L’album de l’année 2023

Image

2023 aura été une nouvelle année riche en découvertes et coups de cœur. Onze albums concourent cette fois pour la première marche du podium.

En regardant la liste, je me suis rendu compte que mes goûts s’étaient nettement embourgeoisés ces derniers mois.  Au lieu de louer le trash métal déglingos ou le prog expérimental, je me suis tourné vers des compositions nettement plus consensuelles, limites pop. C’est peut-être lié à l’âge en fait, mais j’assume.

J’ai eu tout de même quelques déceptions cette année avec par exemple Shores of Null ou Tesseract mais j’ai également fait de très belles découvertes avec Terra, Dymna Lotva ou Amarock, des albums hors compétition parce que sortis avant 2023 mais à découvrir absolument.

Dans l’ordre chronologique des albums retenus pour 2023 nous avons : 

Sorti de The Dali Thundering Concept qui pique un peu, tous les autres albums sont relativement consensuels, un peu prog, metal, atmosphérique mais un seul est instrumental, celui d’Adarsh Arjun ce qui lui réserve une place toute particulière dans la liste.

J’aurai pu faire un classement par catégorie genre premier espoir, instrumental, variétoche, métal etc mais j’ai finalement décidé de rester sur la formule de l’année précédente, même si décider de ne pas placer certains albums sur le podium m’a crevé le cœur.

Dans ma seconde sélection, appelons ça les quarts de finale, j’ai gardé Adarsh Arjun, Floor Jansen, Enar Solberg, Voyager, Violent Jasper et Soen. Cinq albums qui éclipsent un The Dali Thundering Concept trop rugueux, un RPWL trop classique, un Aisles sympa mais qui manque de caractère, un Steven Wilson qui s’écoute super bien, trop peut-être et un Earthside qui souffre du même problème que le précédent.

En demies finales restent donc Aches and Echoes, Paragon, 16, Fearless in Love, Control et Memorial. Et il ne doit en rester que trois. 

L’album d’Enar Solberg est certainement celui que j’écoute le plus depuis sa sortie en plus de faire l’unanimité à la maison, il fera partie du trio de tête. Paragon est sans doute trop pop pour figurer sur le podium, sinon je vais perdre mes rares abonnés, mais cela me crève le cœur car je l’écoute également en boucle, presque autant que 16. Control de Violent Jasper monte également sur le podium, car pour un premier album, le duo nous a offert un pur bijou qui revient souvent sur la platine. Restait une place pour Soen ou Aches and Echoes et comme je l’ai dit plus haut, ce dernier album méritait un traitement tout particulier donc voici le podium : 

Aches and Echoes, Control et 16.

Sur la première place, vous vous en doutez depuis le début, on retrouve le chanteur de Leprous, Einar Solberg. 

Dès la première écoute de son album, j’ai su qui monterait sur le podium. Reste à départager Volent Jasper et Adarsh Arjun et là c’est Violent Jasper qui gagne quand même car Aches and Echoes ressemble fortement à du Plini.

  1. Première place Enard Solberg avec 16
  2. Seconde place Violent Jasper avec Control
  3. Et enfin, troisième place Adarsh Arjun avec Aches and Echoes.

Je ne vous ennuierai plus cette année, promis juré. On se retrouve en 2024 pour de nouvelles découvertes. D’ici là passez de belles fêtes et écoutez de la musique.

L’album de l’année 2022

Image

Il est l’heure de faire un bilan pour une année 2022 riche en découvertes. Je n’ai pas tout écouté, j’ai encore moins tout chroniqué, pourtant j’ai une assez longue liste d’albums qui furent de véritables coups de cœur.

Le premier s’appelle Welcome To The Planet de Big Big Train. Et ce n’est pas parce ce que David nous a quitté qui rentre dans cette catégorie, c’est juste parce qu’il est vraiment excellent.

Le second est Metanoia du groupe Persefone basé en Andorre. Du metal progressif de très belle facture que j’ai commandé en édition vinyle pour le plaisir de contempler sa magnifique pochette. Et comme la musique est encore plus belle, il compte dans mes coups de foudre de l’année.

Vient ensuite Epigone de Wilderun. Je ne pourrais vous dire combien de fois que j’ai écouté cet album depuis que Alias en à fait la promotion. Il est toujours sur la pile de CDs rangée tout près de la chaîne et j’y reviens régulièrement.

Wardruna a été une très belle découverte en live comme avec leur album First Flight Of The White Raven. Une musique pourtant assez éloignée de ce que j’écoute habituellement. Bon, j’avoue que cela un moment que je ne l’ai pas réécouté.

Il y a le dernier Cosmograf, Heroic Materials, dont j’attends toujours l’édition vinyle. J’aime beaucoup le travail de Robin Armstrong depuis des années et cet album compte parmi les meilleurs qu’il ait composé. En plus, il y parle d’avions, tout ce qu’il faut pour m’amadouer.

Évidemment il y a le dernier Arena, The Theory Of Molecular Inheritance avec le chanteur Damian Wilson. Je n’ai jamais été vraiment très objectif avec ce groupe et encore moins avec leur nouveau chanteur et les avis sont assez partagés sur cet album. En plus, passé mon premier engouement, je n’y suis pas beaucoup revenu.

Reste un dernier album, improbable dans cette liste, The Way Home de Kite Parade. Un projet solo de pop progressive pas franchement révolutionnaire mais qui est arrivé au moment où j’avais très envie de musique easy listening.

Voilà, cela fait sept albums à départager. 

Un premier tri s’impose pour n’en garder que trois. Je retire Arena de la liste parce que je manque clairement d’objectivité sur cet album. Même chose pour Kite Parade parce qu’il n’est pas suffisamment original pour sortir du lot. Wardruna également, car il s’agit plus d’une belle découverte que d’un disque franchement original. Le dernier qui va faire les frais de cette sélection est Cosmograf. C’est un bel album, mais pas révolutionnaire non plus.

Restent en lice Big Big Train, Persefone et Wilderun. Et si vous avez bien écouté depuis le début, vous connaissez le vainqueur. En réalité, je le sais depuis que je l’ai écouté.

Epigone est nommé album de l’année 2022.

Un album acoustique qui côtoie le growl. Du metal qui joue à l’expérimental, du jazz à la manière progressive et un dosage entre gros poutrage, symphonique et dentelle acoustique qui frise la perfection.

Si vous cherchez à offrir un bel album pour les fêtes, n’hésitez pas à piocher dans cette sélection, il s’agit de valeurs sûres. 

Et si je peux me permettre d’en rajouter un que je n’ai pas encore chroniqué, jetez une oreille attentive à Atlantis de Soen, un live intimiste électro acoustique avec un quintet à cordes et un pianiste qui revisite la discographie du groupe.

Trifecta – Fragments

Image

Je ne vais pas vous parler de la carrière solo du leader de Porcupine Tree mais de trois des musiciens qui ont joué avec lui : Craig, Adam et Nick.

Au début Trifecta n’aurait pas dû faire l’objet d’une chronique. Je l’avais écouté d’une oreille distraite sur Bandcamp sans y trouver d’intérêt. Mais en passant chez mon disquaire, je suis tombé sur cette affreuse pochette rouge et me suis dit, allez, pourquoi pas ? Faut dire, je venais d’acheter Operation Mindcrime et le dernier Coldplay, je n’étais plus à ça près.

Trifecta c’est le meilleur de Wilson sans Steven Wilson, à savoir Craig Blundell, Adam Holzman et Nick Beggs, de fabuleux techniciens du prog qui se louent très cher pour une tournée.

Fragments est principalement un album de prog fusion instrumental de haut vol relativement accessible, même par son prix. 

Quand j’ai posé la galette sur la platine, j’ai été immédiatement