Les réflexes de l’hybride

Image

Avec un Nikon D7200 avec un Nikkor 85 mm dans une main, un Nikon D7100 avec un Sigma 18-35 dans l’autre main, une soirée de concert peut vite devenir une séance de musculation. Certes il y a le plaisir du photographe : “tu vois, j’en ai un plus long que toi”, plus long mais plus lourd aussi, sans parler du grip avec la seconde batterie. Alors au lieu d’économiser pour un Tamron 70-200mm ouvert à F2.8 (l’éternelle course à la lumière) ou un Nikkor 200-500 mm ouvert à F5.6 (histoire d’avoir vraiment la plus longue) je louche du côté des hybrides comme le Sony Alpha 6000, des petits trucs légers, performants et pas trop encombrants. Il y avait un pack à Fnac avec un Sony Alpha 6000, le 18-55 et le 55-210, tentant. Mais voilà t’y pas qu’un vendeur me fait douter. Il est vrai qu’en mode M, aller régler ouverture et vitesse relève du défi sur le Sony, ne parlons pas des ISO, et que vers 6400, l’image est sauvagement bruitée (ben oui que voulez-vous, j’ai un D7200 aussi). Mais ce qui pêche le plus semble-t-il ce sont les objectifs qui ouvrent à 3.5, 4.5. Le vendeur m’a présenté la gamme Olympus, photos à l’appui, photos de concert, histoire d’enfoncer le clou et c’est vrai qu’elles étaient belles les photos de concert. Du coup mon rêve à 800€ explose, passant à près du double… Et si je restais avec mon bon vieux Nikon et ses grosses optiques qui permettent de compenser quelques insuffisances anatomiques ? Il va falloir que je creuse sérieusement le sujet avant de claquer ma tirelire sans réfléchir, alors si vous avez des retour d’expérience sur les Sony Alpha et les Olympus OM-D E-M5 Mark II, je serai bien preneur.

Dans mon iPhone n°45

Gallery

This gallery contains 9 photos.

Une semaine bloqué à la maison à cause d’une angine et d’un dos en bouillie, cela laisse du temps pour écouter beaucoup beaucoup d’albums. J’ai chroniqué tout ce qui me tombait entre les oreilles. J’en ai profité pour trier les … Continue reading

Les romains doivent savoir

Image

Enfant, il y avait un rituel à la maison. Mon père qui était absent toute la semaine, revenait le samedi soir de Brest, avec parfois une surprise dans ses bagages. Au printemps, c’était généralement un cageot des délicieuse fraises de Plougastel, et lorsque Uderzo et Goscinny bossaient ensembles, c’était un nouvel épisode d’Astérix. Dans une famille avec quatre enfants dont j’étais le petit dernier, c’était la curée pour savoir qui lirait la BD en premier, seule bande dessinée que nous avions à la maison.

J’ai commencé ces édifiantes lectures alors que seuls les dessins avaient alors un sens pour moi. Je déchiffrai mon premier b.a.ba sur les répliques croustillantes de René Goscinny et plus tard j’appris le latin de cuisine dans ces mêmes ouvrages. Des années passèrent et j’héritai de la collection complète et usée des aventures des intrépides gaulois et même après le décès du scénariste, je continuai à lire ces bandes dessinées. Le niveau avait bien baissé, les saillies nettement plus lourdes et j’avoue qu’à maintes reprises, j’hésitai à abandonner la collection.

Hier en passant dans une boutique de BD pour m’offrir le nouveau Valérian dont on m’a dit du bien, je tombai nez à nez avec Astérix Et La Transitalique. Ayant un bon d’achat je me suis laissé tenté, après tout, la BD ne me coûterait rien vu d’un certain angle. Nouveau scénariste, nouveau dessinateur depuis Astérix Chez Les Pictes (décidément c’est la mode des reprises), Jean-Yves Ferri et Didier Conrad s’en sortent particulièrement bien avec ce nouvel épisode et j’avoue avoir ri plusieurs fois lors de cette traversée de l’Italie. Après des années de bouderie, je vous recommande sa lecture, si comme moi, vous suivez leurs aventures depuis le début. Il y a de bons mots, quelques caricatures de personnages célèbres et ce graphisme si particulier qui ne semble pas avoir changé d’un trait.

Je suis foutu

Image

Amis camés bonjour ! Je crois que je suis foutu. Allant voir mon médecin traitant pour une simple angine doublée d’un mal de dos, je ressorti du cabinet avec une drôle d’ordonnance.

– Vos migraines vont mieux avec l’Imigrane 20 ?
-Non, le produit met 6h à agir.
-Ah oui quand même. Bon je vous prescrit un produit à mettre sous la langue, essayez-le à la maison, allongé, ça peut donner des vertiges. Si ça fonctionne je vous en prescrirai d’autres.
-Allongé ?
-Oui allongé ! Bon, le dos ce n’est sans doute rien mais au cas ou, prenez cette ordonnance pour faire des examens.
-Merci docteur.
-Reposez-vous bien, vous avez une petite mine.

Doliprane, Azithromycine, Biocalyptol, ok. Cinq Ampoules injectables, c’est quoi ce truc ? Acupan, Acupan, ça me dit quelque chose…

-Chérie, on aurait pas déjà eu de l’Acupan à la maison ?
-Tu en as ? Tu en as hein ? Tu m’en donne ? Juste un peu, please ! Tu ne te souviens pas, quand je me suis cassé le poignet ? C’est de la morphine ! C’était trop bon ! Tu m’en donne dis ?
-Putain ! De la morphine ? Je suis foutu.

Bon déjà, l’Imigrane je le prenais en cachette, parce que voilà quoi, un shoot dans les narines ça peut porter à confusion, mais si je sors la morphine et la seringue au boulot, ma réputation est faite…

-Et c’est quoi ton examen urinaire là ?
-Urinaire ?
-Ben oui. ECBU et antibiogramme si nécessaire…
-ECBU comme infection urinaire, et donc le rein ? Rho putain, le retour ! Je suis foutu !

En fait je suis en phase terminale et personne ne me le dit, ceci est sans doute mon dernier billet, adieu, vous n’étiez pas beaucoup à me lire mais vous étiez de bons et fidèles lecteurs, vous me manquerez, harggggg…. Je lègue mon Nikon à Laurent avec le mode d’emploi (ça peut servir), mes disques à mon ainé, ma Switch à mon dernier et la maison et ses travaux à ma épouse.

-Chéri, tu as mis le couvert ?
-A ben non désolé, j’y vais…

Replicator

Image

Il y a des films que je regardé un nombre incalculable de fois : L’étoffe des héros, les Star Wars, Excalibur, Lady Hawk, Un jour sans fin etc… Mais s’il y en a bien un que j’ai vu plus que les autres, dans toutes ses versions, c’est le chef d’oeuvre de Ridley Scott, Blade Runner.

Le jour où j’ai entendu parler d’une suite, j’ai frémi de bonheur et d’angoisse, allaient-ils massacrer le mythe, allaient-ils poursuivre dans les traces du maître ?

Je n’ai rien lu des commentaires sur la toile avant d’avoir vu le film au cinéma, maintenant je vais pouvoir en découdre avec les geeks.

Blade Runner 2049 avec une BO que Vangelis aurait pu écrire mais signée Hans Zimmer et Benjamin Wallfisch et des images dignes de Ridley Scott mais réalisées par Denis Villeneuve ne trahi pas l’esprit. Pour le scénario, là, ça coince un peu. Contrairement au premier film dont le message fait encore débat (“Sommes-nous tous des réplicants ?”), le second ne porte guère de message en lui et à la manière hollywoodienne – la recette d’une suite se trouve dans les enfants – on croirait regarder Star Wars 7.

Pourtant j’ai beaucoup aimé ce film. D’abord parce qu’il est lent, très lent, avec peu de scènes d’action, peu de dialogues, de long passages visuels et sonores magnifiques et qu’esthétiquement, il se rapproche de l’oeuvre de Ridley Scott. Le scénario n’est pas terrible, la copine virtuelle de K est sans doute inutile à part pour donner un peu d’humanité au personnage et la conspiration des réplicants sauvant l’enfant bippppp de X et Y ne sert à rien, sinon à préparer une suite pour dans deux ans et qui sera par contre, probablement navrante. Ryan Gosling (l’officier K) n’est pas le plus grand acteur que je connaisse mais Harisson Ford n’arrive pas dans l’histoire comme un cheveux dans la soupe, c’est déjà ça, et cette fois, le vénérable vieillard a du comprendre le scénario, contrairement à la fois précédente.

Je le prendrai en Blu Ray quand il sortira, histoire de le revoir, sans doute pas autant de fois que le premier, mais au moins une fois, tranquille, au chaud dans mon salon. Voir Blade Runner 2049 m’a donné furieusement envie de me replonger dans la version Drirector’s Cut de 2006, m’a préférée. Alors je vous laisse, Rachel m’attend.

Il neige à Strasbourg

Image

Il m’arrive parfois d’être content de moi, ce n’est souvent, mais ça arrive. J’allais prendre l’air à Strasbourg, histoire de changer du décollage de papier peint, histoire de voir si je pouvais ramener un disque ou deux à la maison par la même occasion. Comme j’étais seul, j’embarquais avec moi moi Nikon et le 85 mm que j’affectionne particulièrement pour la photo de rue (ni trop près, ni trop loin).

J’ai mes petites habitudes, au lieu de descendre en plein centre ville, je m’arrête place de l’Etoile et je continue par le Pont des Corbeaux, remonte vers la cathédrale et bifurque ensuite vers la place Kléber. Il s’agit de l’itinéraire des groupes de touristes visitant notre belle capitale européenne. Eux continuent ensuite le plus souvent vers la Petite France, cette fois je ne les ai pas suivi.

C’est place du Château, au pied de la cathédrale, que j’ai trouvé mon sujet ce jour là. La place est vaste, déserte et minérale, avec des jets d’eau au raz du sol. Côté cathédrale, des échafaudages, je décidai donc d’orienter mon objectif vers le sud, côté Palais Rohan. Entre moi et l’édifice, les jets d’eaux. J’approche au plus près des gouttes, au niveau du sol, ouverture 1.8, mise au point intermédiaire entre les gouttes et les passants, le tout au 1/1600 de seconde et voila. Un peu de vibrance, de clarté et de noir et j’ai une photo qui me plait. Ni réaliste, ni truquée et pourtant étrange. J’ai l’impression qu’il neige.

Cauchemar en salle de bain

Image

Début mai 2016, je regardai avec horreur notre salle de bain et décidai de la rafraîchir. Une salle de bain avec une vieille chaudière à gaz fatiguée, l’affreux tuyau PVC d’évacuation des WC de l’étage contre le mur, des carrelages différents et moches aux murs, un meuble bancal et pour couronner le tout un plafond en lambris.

La chaudière nous oblige à une aération de 20 cm de diamètre vers l’extérieur, et en Alsace, ça caille l’hiver. Imaginez prendre une douche le matin, dans une pièce à 10°C, (convecteur à fond). Non n’imaginez pas c’est mieux.

Un jour de colère j’arrachai le papier peint miteux, bien décidé à refaire cette pièce sordide. Quelques jours plus tard, j’étais hospitalisé et arrêté pour cinq mois avec défense de faire le moindre effort. La salle de bain aussi.

Après cette longue parenthèse nous nous lançâmes dans les devis pour poser une chaudière à ventouse dans une autre pièce, un WC suspendu et une douche italienne. La douche impliquait de casser une cloison, poser du carrelage et pour faire propre, il fallait refaire les murs. Coût global du chantier 20 000 €, heu comment dire ? Je m’achète 4 Nikon D5 avec ça…

Il faillait revoir le projet à la baisse. Sortir la chaudière de la pièce impliquait de passer des tuyaux, donc de casser le plafond en lambris, donc de casser la cloison intelligemment fixée sur le lambris, donc casser la douche collée à la cloison donc 20 000 €. Nous tournions en rond.

La chaudière resterait dans la salle de bain. Mais si elle restait, le trou de 20 cm également et les 10°C matinaux aussi. Nous tournions en rond.

Un chauffagiste nous proposa la chaudière à ventouse qui se branche sur la cheminée avec un double tubage, cher mais plus besoin de déplacer la chaudière. Nous avancions. Il sortit dehors regarder la cheminée et nous annonça qu’aucun ouvrier n’accepterait de faire le tubage de la cheminée. Nous revenions au point de départ.

Ma femme commença à devenir folle. Une salle de bain horrible, un époux pas encore en état de se lancer dans de gros travaux, et une salle de bain abominable. Chaque jour elle me harcelait :  “Et cette salle de bain alors ? Tu te décides ?”.

A sa demande, un nouveau chauffagiste vint faire un devis de chaudière à ventouse reliée à la cheminée, cette fois sans réserve sur la hauteur. Mais j’hésitais. Comment passer le câblage de la sonde sans une goulotte ou casser le plafond qui casserait la cloison qui casserait la douche, comment cacher la chaudière, objet moche par excellence, comment poser le WC suspendu et cacher le tuyau PVC gris, comment comment ? Si seulement j’avais pu casser ce maudit plafond, mais vérification après vérification, il était maintenant certain que le machin en lambris portait la cloison.

Mon épouse fit le forcing, rappelant le chauffagiste pour nous aider à trouver des solutions (ou me forcer la main). La sonde, il la passera dans le plafond sans le casser, la chaudière peut être cachée derrière des portes de placard, il sort dehors pour regarder une nouvelle fois la cheminée, “Elle est haute quand même, impossible de venir avec nacelle, ça va être compliqué”, j’ai cru que ma femme allait le tuer. Mais non, le mec se dit prêt a faire le chantier avant décembre alors nous signons.

Dans quelques jours, le chauffagiste va installer la nouvelle chaudière. S’il ne se tue pas en tombant la cheminée (20 m de hauteur quand même), si celle-ci ne s’écroule pas sur le toit, s’il n’explose pas le plafond et donc la cloison et donc la douche,  je serai face au mur, obligé de commencer les travaux de la salle de bain. Poser un WC suspendu, l’entourer de placo pour cacher le tuyaux en PVC gris, poser deux portes coulissantes pour masquer la chaudière, poser du placo sur le plafond pour cacher ce lambris si moche, poser un sol plastique genre ardoises pour cacher le carrelage vraiment trop moche.

Pourquoi ai-je signé ? 6000 €… Nous aurions pu rester encore quelques années heureux avec notre salle de bain sans papier peint, son joli tuyaux PVC gris, son carrelage dépareillé, son délicieux plafond en lambris, son trou de 20 cm qui souffle de l’air glacé et l’éclairage LED qui vous aveugle le matin. Ou alors, signer le chèque de 20 000 € et regarder les mecs bosser en critiquant chaque détail.

A la place, je suis dans le hall d’entrée, là où aurait du prendre place la chaudière à ventouse, de l’autre côté de la cloison qu’il aurait fallu détruire, le chantier à 20 000 €. Oui parce que maintenant que cette partie là de la maison ne sera plus impactée par la salle de bain, ma femme trouve que ce serait bien de la rafraîchir cette pièce. Décollage de papier peint, lissage, peinture, je déteste le bricolage, je déteste les vacances, mais j’aime ma femme…

Soyons brefs

Image

L’idée m’est venue lorsque j’ai écouté l’album solo de Daniel Cavanagh, monochrome. Je suis un fan d’Anathema, d’Anneke van Giersbergen et j’avais beaucoup apprécié un live acoustique qu’ils avaient fait tous les deux dans un bled paumé au delà du cercle polaire, il y a quelques années. Mais quand j’ai écouté monochrome, grosse déception. Il s’agissait d’un achat perso, pas d’une promotion et vu l’avalanche d’albums envoyés par les artistes, labels et promoteurs, je manque de temps pour chroniquer mes dernières acquisitions. La rançon du succès sans doute.

Mais comment ne pas parler de ce si décevant monochrome ? Je n’avais pas envie de me le repasser une dizaine de fois pour le chroniquer, le masochisme a ses limites, donc impossible de le décortiquer, de souligner les temps forts, les emprunts, les faiblesses. Alors que faire ? Une mini chronique ? Un texte de quelques lignes, donnant juste mon impression à chaud après deux écoutes sans creuser le sujet ? La brève était née.

Rangées parmi les chroniques, les brèves bénéficient d’un agencement légèrement différent pour qu’on ne les confonde pas avec des chroniques en bon et du forme. L’avantage, est bien entendu de couvrir plus d’albums, l’inconvénient, c’est de ne pas aller au fond de l’analyse, de survoler. Dans la mesure du possible, je ne le ferai qu’avec des promotions que l’on aurait pas chroniqué de toute façon, avec des achats perso et cela ne changera pas la fréquence des chroniques dites normales.