Overloaded (Dans mon iPhone n°26 je crois)

Image

Comment vous dire, entre mon déplacement à Besançon, la fête de la musique, le concert de Galaad et de Lazuli, le développement de photographies, le bac pour mes deux garçons et trois migraines en sept jours, je n’ai pas eu vraiment le temps de vider ma boite mail, d’écouter les promotions, de chroniquer, de relire la prose de mes confrères, de lire des bouquins ou de même de regarder des séries TV. Sans compter que j’ai reçu pas mal de musique : le vinyle d’Alco Frisbass, les deux CDs de Fleesh, le dernier Apogee et que je reviens de Chez Paulette avec Mon Grand Amer de PYT.

Alors qui y a t-il dans mon iPhone ? En fait la même chose que la semaine dernière. Je n’ai pas eu le temps de convertir les nouveaux CDs sur iTunes en ALAC, d’importer les promotions mp3, d’écouter autre chose que Fleesh, Apogee, PYT et Alco Frisbass (c’est déjà pas mal), du coup aucun changement. Avec un peu de chance, entre deux déplacements cette semaine, je trouverai le temps de faire une mise à jour.

Dès que j’aurai un peu de temps, je rédigerai le live report de vendredi soir et transcrirai l’interview ‘exclusive’ de Lazuli, réalisée dans la campagne (enfin derrière la salle du pub rock).

Finalement ma vie professionnelle et privée se résument à ceci : quatre à cinq heures de conduite, deux à trois heures étouffantes, épuisantes et passionnantes sur place, une douzaine d’heures de coma sous médocs très forts, puis de nouvelles heures devant l’ordinateur à traiter les informations recueillies, les analyser, les mettre en forme.

Parfois je ferme les yeux et je ne fais rien pendant quelques minutes. Vous n’avez pas idée comme c’est bon… de recommencer juste après à bosser. Et tout ça pour quoi ? Pour cent-cinquante lecteurs les bons jours. J’adore ma vie !

 

Trois de moins

Image

Un obèse asthmatique, un grand maigre et une petite grosse viennent de partir, de quoi faire un bon sandwich avec le gros bout de pain, la tranche de jambon et le second morceau de brioche, moins épais mais tout aussi moelleux.

Nous ne les regretterons pas.

Dark Vador insultait les gens, parlait tout seul, pestait contre les ordinateurs et effrayait les fournisseurs. La garniture radotait et bégayait, faisant fuir les clients potentiels, la brioche brillait par son incompétence, se reposant tout le temps sur son adjoint.

Ils ne seront pas remplacés, ce qui ne changera pas grand chose à notre quotidien, à part trois nouveaux bureaux vides.

Aujourd’hui j’ai compté en allant dire bonjour à mes collègues, nous disposons de dix bureaux déserts alors que le bâtiment débordait de vie il y a cinq ans.

Les couloirs commencent à résonner.

Obésité (Dans mon iPhone n°25)

Gallery

This gallery contains 18 photos.

Quelques achats, quelques promos, des écoutes en retard et mon iPhone déborde à nouveau. Je me suis offert California de Marco Ragni qui était réédité, L’Albatros de Seven Reizh pour découvrir ce concept album livre intrigant. Nous avons reçu Galasphere … Continue reading

A mon voisin footeux

Image

Tous les quatre ans tu change de télévision, achète des drapeaux miniatures et porte des tee shirt hors de prix.

Vous vous réunissez, toi et tes potes, dans ton appartement de 40m², buvant de la 1664 en hurlant à chaque but manqué.

Si tu ne le sais pas encore, sache le, je déteste le foot. A l’école, j’étais toujours celui que l’on prenait en dernier dans l’épique. J’ai toujours eu peur de me prendre une balle dans figure, alors je ferme les yeux, je n’ai jamais compris ce qu’était la surface de réparation, un corner et pourquoi un ballon c’est rond, c’est vrai c’est chiant, ça roule. Et quel intérêt de faire traverser à ce machin un terrain immense et souvent boueux en courant avec des abrutis qui gueulent « passe , mais passe putain ! » et d’autres en face qui essayent de te foutre par terre quand l’arbitre a le dos tourné.

« On va gagner, on est les meilleurs ! » qui on ? Tu joue sur le terrain, voisin ? Non, sinon je ne t’entendrai pas gueuler et là je ne regarde pas le match, j’essaye de dormir. L’équipe de France gagne « On est les meilleurs », elle perd « Ils ont été nuls », logique…

Macron espère une victoire pour faire passer la réforme de la SNCF, le cap 2022, les futures retraites. La dictature de velours. Du pain et des jeux. Si la France gagne, ça passera mieux. Si la France perd, il faudra inventer de nouveaux concepts de télé réalité, s’en prendre aux migrants ou à l’aide sociale qui coûte cher.

Gueule mon voisin, gueule ! On t’entendra moins dans les cortèges et demain matin, à l’aube, j’irai sonner à ta porte pour voir si tu gueule toujours.

Virtuelle

Image

En préambule, je vous mets en garde, ce qui suit est très mal, immoral, dangereux et totalement illégal. Les enfants, surtout ne reproduisez pas ce que vous allez lire. Bizarrement, c’est facile à réaliser.

Inventez-vous un nom et un prénom, un sexe, un age, une profession, une ville de naissance, une ville de résidence, des études, une école.  Inventez-vous une histoire, des goûts, une passion. Cela ressemble beaucoup à la création d’une fiche de personnage dans un jeu de rôle.

Trouvez sur le net quelques photographies d’une personne inconnue, plusieurs pour que ce soit crédible et retravaillez-les un peu, cadrage, traitement des couleurs, etc.

Pour que cela fonctionne vraiment, inventez l’identité d’une jeune fille adulte, agrémentée de photos de bombasse mais pas reine du porn non plus. Utilisez des éléments et des lieux que vous connaissez mais suffisamment éloignés de vous pour qu’il n’y ait pas, plus tard, de rapprochement possible entre vous et cet avatar.

Jusque là rien de grave. Mais vous allez voir, tout se complique ensuite.

Créez, à l’aide de ce nouveau nom et prénom, une adresse mail, chez Gmail, Hotmail ou ailleurs, peu importe, il n’existe aucun contrôle . Créez-vous une page Facebook avec cette identité et ce mail, une page Twitter, un compte Google+, Linkedin, voire même un compte Paypal.

Renseignez toutes sortes d’informations sur votre vie, mettez des photos, paysages de votre ville, portraits de votre double. Pendant quelques jours, faites vivre vos médias sociaux, inscrivez-vous dans des groupes, aimez des pages, faites-vous des amis. Avec une jolie frimousse, des cheveux bouclés et un décolleté affriolant, vous devriez en trouver assez vite dans la gente masculine.

En avançant prudemment, à pas de loups, votre identité virtuelle devient crédible et vous disposez bientôt d’un outil très puissant.

Jusque là, ce que vous faites est limite, même très limite, mais pas franchement répréhensible.

Après ça se complique. Qu’allez-vous faire de ce personnage ? Juste vous amuser, vivre une double vie, vous venger d’un emmerdeur qui tenté de détruire votre iréputation, espionner votre conjoint en devenant son ami, calomnier quelqu’un et disparaître, lancer un crowdfunding bidon pour sauver les bébés phoques, tout est possible.

Sur Internet, qui se cache derrière tel ou tel profil ? Avec qui devenez-vous amis, avec qui partagez-vous des informations privées. Qui peut publier des informations sur votre mur ? Qui est réellement votre ami. N’y aurait-il pas quelque part un ennemi caché dans vos amis ? C’est tellement facile de duper les gens à l’aide des réseaux sociaux.

Si vous êtes contacté par une jeunette bien foutue, soit disant passionnée par les vieux albums de Yes, Genesis et Pink Floyd, qui fait de la recherche fondamentale sur l’antimatière et qui se laisse draguer par des vieux qui titrent plus de deux fois son âge, restez sur vos gardes, qui sait s’il ne s’agit pas d’une virtuelle. Soyez prudent, les bombasses intelligentes de vingt ans, passionnées de rock progressif, c’est très rare. Généralement elles possèdent en réalité du poil aux pattes, un esprit vengeur et deux coucougnettes entre les jambes.

Progressive Music Awards

Image

Le matraquage médiatique des awards vient de commencer. Mails, posts, tweets ne cessent d’inonder nos médias numériques, nous proposant de voter pour untel ou untel. Quel sera le meilleur groupe de l’année, le meilleur album, le meilleur concert, le meilleur batteur, le meilleur chanteur, la plus belle guitare, le stick le mieux cassé ? Le suspens est insoutenable.

En réalité je m’en moque.

L’an passé le nouvel Anathema avait été couronné album de l’année, Marillion groupe de l’année, sérieusement ? Marillion y a vingt ans je ne dis pas, mais aujourd’hui, et puis le Anathema, il est sympa, mais pas de quoi grimper au rideau. Et si on votait pour des gens moins connus pour une fois ?

Pas besoin de vote pour savoir quel est le meilleur album, c’est Letters to Maro de Frequency Drift, le meilleur groupe, Perfect Beigns, le meilleur batteur, Gavin Harisson, le meilleur chanteur, Mark Atkinson.

La seule question qui se pose est donc: qui est le meilleur chroniqueur de tous les temps ?

Dans les nominés il y a Neoprog, Metalleux, Alter, Classico et Iron Man. Le choix va être délicat. Ou pas. Oui, tous les nominés ont couché avec le jury, mais c’est la règle du jeu aussi. Les autres personnes qui auraient pu concourir, sans doute bien plus talentueuses au demeurant, J-N, YesIam, Loloprog et Illegaume, ne couchant pas avec les membres du comité, ont été de fait, exclus, de la compétition. Les nominés couchent tous les soir avec le jury.  Car derrière ces pseudonymes et brillantes chroniques se cache un seul homme, Moi !

Donc j’ai gagné !

“Je voudrai remercier ma mère qui a toujours cru en moi, mon chat qui partage aimablement son fauteuil avec mon postérieur, mes oreilles presque infaillibles, ma merveilleuse chaîne Hi-fi, mes enfants qui ne font pas trop de bruit, les voisins qui ne pètent pas un câble après avoir entendu dix fois de suite le même morceau à fond, mon épouse pour ses conseils avisés, Laurent qui relit avec patience mes fautes d’orthographe, Fraunhofer pour avoir libéré les brevets du mp3 ce qui nous permet d’écouter un son de merde, Triangle pour ces enceintes, Atoll pour son DAC, Marrantz pour son ampli, Rega pour sa platine, Cambridge pour son préamp, Hewlett Packard pour son PC, Bic pour ces stylos qui glissent sur le papier, Clairefontaine pour ses blocs A4 à feuilles détachables, Lotus pour ses cotons tiges, Evian pour ses bouteilles d’eau 50cL, Haribo pour ses paquets Worldmix, Astrazeneca pour ses triptans, Quies pour ses bouchons d’oreilles, Senseo pour son café corsé et EDF pour l’électricité.”.

Non, les Progressive Music Awards ne sont pas qu’une affaire d’argent.

Le 31 mai, lors d’un trajet…

Image

Le 31 mai 2016, lors d’un trajet Illkirch-Illkirch, une planche à roulettes percute un vélo. Résultat un rein fracturé, cinq mois d’arrêt.

Le 31 mai 2018, lors d’un trajet Lingolsheim-Illkirch, un scooter percute un vélo. Résultat un poignet fracturé, trois mois d’arrêt.

Le 31 mai 2020, lors d’un trajet Sélestat-Illkirch, un bus percute un vélo. Résultat deux jambes brisées, un mois d’arrêt.

Le 31 mai 2022, lors d’un trajet Mulhouse-Illkirch, un 747 percute un vélo. Résultat un corps broyé, pas d’arrêt.

Le 31 mai 2116, lors d’un trajet Lune-Illkirch, le Battlestar Galactica percute un vélo. Résultat une planète désintégrée. Ce n’est pas grave, le fonctionnaire n’avait de toute façon plus de travail depuis des années.

Ces exemples montrent bien la fabuleuse évolution de la science et de la technologie au fil des années.

Tout d’abord, nous constatons qu’avec une bicyclette, nous parcourons de plus en plus de kilomètres chaque jour, ceci bien entendu grâce à l’évolution technologique des vélos électriques.

La distance maison travail ne fait qu’augmenter, la crise du logement et la flambée des prix de l’immobilier en est la cause bien évidement.

Ensuite, découvrons que les aménagements des pistes cyclables vont s’améliorant. Là où en 2016, un vélo et une planche à roulettes peinaient à cohabiter, en 2022 il y a presque assez de place pour un avion long courrier et un vélo électrique.

Enfin, regardez les progrès de la médecine, en huit ans. Un petit hématome au rein, cinq mois d’arrêt et toujours des séquelles deux années après. En 2020, un corps broyé, même pas besoin de congé de maladie.

Le 31 mai 2018, deux ans jours pour jours après mon accident, une collègue, en se rendant au travail, s’est fait faucher par un scooter sur une piste cyclable. Fracture du poignet gauche. Elle vient de se faire opérer et restera à la maison jusque septembre dans le meilleur des cas. Que pouvait bien faire un scooter sur une piste cyclable, le matin ?

Ma vie en Zelda

Image

Ma vie, c’est un peu celle du célèbre personnage de Nintendo.

Je recherche des sanctuaires (sites pour installer une station de mesure) à l’aide de ma tablette sheikah (GOOGLE Earth, GPS), à chaque fois une nouvelle épreuve m’attend (mais à qui est ce terrain, où est l’électricité), je combats des monstres (les entrailles de l’administration), je parcours le monde à cheval (Clio, Kangoo), je vole en para-voile d’un sommet à une vallée (Strasbourg/Toulouse), je grimpe aux sommets des tours pour cartographier la région (classification de station aux jumelles), je dépense des rubis pour mieux m’équiper (des bottes, une batterie de PC, essence de la Clio), je dors à ma belle étoile ou dans rares auberges (nuitée à 39€), je mange au coin du feu (picnic dans la voiture sous la pluie battante), j’affronte des boss tous puissants (chef, adjoint, directeur, PDG) et tout ça pour quoi me direz-vous, pour passer le temps, pour récupérer des cœurs, des rubis et surtout parce que j’ai été programmé pour ça.

Je l’avoue, j’ai replongé dans Zelda Breath of the Wild. J’étais bloqué, à poil, sur une île remplie de monstres depuis des mois, jusqu’au moment où je me suis décidé à venir à bout des bestioles et passer à la suite. Un passage de l’aventure sans sauvegarde, pour lesquel vous gagnez quelques malheureux rubis et perdez souvent la vie. Après cette victoire éclatante je suis arrivé chez les piafs et dans la foulée j’ai vaincu le méchant boss, et de deux. Me voila maintenant bloqué à nouveau dans un sanctuaire à affronter l’épreuve d’extrême force où j’échoue lamentablement étant donné mes réflexes de moule intoxiquée.

Patience petit Link, tu y arriveras. En attentant, continues d’arpenter l’Alsace dans ta Clio à la rencontre d’autres voyageurs qui te guideront dans ta quête climatologique.

Complainte du photographe

Image

Moi dame, m’essieux sioux plais, j’ai point d’indice gelé depoui set en, jaie deux peu tit z’enfants, une fame  ki coûte chère à mourrir, j’y travail beau cou heures par jour et pour presque ri un, j’y mange pas à ma fin, ja bite une vieille mêson toute pourrite qui même le cha ve pas rester deux dents. Mais p’tits enfants non pas travail et veules de venir un potants, sa coute beau cou et li goût vers ne ment ni va pas nous aidé. Pour nous rire ma femmille je vent des fotaux de vous siou plais, joli fotaux, met pour joli faux gro à pareil. Si vous nous riz c’est moi, poux raie, mois éco miser pour hash eté Nikon D5. Siou plais !