.

Alien Planet invite à l’exploration spatiale en trente minutes et sept mouvements contemplatifs qui conviennent parfaitement comme fond sonore, pour un JDR par exemple.

Alors pourquoi en parler ici, si c’est si minimaliste ? Parce que malgré son apparente simplicité, Alien Planet tourne régulièrement à la maison ainsi qu’au travail depuis quelques mois. Un support sonore à d’autres activités comme la lecture, la tenue du blog ou le développement de photos.

La pochette de Lev Stavitskiy aurait pu illustrer Alien, le huitième passager, le film de Ridley Scott. Un satellite de glace noire gravite autour d’une géante gazeuse bleue semblable à Neptune. Une image belle et froide qui colle à la musique.

Les morceaux rappellent la voûte céleste où scintillent les étoiles. Des nappes sombres de claviers percés de notes claires de guitares, de longues notes médium sur une basse inquiétante. Une musique qui se rapproche de l’univers de Birdy ou de la Dernière tentation du Christ de Peter Gabriel, mais en nettement plus épuré.

Music for Messier se répète, usant d’une palette minimaliste de sons et notes. Une manière de laisser l’esprit libre de divaguer sans vraiment lui imposer un univers.

Alien Planet n’est pas le genre d’album dont on fera une habitude. Il sera peut-être rapidement oublié. Mais écoutez-le lorsque vous voudrez reposer vos neurones. Installez-vous confortablement dans un canapé en lisant les aventures du pilote Pirx de Stanislas Lem tout  en écoutant Music for Messier. Vous verrez, c’est bien agréable.

Teeshirt : Kino

Vola – Live From The Pool

Image

Un live sans public n’est pas tout à fait un live. Il lui manque l’énergie restituée par la foule en délire. 

Mais depuis quelques temps, jouer devant des milliers de personnes relève de l’impossible. Les salles annulent, les frontières se ferment, les musiciens tombent malades et les groupies portent des masques.

Alors finalement, enregistrer un concert en studio, ça n’est pas si mal, d’autant que le son sera de bien meilleure qualité.

C’est au fond de la piscine désaffectée d’une base militaire au Danemark, que Vola joue treize titres de leur discographie metal progressive. Un live capté sans la foule en délire et immortalisé en digital, CD, Blu Ray et vinyles translucides.

Si Witness ne m’avait pas totalement convaincu contrairement à applause of a distant crowd, j’étais impatient de les découvrir en concert.

Live from the pool comble en partie cette attente. Le tee shirt, le sweat, le pins et le Blu Ray permettent de s’offrir un show à la maison sans port du masque. Les vinyles menthe à l’eau quant à eux, seront réservés pour des écoutes plus audiophiles.

Ici le jeu de Vola gagne en mordant et les titres diffèrent quelque peu des versions studio. De même, la voix de Asger n’est pas aussi lisse, cédant à quelques délicieuses imperfections ici où là. 

Ce live possède nettement plus de caractère que leur dernier disque.

Les albums applause of a distant crowd et Witness sont à l’honneur avec cinq titres chacun mais Inmazes n’est pas oublié pour autant avec trois morceaux joués. Un bel échantillon musical du meilleur de Vola, djent metal électro progressif avec même du slam.

La production est soignée et le pressage des vinyles de belle facture. Des pièces agencées de telle manière que l’on croit presque écouter un nouvel album studio. 

Restent les images.

Après une longue mise en place de la piscine en timelapse, la crise d’épilepsie peut commencer. Car avec un bassin rempli de tubes RGB LED parcouru de lasers, le cerveau ne pense plus que de manière stroboscopique.

Les titres ne sont pas enchaînés comme lors concert et il ne s’agit probablement pas d’une prise unique mais plutôt de multiples séquences mises bout à bout. Pour le live, on repassera.

Les caméras sont inventives mais pas toujours très fluides et certains plans sont franchement maladroits sans parler de l’image qui n’est pas très belle.

Bref visuellement c’est froid, brumeux, stroboscopique et assez amateur lorsque l’on considère qu’ils auraient pu réaliser de nombreuses prises pour ce Blu Ray.

Alors si l’audio est franchement enthousiasmant, la vidéo, elle, laisse à désirer. 

Il manque à ce live de la bière qui gicle sur les photographes, l’allemand de deux mètres qui bouche la vue et surtout les interactions avec le public.

N’empêche, je ne peux que vous recommander ce Live From The Pool, du moins pour le son et le sweat. C’est une très belle manière de découvrir Vola et de se réconcilier avec Witness. Au fait, il est sur Bandcamp si vous voulez l’écouter.

Sweatshirt : Vola

The Return

Image

Alors oui, après près d’une année sans Facebook, je suis revenu sur ce réseau social que je déteste tant. J’en ai même profité pour rejoindre Instagram. Une vraie crise sociale en fait.

Pourquoi se revirement ? Une des raisons principales est de faire la promotion des Chroniques en Images sur une page dédiée, car FB est une magnifique machine pour se faire connaître et étant donné le score minable des vidéos, il fallait faire quelque chose d’urgence.

Ensuite, en quittant Messenger, j’avais perdu contact avec des amis et des membres de ma famille. Bizarrement je suis plus à l’aise avec Messenger qu’avec le téléphone. De plus Elon Musk a racheté Twitter, c’est flippant.

Enfin, pour suivre l’actualité musicale, Facebook est un excellent média, il faut bien l’avouer. Presque tous les groupes que j’écoute possèdent une page ou un compte.

Le défaut du réseau social de Zuckerberg, c’est quand même l’épouvantable concentration d’imbéciles qui racontent n’importe quoi et qui commentent à tout-vat.

Alors se réinscrire en plein conflit ukrainien et deux jours avant le second tour des élections présidentielles, ce n’était pas forcément très malin. 

J’ai retrouvé des amis qui ne m’en ont même pas voulu de les avoir laissé tomber pendant un an, mes nièces adorées et même mon épouse que j’aperçois quelques heures par semaine. Il n’a pas fallu plus d’une heure de présence sur Facebook pour qu’un label musical me contacte via Messenger, et une semaine pour le second. Encore un point qu’il va falloir bien surveiller de près car je n’ai pas l’intention de replonger dans la promotion musicale. J’ai donné.

Je n’ai pas non plus tardé à partager sur ma page un dessin rigolo concernant les élections, comme quoi les mauvaises habitudes ont la vie dure. Il va falloir que je me discipline sérieusement.

Les réseaux sociaux et moi c’est compliqué, sauf avec Twitter et Flickr sur lesquels je n’ai jamais été vraiment ennuyé, si on excepte ma rencontre avec les lobbyistes de la filière nucléaire.

Une fois par semaine, je publierai la Chronique en Image sur la page Facebook. Après deux semaines et quelques abonnés, cela fait déjà remonter les vues et j’ai gagné deux nouveaux followers sur Youtube. Après une année d’expérimentation, les vues ne décollent guère au delà de quinze par semaine, sauf de rares exceptions comme Marillion ou Cris Luna. Alors c’est décidé, je vais promouvoir les vidéos.

Envy Of None

Image

Lorsque sur la page Bandcamp du label est apparue la pochette bleue de ces deux infirmières au look fifties et leurs pilules géantes posées sur des plateaux ronds, j’ai été intrigué. 

Le titre électro pop proposé en accroche était bien loin de mes affinités musicales mais cela ne m’a pas empêché de mettre l’album de côté pour une écoute ultérieure. Je suis de nature joueuse en fait.

Lorsque Envy Of None est enfin sorti le huit avril, je l’ai écouté une fois et commandé juste après. 

Ce sont la voix feutrée de Maiah et la dream pop atmosphérique qui m’ont séduites. C’est bien après que j’ai découvert que Envy Of None était une collaboration de Alex Lifeson, de le guitariste de Rush, de Andy Curran, le chanteur et bassiste de Coney Hatch, de la chanteuse Maiah Wynne et de Alfio Annibalini.

Pourtant Envy Of None ne ressemble en rien à du Rush, du Coney Hatch ou du Philip Sayce Group. Andy compare leur travail à du Massive Attack électronique influencé par Nine Inch Nails.

Il devrait y avoir tout ce que je déteste dans leur musique. Des titres très courts, des sons électroniques, une batterie minimaliste, pas d’instrumental sorti de ‘Western Sunset’ et pourtant Envy Of None est en passe de rejoindre mon top 2022. Ceci dit, il y a des relent floydiens ici où là et j’ai toujours aimé Massive Attack.

Si le premier titre, ‘Never Said I Love You’ donne dans le poum poum tchack, ne vous arrêtez pas là. Poursuivez l’exploration. Soyez curieux. Vous verrez. Le ‘Look Inside’ soyeux, envoûtant au chant éthéré, devrait vous surprendre. 

Et puis écoutez le puissant ‘Dog’s Life’. Je suis certain qu’il vous rappellera les jeunes années de Peter Gabriel en solitaire avec sa guitare frippienne comme le ‘Kabul Blues’ vous ramènera à The Wall.

Si je ne devais mettre qu’un titre en avant sur les onze présents dans cet album, ce serait sans doute ‘Enemy’ à l’atmosphère particulièrement réussie. Mais autant le dire tout de go, cet album est un sans faute de bout en bout.

Va-t-il continuer à me séduire écoute après écoute moi qui aime la complexité progressive et le poutrage metal, je ne saurai le dire pour l’instant. On verra s’il figure dans mon top 3 2022.

Teeshirt : Kino

Moon Halo – Together Again

Image

Si j’écoute Moon Halo, c’est principalement parce que Marc Atkinson, le chanteur du groupe, figure dans mon top ten vocal.

J’ai connu Marc avec Nine Stone Close puis en solo, avec Riversea et enfin dans Moon Halo.

Leur premier album Chroma ne m’avait pas emballé outre mesure, justement parce qu’il était plus pop rock que progressif. C’est également le cas du second, intitulé Together Again, mais cette fois j’étais préparé psychologiquement.

Et comment résister à la pochette signée Maurice Bishop, cet arbre rouge dans un ciel bleu qui porte une balançoire ?

Together Again, ce sont treize titres sur lesquels jouent et chantent Marc Atkinson, Ian Jennings, David Clements, Alex Cromarty, Martin Ledger et Anne-Marie Helden.

Les claviers sonnent eighties, la rythmique est un peu trop disco à mon goût, la batterie pourrait presque être programmée, les guitares rappellent d’autres groupes comme Pink Floyd ou Dire Straits, les titres possèdent des formats resserrés et pourtant le CD passe en boucle sur ma chaîne depuis son arrivée. Un tour de magie qui tient à la douceur de la voix de Marc mais également à des compositions habilement écrites.

Il faut dire que certaines pièces comme ‘If This Is All There Is’ rappellent Peter Gabriel ou Fish dans ‘Life Goes On’. ‘Wasteland’ est probablement le morceau de facture le plus progressif et dans mes préférées il y a ‘Stories To Tell’ au superbe solo de guitare.

Tout n’est pas parfait cependant. Dans ‘It Was You’ qui débute et s’achève comme un quarante-cinq tour, j’ai l’impression d’entendre un chat miauler dans le fond pendant le refrain, à moins qu’il ne s’agisse de claviers malheureux.

Comme son titre l’indique, Together Again est un album au message étonnamment positif en ces temps sombres, des textes remplis d’espoir, d’amour, qui parle de la vie, de retrouvailles, des générations, exception faite de ‘It Was You’ et ‘The Sandman Is Waiting’ aux atmosphères plus lourdes.

Together Again ne figurera sans doute pas dans la liste des albums de l’année mais il aura une place toute particulière dans ma discographie, le genre de disque que l’on déguste avec plaisir lorsque l’on désire s’aérer la tête. Allez le découvrir, il est sur Bandcamp.

Teeshirt : Aisles

Karfagen – Land of Green and Gold

Image

Vous le savez sans doute, l’armée russe est entrée en Ukraine le 24 février dernier et depuis, des millions d’habitants fuient les villes bombardées, pour se réfugier en Europe et ailleurs.

Antony Kalugin (Sunchild, Akko, Hoggwash et Karfagen) compte parmi ces réfugiés et comme je suis sa carrière depuis assez longtemps, j’ai commandé il y a peu son album Land of Green and Gold. Ma manière de soutenir l’Ukraine contre l’envahisseur.

Je n’ai pas encore totalement compris les enjeux de l’invasion russe en Ukraine je l’avoue. Je suis un gros nullos en géopolitique. Mais une guerre aux frontières de l’Europe, ça fait froid dans le dos. Surtout lorsque l’agresseur dispose du plus gros arsenal nucléaire mondial. Et puis d’instinct, j’ai tendance à défendre le petit poisson contre le gros requin.

Parlons musique si vous le voulez bien, malgré cette actualité explosive. On est là pour ça non ? Karfagen est un projet quasi instrumental de rock progressif symphonique à tendance néo-prog. Un projet avec profusion de claviers pas toujours très vintages, joués par Antony.

Sept musiciens jouent aux côtés d’Anthony, ajoutant aux claviers, flûte, accordéon, saxophones, basses, guitares et batterie. Dix neufs titres qui voyagent du prog symphonique à la fusion, de l’art rock au canterbury en passant par le néo-prog. Un programme varié, indispensable pour ne pas tourner en rond sur ces deux disques.

‘Garden of Hope’ en deux parties est l’unique titre chanté de l’album avec ‘The Blossom’ présent sur le disque bonus. D’habitude j’apprécie les instrumentaux qui cassent le rythme des albums trop chantés. Ici c’est exactement la même chose, mais à l’inverse. Vous voyez ce que je veux dire ?

Le disque bonus n’est pas composé de rushs d’enregistrements mal fichus. Il propose de très belles pièces comme ‘Horizons Part 1’ où la guitare d’Andrey rappelle les sonorités de Steve Hackett. Ces bonus sont d’ailleurs nettement moins fusion que l’album Land of Green and Gold, des pièces plus proches du rétro prog et cela convient assez bien à mes oreilles.

J’aime particulièrement ‘Pastoral’, ‘Land of Gold’, ‘Horizons Part 1’, ‘Shape of Green’ et ‘The Blossom’. Vous noterez au passage que je préfère nettement plus le disque bonus à l’album original en fait. Personne n’est parfait.

Le principal reproche que je fais à Karfagen, c’est le choix du synthé numériques au lieu de claviers analogiques qui possèdent à mon avis nettement plus de chaleur. Land of Green and Gold s’écoute plus en musique de fond que le casque vissé aux oreilles à décortiquer les mesures, enfin pour moi. Après, je m’en doutais un peu en commandant l’album. 

Mais comme dit plus haut, il s’agit d’une chronique militante. Alors si vous n’avez pas de place pour accueillir chez vous une jeune ukrainienne, ou que votre femme n’est pas d’accord, vous pouvez les soutenir en achetant Land of Green and Gold, l’album est sur Bandcamp.

Teeshirt : Transatlantic

JPL – Sapiens 3/3 Actum

Image

Aujourd’hui je voudrais vous parler d’un triptyque sur l’homosapiens commencé en 2020. Il ne s’agit pas du livre Le Savant, le fossile et le prince de Yves Copens, mais de trois albums de l’ancien chanteur et guitariste de notre défunt groupe de prog national, Némo.

Sapiens est un concept album sorti en trois temps : tout d’abord Exordium en février 2020, puis Deus Ex Machina en février 2021 et enfin Actum en mars de cette année. Rassurez-vous, si vous n’avez pas choisi Latin comme langue morte en quatrième, Jean-Pierre Louveton chante ici en français. 

Sapiens raconte une histoire qui parle de l’humanité de manière assez pessimiste, il faut bien l’avouer. Jean-Pierre a toujours écrit des paroles fortes et engagées, dénonçant la folie des hommes, la toute puissance de l’informatique, les ravages de la surconsommation de masse et les politiques totalitaires. Cette fois il a consacré trois albums à l’humanité, et par chance, il ne s’agit que de science-fiction. Mais prudence tout de même, dans science-fiction, il y a le mot science.

D’abord plus proche du prog fusion de haut vol avec Némo, Jean-Pierre, en solo avec JPL, est revenu vers le rock et aujourd’hui il ose tous les genres, du symphonique au folk en passant par le rock progressif et le jazz.

Ce qui ne change pas, c’est sa manière de chanter. Il n’aurait probablement jamais été sélectionné pour The Voice, même si je ne le vois pas auditionner pour ce genre d’émission. Après, cette voix particulière donne une fragilité et une colère froide qui colle à merveille aux textes.

Si JPL est un guitariste, Actum ne joue pas du manche et vous entendrez les claviers de son compère Guillaume Fontaine, la batterie de Jean-Baptiste Itier et de Florent Ville, la basse de Didier Vernet, une vielle à roue, un saxophone ainsi que du piano.

Si vous plongez dans le livret, superbement illustré par Stan, qui rappelle les pochettes de Yes, vous découvrirez des textes sombres dans des décors extraterrestres. L’homme ayant détruit sa planète remet son destin entre les mains de la machine, un choix qui le conduira à sa perte dans le troisième volet de Sapiens.

De tous les morceaux de Actum, mon préféré s’intitule ‘Dansez maintenant’. Cinq minutes douze débutant par un phrasé assez inhabituel pour JPL soutenu par les percussions de Jean-Baptiste. Le titre s’embarque plus loin dans un folk médiéval où la guitare électrique de Jean-Pierre Louveton rencontre la vielle à roue de Marguerite Miallier.

Difficile de passer sous silence le morceau final qui dépasse les vingt minutes, vingt-trois et une seconde pour être précis, cinq parties avec ‘Paria’ qui s’offre un passage jazzy sur le saxophone de Sylvian Haon.

Actum clôt la trilogie de Sapiens. Un album relativement raccord avec les deux précédents qui possède les mêmes qualités mais également les mêmes défauts. Sa production serait perfectible avec son rendu assez confus et métallique et les orchestrations, comme dans ‘Marche vers l’inconnu’, me semblent toujours un peu légères. Après, tout le monde n’écoute pas les œuvres symphonique de Stravinsky ou Rachmaninov entre deux albums de rock.

Teeshirt : Cloud Cuckoo Land

Soulsplitter – Connection

Image

On ne peut pas dire que les musiques dansantes et festives soient ma tasse de thé. Samba, funk, disco et électro ne figurent pas en bonne place dans mes listes de lecture. Paradoxalement, j’adore lorsque le metal intègre à petite dose quelques-unes de leurs composantes dans les morceaux. 

Je ne sais plus qui a partagé l’album Connection sur Twitter. Peut-être Launis, Daz ou Marillion073, qu’importe, je l’en remercie vivement.

Je ne me souviens pas plus d’où je connais le groupe Soulsplitter, et ça, ça m’angoisse beaucoup plus, car j’ai déjà dû les croiser quelque part, peut-être chez eux en Allemagne. J’ai même certainement écouté leur album Salutgenesis sorti en 2019, enfin, je crois, car il ne m’a pas laissé de souvenir impérissable.

Qu’importe. Lorsque je suis tombé sur l’album Connection, le nom du groupe a réveillé quelque chose dans mon crâne et je suis allé l’écouter sur Bandcamp. 

On parle ici de sept morceaux de quatre à sept minutes de metal progressif où se dessinent de légères touches latino, classique et électro. Un metal qui explore de multiples dimensions sonores de manière assez subtile.

Avec une basse ronde et dansante signée Felix, une batterie souvent éblouissante tenue par Fenix, la belle voix claire de Sami qui s’égare parfois dans le growl, la guitare mutante de Simon, du piano joué par Lewin et les synthés de Johannes, le chant de Viktorija, les trompettes de Jan et Maximilian et les cordes du Norddeutsch Sinfonietta, il y a beaucoup de monde sur cet album et cela s’entend.

Etrangement, si j’aime beaucoup Connection, je n’ai pas grand chose à en dire. ‘Disconnected’ sonne latino, ‘Glass Bridge’ néo classique, ‘Incineration’ growle comme il faut, ‘Erosion’ mêle aérien, metal et cordes avec brillo, ‘Thrive’ donne dans l’épique fabuleusement maitrisé, ‘Gratitude’ propose un instrumental de haut vol à la frontière de la fusion latino et ‘Reconnected’, le titre le plus long de l’album, après sa splendide ouverture au piano, repart dans un metal prog grandiloquent qui s’achève sur un ensemble à cordes.

Avec Connection, Soulsplitter nous livre une quarantaine de minutes de metal progressif assez classique que je vous recommande pourtant chaudement. Allez l’écouter, il est sur Bandcamp.

Teeshirt : Collapse

Wilderun – epigone

Image

Comme beaucoup de monde, je lis et j’écoute les avis de chroniqueurs sur la toile pour découvrir de nouveaux albums. 

Grâce à eux, je tombe parfois sur des trésors insoupçonnables dont je ne parle pas forcément ici. Le rythme d’une vidéo par semaine ne me permet plus de tout relayer. Et pourquoi le faire d’ailleurs, puisque d’autres s’en sont chargés ?

Mais tout règlement comporte des exceptions, sinon ça ne serait pas drôle. Et une fois n’est pas coutume, je vais rebondir sur la chronique d’Alias publiée le 22 février dernier, celle d’Epigone du groupe Wilderun.

Je connaissais déjà le groupe grâce, encore une fois, à ses soins mais j’avais manqué la sortie de leur quatrième album chez Mascot Records.

En regardant la superbe pochette de Kim Keever, je pourrais me lancer dans une nephanalyse exhaustive : cirrus, cumulonimbus, pannus, cumulus fractus, altocumulus castelanus, il y en a pour tous les goûts dans ce ciel chaotique. Pourtant il n’est assurément pas question de météorologie dans cet album, Epigone signifie le successeur. Ne m’en demandez pas plus, je n’ai pas encore exploré les textes.

Le disque de soixante-six minutes et quarante secondes contient neuf morceaux ainsi qu’une reprise de Radiohead, celle de ‘Everything in its right place’ tirée de leur album Kid A sorti en l’an 2000.

De l’acoustique qui côtoie le growl, du metal qui joue à l’expérimental, du jazz à la manière progressive et un dosage entre gros poutrage, symphonique et dentelle acoustique qui frise la perfection.

Le second titre de l’album reflète bien cette profusion de styles, tout à la fois symphonique, metal, acoustique, jazzy, lyrique, cinématique et expérimental pendant pas loin d’un quart d’heure. Un savant assemblage qui semble complètement naturel lorsque l’on l’écoute. 

Un peu Haken, un peu Porcupine Tree, un peu Dream Theater, Wilderun possède toutefois une patte unique dans la mouvance metal progressif. Une qualité rare pour un genre musical assez sclérosé depuis des années. 

Mais rassurez-vous, Wilderun sait également allez droit au but comme dans ‘passenger’, un titre metal progressif à chant clair et growl avec des chœurs et quelques envolées symphoniques. Oui, je sais. Dit comme ça, ça peut sembler un titre complexe, surtout avec ses dix minutes. Mais bon.

Il est vrai aussi, qu’avec des pistes instrumentales comme ‘ambition’ ou ‘distraction nulla’, à la frontière du cinématique et de l’expérimental, certains pourraient prendre peur. Pour ma part, je trouve ces interludes terrifiants et géniaux à la fois, tout particulièrement le dernier.

Tout ça pour dire que Wilderun est un groupe incroyable et que epigone va rejoindre la liste des albums qui seront probablement sur mon podium 2022, à côté de metanioa de Persefone.

Teeshirt : Pain Of Salvation