Test : AirPods 2 contre Grado SR325

Image

Aujourd’hui, je vous propose de comparer deux casques de technologies radicalement différentes. Les AirPods deuxième génération et le casque Grado SR325.

Les AirPods 2 sont des écouteurs Bluetooth de la marque Apple. Ils sont devenus quasi indispensables pour écouter de la musique sur les nouveaux iPhones et peuvent fonctionner également sur votre Mac. Ils tiennent dans un petite boite que l’on peut ranger dans une poche et qui sert également de chargeur. Leur utilisation est très simple avec un iPhone qui les reconnait immédiatement, à peine plus complexe pour un Mac.

Confort : ces écouteurs en plastique blanc font rapidement mal aux oreilles, on peut dire carrément inconfortables, encore que cela doit dépendre des oreilles.

Utilisation : la mise en route et l’arrêt sont automatiques et en couplant « Dit SIRI » avec l’utilisation des AirPods, il est enfantin de modifier le volume, changer de morceau ou de playlist.

Qualité sonore : vous aimez la bouillie suraiguë ?

Prix130 euros
Poids8 grammes
TechnologieBluetooth
Autonomie5 heures

Le casque Grado SR325 est un casque filaire audiophile à brancher sur une chaîne hifi, de préférence sur un ampli casque. Il ne rentre pas dans la poche et ne peut pas se connecter à un iPhone. En plus il coûte une blinde.

Confort : les coussinets en mousse chauffent rapidement les oreilles mais cela reste supportable pendant une heure, pas beaucoup plus longtemps.

Utilisation : à proximité de la chaîne, le cable fait deux mètres de long, il faut utiliser la télécommande de la Hifi pour régler le volume et changer de piste et pour un vinyle, il faut retourner le disque, l’enfer !

Qualité sonore : magnifique

Prix400 euros
Poids300 grammes
TechnologieFilaire jack 6,35 mm
AutonomieTant qu’il y a du courant dans la maison

Conclusion

J’avais besoin d’un casque pour mon nouvel iPhone SE 3. Je suis allé en boutique tester différents modèles BlueTooth, de Bose à Philipps et passant par Marshall et JBL. Ils m’ont tous déçu, trop de basses, son qui bave et j’en passe pour des modèles dont les prix sont supérieurs à 300 euros. Alors je me suis dit, pourquoi pas prendre des AirPods, c’est la marque Apple, c’est petit, c’est pratique et moins cher.

Le son est vraiment merdique, perché dans les aiguës et brouillon à souhait. Par contre, je peux lancer de la musique sur le Mac et l’écouter dans toute la maison sans déranger personne, si ce n’est mes oreilles. En fait, étant donné leur qualité sonore, les AirPod sont parfait pour passer l’aspirateur ou tondre la pelouse. Les AirPods sont également pratiques pour bosser sur le montage des vidéo et pour écouter des podcasts sur YouTube.

Pour écouter de la musique et me faire plaisir sans réveiller toute la maison, je branche le casque Grado sur la chaîne. J’ai acheté une rallonge pour pouvoir m’installer confortablement dans le canapé, goûter à toute la palette des couleurs de l’album et faire plaisir à mes oreilles délicates.

Un conseil, arrêtez de bousiller vos tympans avec du son mp3 et des écouteurs de mauvaise qualité audio. La musique, cela s’écoute en analogique, installé confortabelement dans une pièce au calme.

Severance

Image

Souvent je rêve de rentrer à la maison le soir sans aucun souvenir de ma journée de travail. Et certains jours, concentrés devant l’écran de mon ordinateur, j’aimerais ne pas être perturbé par les soucis domestiques.

La société Lumon Industries semble avoir trouvé la solution à mon problème : la dissociation. Les souvenirs de certains de leurs employés, les dissociés, sont compartimentés entre vie privée et travail, avec aucune passerelle entre les deux. A la maison, l’employé ignore totalement ce qu’il fait pour son entreprise, au travail, il n’a aucun souvenir de ses loisirs.

Une courte opération du cerveau en pleine conscience, à la perceuse électrique, trépanation et installation d’un implant dans le cerveau, au niveau du lobe frontal, et vous pouvez travailler pour Lumon Industries. Mais faites attention tout de même, l’opération est irréversible.

La nouvelle série Apple TV Severance raconte donc cette étrange dissociation, celle de Mark Scout et ses trois collègues qui travaillent pour Lumon Industries, un travail assez étrange d’ailleurs dont les employés ne comprennent pas vraiment le sens, presque aussi mystérieux que les règles régissant leur entreprise.

L’univers visuel de Severance joue d’anachronismes, des ordinateurs de première génération qui côtoient des smartphones, une architecture communiste et des voitures américaines, des labyrinthes de couloirs et des personnages de cire tout droit sortis du musée Grévin. 

Mark s’accommode très bien de la dissociation après avoir perdu sa femme dans un accident de voiture. Mais Helly, la petite nouvelle, se rebelle contre sa demie existence et n’aspire qu’à démissionner. 

On ne quitte pas Lumon Industries sans l’accord de son alter égo qui vit à l’air libre même si le processus de dissociation semble réversible. Mais à quel prix ?

Severance est une série intrigante où il ne se passe pas grand chose, un huis clos professionnel assez déroutant suivi de scènes de la vie quotidienne misérable de Mark, un homme brisé, que la venue d’un ancien collègue et ami va bouleverser. 

Vous allez plonger dans univers à la Big Brother, souvent décalé, peuplé de personnages inquiétants, de bureaux déserts, de règlements absurdes, de salle de coupure, avec ses exters, ses inters, son ascenseur, le labyrinthe de couloirs et ses réunions avec la direction silencieuse.

Severance est une des meilleures séries Apple TV que j’ai pu voir, et pourtant dans l’ensemble, leur catalogue est déjà de très haut niveau. Alors vous savez ce qu’il vous reste à faire.

Des fois je vois rouge

Image

Vous souvenez-vous des premiers films de Pixar, avant qu’ils ne soient rachetés par l’oncle Picsou ? Des dessins animés en images de synthèse à mourrir de rire et au graphisme bluffant pour l’époque. 

Je viens de visionner Alerte Rouge, le dernier long métrage de la lampe de bureau. Un titre terriblement d’actualité quand on y réfléchit. L’histoire d’une pré ado en pleine transformation. Non pas celle là, une autre, sorte de métaphore lourdingue pour parler de la première. 

Meilin, la gamine chinoise de l’histoire, lorsqu’elle ressent fortes émotions, se transforme en vilain panda roux semant le chaos dans sa vie bien ordonnée. Élève exemplaire, petite chérie de sa maman, servante dévouée du temple de ses ancêtres, amie fidèle, elle écoute en cachette un boys band qui gâche la bande son du film. Comme toute les fille de son age, elle déborde également d’hormones pour un garçon boutonneux plus âgé qu’elle. 

Bref c’est une histoire pour pré-ados et clairement j’ai passé l’âge de ce genres de conneries. Je ne l’aurai sans doute jamais regardé s’il n’y avait eu auparavant Wall E, Indestructible, Schrek, Soul, Lucas et d’autres merveilles chez Pixar comme Monstre & Cie que je viens justement de revoir. Alors je lui ai donné sa chance. Hélas le studio n’en est pas à son coup d’essai avec le thème du passage de l’adolescence comme dans Vice-versa et Lucas qui sont tout de même nettement plus réussis.

J’ai quand même ri de bon cœur lors de la dernière épreuve qu’impose la mère de Meilin à sa fille afin de déterminer si elle contrôle son panda : la boite remplie de chatons trop trognons.

Bon, si comme moi vous êtes atteint du syndrome de rentabilisation de votre abonnement Disney +, vous pouvez regarder Alerte Rouge, lais je vous aurais prévenu.

Studio Line

Image

Mine de rien, enregistrer une vidéo de trois minutes une fois par semaine, cela demande une certaine organisation. 

Tout d’abord il faut écouter de la musique, au moins un album par semaine. Pour être honnête ce n’est pas la partie la plus désagréable du travail maintenant que je ne dirige plus un webzine de rock. En effet, je ne cherche plus à me torturer avec des disques improbables mais plutôt à me faire plaisir. J’écoute brièvement des albums, je jette mon dévolu sur celui qui me fait envie, je l’achète (j’adore acheter un album, même en numérique), puis je l’écoute avec délectation des jours durant sur ma platine, sublimé par mon ampli et des enceintes colones.

Après il faut quand même commencer à travailler, prendre des notes, retranscrire mes impressions, me documenter parfois, mettre tout ça en ordre et préparer le script. Un travail que je fais toujours avec un bloc note et un crayon. Je viens d’ailleurs de terminer un bloc A4 80 feuilles commencé à l’époque de Neoprog avec la chronique d’Osyron et noirci depuis en recto-verso.

Ensuite je retranscris ma prose sur l’ordinateur à l’aide d’un outil de publication partagé, une habitude conservée de l’époque du webzine. Je recherche également des images pour illustrer la vidéo et parfois je vais jusqu’à enregistrer une musique débile sur le clavier MIDI pour amuser la galerie, enfin, ça n’amuse vraiment que moi mais passons…

Vient ensuite la préparation à l’enregistrement. Je transfère la chronique d’internet vers une application sur la tablette de mon épouse. Cette application est un logiciel de prompteur qui me permet de faire défiler le texte devant moi en contrôlant la vitesse avec une télécommande. C’est de cette façon que je teste le texte, le débit et que je corrige le tir avant l’enregistrement. 

L’opération Studio Line peut alors commencer: brossage des dents , rasage de près avec, épilation des oreilles, des narines et des sourcils, nettoyage des lunettes et le coup de brosse de la semaine sur mes quinze millimètres de cheveux. 

Le plus fastidieux débute enfin. Il faut installer l’armature de l’écran vert et bien tendre le tissu. Deux trépieds, deux montants, un bout de chiffon, trois pinces et une grande barre en aluminium pour tendre la toile au sol. Il faut monter puis mettre en place les deux projecteurs LED. Deux trépieds à déployer, deux soufflets à ouvrir à l’aide de huit piquets peu maniables qui se fixent sur les deux LED. Il faut ensuite orienter correctement les projecteurs, brancher l’alimentation, régler leur puissance et souvent revenir vers l’écran vert dont l’éclairage puissant souligne les défauts. 

Ensuite j’installe le tabouret où je vais poser mon séant, bien centré, ni trop loin, ni trop près de l’écran pour profiter du flou de l’ouverture à f 2.8, pour limiter également les ombres portées et surtout les déplacements d’air faisant bouger la toile. 

Vient le tour du premier pied photo qui va supporter l’appareil et le prompteur. A part le centrage et son réglage en hauteur, rien de compliqué. Là ou cela se corse, c’est avec un prompteur à miroir sur lequel se fixe le boitier photo et son objectif 24-70 mm à 2.8. Il faut visser le boitier au rail du prompteur et glisser l’objectif dans le soufflet puis aligner parfaitement tout le monde et régler enfin le zoom sur à peu près 50 mm. Il faut installer la tablette sur le rail du prompteur et réaligner si besoin tout le système. Maintenant il faut brancher le micro cravate au boitier et installer un second pied et son porte smartphone pour supporter le smartphone qui me servira de retour vidéo et de contrôleur à distance de la caméra. Car oui, je n’ai pas de caméraman avec moi.

Les dernières étapes consistent à jumeler en le smartphone avec le boitier photo et la télécommande avec la tablette, allumer le micro, tester la prise de son, d’image, le défilement du prompteur et lancer enfin l’enregistrement qui dure une dizaine de minutes le plus souvent.

Une fois fini, je retire la carte SD de l’appareil photo et descend travailler au montage sur l’ordinateur avec le logiciel de montage. Une étape fastidieuse d’une heure environ maintenant qui s’achève par un fichier .mov de trois à quatre minutes qu’il va falloir importer sur YouTube.

Deux « j’aime » et vingt vues plus tard, la vie de cette vidéo va s’achever dans l’oubli après sept jours de travail. De temps en temps un nouvel abonné rejoint la chaine – quatre depuis le début – et accidentellement, une vidéo dépasse les soixante-dix vues.

Beaucoup de temps passé, beaucoup d’équipements utilisés pour un piètre résultat au final. 

Ce billet aurait pu être sponsorisé par Rega, Bluetooth, Sensodyne, Akai, Nikon, Manfrotto, Menhen, Cullmann, Apple, Scan Disk, Neewer, Gilette, Marrantz, Starblitz, Google, Triangle, Grados, Neeweer, Boya, Ikea, Combar, Rhodia, Osyron,  Garnier, Cambrige, Cullmann et le Crédit Mutuel.

Mais avec vingt vues quotidiennes, ça n’intéresse personne. Ceci dit, pour une fois, la vidéo de Marillion – An Hour Before It’s Dark casse la baraque avec pas loin de 250 vues depuis sa sortie lundi. L’exception qui confirme la règle en fait.

Acapulco

Acapulco fut longtemps le Saint Tropez américain, des plages de rêve, des hôtels de luxe, le paradis des vacances pour célébrités. 

Apple TV en a rêvé et diffuse depuis peu cette destination VIP aux abonnés de la chaîne sous forme d’une série en dix épisodes.

C’est une histoire qu’un homme qui a réussi dans la vie, raconte à son neveux en guise de cadeau d’anniversaire, l’histoire de sa vie. La vie d’un jeune mexicain des bas quartiers de la ville, qui rêvait de travailler dans l’hôtel de luxe rose où toutes les stars américaines venaient se reposer loin des médias. 

Et son rêve se réalise, il est embauché comme garçon de piscine à Las Colinas, l’hôtel sulfureux d’Acapulco. Et dès le premier jour, il tombe amoureux de la petite amie du fils de la propriétaire. 

La série, pleine de bons sentiments et d’humour, raconte les premiers pas du garçon et de son ami dans cet hôtel, la découverte d’un autre monde, l’histoire de certains personnages et les dessous d’un lieu réputé sulfureux. Une série très colorée de part ses personnages et ses décors, racontée à deux périodes, aujourd’hui et en 1984 avec les tubes de l’époque réinterprétés en espagnol.

Les personnages sont attachants comme leurs histoires, l’univers est dépaysant avec un délicieux parfum de nostalgie eithies. Et le contraste entre les clients, ces riches américains et le personnel, les pauvres mexicains, est intelligemment amené. Bref une série divertissante qui se regarde avec plaisir.

The Show Must Go On

Nous retrouvons Jennifer Aniston pour une seconde saison de The Morning Show. Surprise, elle joue toujours aussi mal, sur mimant ses réactions et émettant des borborytmes pour rendre crédibles ses émotions.

Mitch Kessler s’est fait virer, Alex revient à l’antenne, Bradley fait son coming out, Yanko est accusé de racisme. La saison deux s’intéresse plus aux personnages qu’aux rouages d’une matinale de grande écoute américaine. Et pour tout dire, c’est nettement moins bien, voir carrément barbant.

Le COVID-19 pointe son nez masqué quand Bradley découvre qu’elle aime une femme et que Mitch se morfond en exil dans une magnifique villa italienne au bord d’un grand lac, la même villa dans laquelle Vador culbuta la Princesse Amidala ? Possible.

Les primaires américaines battent leur plein et l’identité sexuelle comme les minorités sont au coeur du débat, surtout avec ce gros con de Trump en lice. Au milieu de tout ça, un bouquin va sortir sur l’affaire Mitch Kessler (voir la saison une) et certains s’interrogent sur ce qui a été écrit dedans, surtout Alex qui revient sur le devant de la scène et qui redoute de voir son nom associé à celui de Mitch.

On a été jusqu’au bout en mémoire de l’excellente première saison mais franchement ne commettez pas cette erreur. Cette saison 2 fut d’un ennui profond, particulièrement le dernier épisode où Alex, à peine revenue d’Italie, développe tous les symptômes du COVID-19. Pathétique !

Dépendance

Image

Mercredi, sur l’autoroute entre Troyes et Reims, j’ai réalisé que mon iPhone perso était resté à l’aéroport de Barberey St Sulpice. Damned ! Je l’avais branché pour une recharge d’urgence avant de reprendre la route. Sauf qu’au moment du départ, je l’ai oublié, chose qui ne m’étais jamais arrivé auparavant.

Comme je prenais le TGV à Champagne Ardennes peut après pour rentrer sur Strasbourg, je n’avais plus le temps de revenir le récupérer, alors j’ai demandé à mes collègues s’ils pouvaient me l’expédier à la maison.

Par chance mon billet de train se trouvait sur ma boîte mail professionnelle, dans mon téléphone du travail. Ouf !

Billet ? Train ? Damned, mon passe sanitaire, lui se trouvait dans mon application AntiCovid située dans l’autre portable et je ne disposais pas de la version papier du précieux sésame.

J’ai donc sollicité à nouveau mon collègue pour qu’il m’envoie une capture d’écran du QR Code magique par mail afin de pouvoir monter dans le TGV. Ce ne fut d’ailleurs pas simple. Allez expliquer les subtilités d’iOS à un utilisateur Androïd. L’enfer !

L’heure et demi passé dans le TGV fut très longue malgré un bouquin. J’ai pris la fâcheuse habitude de consulter Twitter régulièrement, de lire mes emails, de me balader sur Flickr pour regarder des photographie, d’aller sur Google Actualité savoir où nous en sommes de la troisième vaccination et prendre des notes pour mes prochains billets d’humeur.

Arrivé à la gare mercredi soir, je n’ai pas pu contacter mon épouse malgré mon second téléphone, je n’avais pas son numéro portable en tête et encore moins le fixe. J’ai donc pris le tram pour rentrer dans la nuit noire glaciale.

Le jeudi, au travail, je me suis senti tout nu sans mon smartphone, non pas qu’il me soit nécessaire pour travailler, mais sa présence rassurante dans ma poche droite me manquait. Alors j’ai ouvert des onglets Gmail, Twitter, Flickr, Google sur mon ordinateur, au milieu des applications web métier, rien que pour ma rassurer d’exister encore.

Le vendredi matin, Fedex aurait dû livrer le précieux iPhone à la maison.

Depuis mercredi, je me retrouvais sans compte bancaire, téléphone, mail, suivi de migraine, bibliothèque photo, tickets restaurant, GPS, télécommande Nikon, Analytics, actualités, messages, Twitter, musique et surtout mes brouillons d’articles pour le blog. Mon dieu ! Qu’aillais-je publier la semaine prochaine. J’étais perdu !

Perdu, parce que je n’utilise pas le Cloud et que les 16 Go de cet iPhone SE ancienne version contient une grande partie de ma vie numérique. 

Comment peut-on devenir aussi dépendant à un tel objet ?

Vendredi midi je recevais un message sur ma boite pro pour m’annoncer que mon paquet avait été déposé dans un point relais à deux kilomètres de la maison. La haine ! J’avais poireauté toute la matinée à attendre le colis dans le salon afin d’être certain de ne pas manquer le livreur. J’ai pris mon vélo et j’ai foncé dans la bises pour récupérer mon précieux. 

Hélas, le colis n’était pas là bas non plus. Mon téléphone doudou, lien indispensable avec mon univers numérique plus riche que le réel était-il perdu ? 

J’ai installé en catastrophe SnapBridge, Gmail, Flickr, Twitter sur l’autre smartphone histoire de survivre. Malgré ça, il me manquait encore une très grande partie de moi même. 

Heureusement, vers 16h, l’employé Fedex a terminé sa sieste et déposé mon paquet  vec six heures de retard au point relais. Je repris le vélo, foncé dans le froid, affronté la circulation du vendredi soir et retrouvé mon sex toy à qui il ne restait plus que 1% d’autonomie avant de mourir.

Il est au chaud, près de moi, à la maison, se gavant d’énergie nucléaire. C’est promis mon chéri, je ne t’oublierais plus sur une table  étrangère.

Demain, je commence une thérapie de désintoxication numérique, histoire de mieux gérer le jour où une éruption solaire créera un black out.

Bien vu l’aveugle !

Image

Au tout début de notre abonnement Apple TV+, nous avions commencé la série See avec Jason Momoa, vous savez la grosse brute de Stargate Atlantis. 

Si les visuels de cette série sont vraiment époustouflants, elle parle cependant d’un peuple aveugle… Un monde post apocalyptique où l’humanité a perdu la vue. C’est beau mais c’est chiant et nous avons arrêté rapidement.

Mais comme mon épouse fricote trois fois par semaine avec des musiciens, à moins que ce ne soit avec un alien en chaleur, je me retrouve tout seul devant l’écran une bonne partie de la semaine. Et pour éviter de lui voler des séries sympas, je regarde celles que nous avons abandonné en route. C’est beau l’amour.

J’ai donc repris See au sixième épisode après avoir fini la seconde saison de The Orville. L’histoire parle d’un clan d’aveugles où naissent deux faux jumeaux voyants, des enfants sorciers pourchassés par la méchante reine. Non ce n’est pas Blanche Neige.

Les épisodes oscillent entre post apocalyptique, heroic fantasy, dystopie et baston, oui faut bien donner quelque chose à faire à Jason. Un univers non voyant pas forcément très crédible, surtout les combats en aveugle, bâti sur les ruines de notre monde. 

Les personnages les plus fouillés sont la reine complètement dingue et son général pourchasseur d’hérétiques. Baba Voss, le père adoptif des jumeaux, incarné par Mamoa ne brille pas par son interprétation, son épouse Magra (attention spoiler, la soeur de la reine), est assez peu convaincante, Haniwa la jumelle est pas mal (interprétez ça comme vous voulez) et son frère Kofun est insipide.

Les épisodes se partagent entre marche, baston saignante et un peu de blabla. Comme dit précédemment, le plaisir de la série tourne autour des magnifiques paysages de la Colombie Britannique même si je l’avoue, l’ajout quasi systématique de flares (reflets du soleil) numériques sur la pellicule est particulièrement agaçant.

J’en suis maintenant à la saison deux qui n’a guère plus d’intérêt que la première même si un début d’intrigue politique voit le jour. Bref c’est joli et chiant mais c’est ça ou visionner à nouveau The Orville ou X Files.

Foundation

Image

Il y a bien longtemps, j’ai voulu lire l’œuvre majeure d’Isaac Asimov récompensée par le prestigieux prix Hugo, Foundation. J’avais dévoré ses nouvelles sur les robots et adoré le concept des trois lois de la robotique comme la manière dont ces machines intelligentes se trouvaient piégées par leur logique imposée.

Mais voilà, Foundation, son univers, sa politique, n’avait pas eu de prise sur mon imaginaire et j’avais abandonné le livre en cours de route.

Apple TV+ a lancé il y a peu la série inspirée du même roman et après avoir regardé quelques épisodes éblouissants, j’ai voulu me plonger à nouveau dans les mots de l’écrivain.

Une fois encore, j’ai failli abandonner. Rien à faire, mes paupières se fermaient à la lecture de la psychohistoire et des factions politiques en jeu. Je me perdais dans les personnages et les rares évocations planétaires m’indifféraient. L’ouverture du sanctuaire sur Terminus a relancé mon intérêt et j’ai réussi à terminer le livre, mais ce fut limite. 

Le livre se compose de nouvelles rythmées par les crises Seldon. Une écriture déstabilisante qui transporte le lecteur dans le temps et lui impose de nouveaux décors et personnages régulièrement. Si vous aimez les intrigues, le pouvoir, les magouilles et la politique, Foundation pourrait vous séduire. Si vous chercher de la hard science ou du space opéra, changez de livre.

La série TV Foundation ne joue pas franchement la carte de l’action avec de lents épisodes d’une heure où il se passe finalement assez peu de choses. Mais ses personnages possèdent beaucoup d’humanité et les visuels sont à couper le souffle. L’histoire, même si elle suit la trame de la psycho histoire qui prédit la chute de l’Empire, s’attarde plus sur les destinées des personnages dans la tourmente qu’à l’idéologie politique qui entoure les événements. La série s’inspire du roman, reprenant quelques uns des ses éléments principaux et en les traitant parfois très différemment. Elle enrichit l’univers avec des éléments comme les empereurs clonés, la grande prêtresse et s’embourbe nettement moins dans la promotion du nucléaire et les tractations politiques.

C’est assurément la meilleure série de science-fiction que j’ai regardé sur la plateforme Apple a ce jour et il y a pourtant eu For All Mankind, c’est tout dire.

AirDrop

Image

J’utilise principalement mon smartphone comme outil de prises de notes pour le blog. C’est dans les notes que j’ébauche mes articles, sauf pour les chroniques musicales que j’écris toujours sur papier, à l’ancienne, histoire de me couper des écrans et de mieux me livrer à la musique.

Hélas je n’ai pas de Cloud, par choix, je pourrais d’ailleurs écrire un billet sur cette décision très discutable un jour. Alors lorsque je dois copier un article depuis l’iPhone sur le Mac pour le mettre en forme et le publier, je me l’envoie par mail, ce qui vous conviendrez, est totalement stupide et énergivore. 

Chic ! J’ai reçu un message de moi, c’est cool, de quoi je parle ? 

Avec le Cloud je pourrais écrire l’article sur l’iPhone et l’avoir en même temps sur le Mac, mais je n’aime pas laisser des choses sur le Net dit le gars qui a un blog et un compte Google. Je suis un homme plein de contradictions, voire un imbécile.

Bref. Un jour en lisant un article comparant les mérites d’Androïd et d’iOS, je suis tombé sur la phrase qui tue : « AirDrop est la fonction la plus géniale d’iOS ».

Air quoi ? Oui j’ai un Mac et un iPhone et je ne connaissais même pas ce truc. Alors j’ai essayé de le faire fonctionner et ça n’a pas marché. J’ai eu besoin de toute l’aide du concurrent d’Apple, à savoir Google pour comprendre, c’est moche de vieillir. D’abord Apple n’a qu’à imprimer des bouquins pour expliquer comment fonctionne leurs machins. Ceci dit, même avec les explications et le Bluetooth désactivé, ça ne marche pas très bien non plus. En plus, sur le Mac, il y a une icône assez similaire à AirDrop qui sert à tout autre chose, mais ne me demandez pas quoi. Bref j’ai été pathétique.

Maintenant que j’ai engin compris, je gribouille mes idées un peu partout et lorsque j’en tiens une qui me plait, je l’approche du Mac et hop, elle se retrouve sur le blog en trois clics. Magique !

Je fais maintenant la même chose avec les liens Bandcamp, les photos et tout ce qui traîne sur mon portable, une nouvelle vie commence pour moi. Plus d’envoi mail stupide dans l’info sphère Google, avec une chance sur deux de me planter en tapant mon adresse mail. C’est beau le modernisme !

Ps : cet article a été envoyé par mail à mon adresse perso et copié collé dans mon blog depuis mon Mac en souvenir du bon vieux temps…